Logo Société canadienne du cancer

Rhabdomyosarcome

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du rhabdomyosarcome

Un facteur de risque est quelque chose comme un comportement, une substance ou un état qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque, mais il arrive parfois que le rhabdomyosarcome apparaisse chez des enfants qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

Les éléments qui suivent sont des facteurs de risque du rhabdomyosarcome. Tous les facteurs de risque connus ne sont pas modifiables. Cela signifie que vous ne pouvez pas les changer. D’ici à ce qu’on en sache davantage sur ces facteurs de risque, il n’y a pas de façon spécifique de réduire le risque d’apparition d’un rhabdomyosarcome chez votre enfant.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les syndromes du cancer héréditaire rares qui suivent font augmenter le risque d’apparition d’un rhabdomyosarcome chez votre enfant.

Syndrome de Li-Fraumeni

Le syndrome de Li-Fraumeni est un trouble héréditaire rare. Il accroît grandement le risque d’apparition de plusieurs types de cancer chez l'enfant et le jeune adulte dont le rhabdomyosarcome et d’autres sarcomes des tissus mous, l'ostéosarcome (cancer des os), le cancer du sein, les tumeurs au cerveau et la leucémie.

Neurofibromatose de type 1

La neurofibromatose de type 1 (maladie de von Recklinghausen) est un trouble héréditaire qui affecte le système nerveux. Elle engendre la formation de tumeurs dans le tissu nerveux de la peau, du crâne et de la moelle épinière. Les enfants atteints de neurofibromatose de type 1 risquent davantage d’avoir un rhabdomyosarcome, une tumeur au cerveau, une leucémie et un neuroblastome.

Syndrome de Beckwith-Wiedemann

Le syndrome de Beckwith-Wiedemann est un trouble héréditaire qui affecte la façon dont se développent différentes parties du corps. À la naissance, les enfants atteints de ce syndrome sont beaucoup plus gros que la normale. Ils se développent et prennent du poids à un rythme inhabituel lors de l'enfance. Chez certains, des parties spécifiques du corps peuvent devenir anormalement grosses, engendrant ainsi une apparence asymétrique ou inégale. Les enfants atteints de ce syndrome risquent davantage d’avoir certains cancers, dont le rhabdomyosarcome et la tumeur de Wilms.

Syndrome de Costello

Le syndrome de Costello est un trouble qui affecte de nombreuses parties du corps. Les enfants atteints de ce syndrome ont souvent un retard de croissance, une déficience intellectuelle, des traits du visage particuliers, des replis supplémentaires de peau flasque et des articulations anormalement flexibles. Ces enfants risquent davantage d’avoir certains types de cancer dont le rhabdomyosarcome.

Syndrome de Noonan

Le syndrome de Noonan est un trouble héréditaire qui provoque le développement inhabituel de nombreuses parties du corps. Les enfants atteints de ce syndrome présentent des caractéristiques faciales inhabituelles, sont de petite taille, ont des malformations cardiaques et des troubles de saignement. Leur squelette se développe anormalement et ils risquent davantage d'être atteints d'un rhabdomyosarcome.

Facteurs de risque inconnus

On n’arrive pas encore à déterminer si les facteurs suivants sont liés au rhabdomyosarcome. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. Il faut mener d’autres études afin de savoir si les éléments qui suivent sont des facteurs de risque du rhabdomyosarcome.

Lors d’une étude, on a établi un lien entre les bébés qui sont gros pour leur âge avant de naître (âge utérin, ou gestationnel) ainsi que les bébés dont le poids est élevé à la naissance et une hausse du risque de rhabdomyosarcome.

Une étude a porté sur des parents qui consommaient de la marijuana et de la cocaïne avant une grossesse. Les résultats ont démontré que leur enfant pouvait risquer davantage d’être atteint d’un rhabdomyosarcome. L’usage maternel de marijuana au cours de l’année qui précède la naissance de l’enfant engendre un risque 3 fois plus élevé de rhabdomyosarcome pour l’enfant. On a aussi établi un lien entre l’usage de cocaïne par la mère et un diagnostic de rhabdomyosarcome à un plus bas âge.

Les résultats d’une étude laissent entendre qu’une exposition à une petite dose de radiation, comme la radiographie ou la tomodensitométrie, avant la naissance est liée à un plus grand risque d’être atteint d’un rhabdomyosarcome.

Questions à poser à votre équipe de soins

Posez des questions sur les risques à l’équipe de soins de votre enfant.

Histoires

Gordie Gosse Je ne veux pas que personne d’autre n’ait à vivre ce que j’ai vécu.

Lisez l’histoire de Gordie

Du soutien de la part de quelqu’un qui « est passé par là »

Illustration d’une conversation

Le programme de soutien par les pairs de la Société canadienne du cancer est un service d’entraide téléphonique qui consiste à jumeler les personnes atteintes de cancer et leurs aidants à des bénévoles ayant reçu une formation spéciale.

Apprenez-en plus