A A A


Effets secondaires possibles de la chirurgie du cancer de la prostate

Douleur

Nausées et vomissements

Iléus paralytique

Saignement

Infection

Caillots sanguins

Incontinence urinaire

Dysfonctionnement érectile

Éjaculation rétrograde

Orgasme sec

Rétrécissement de l’urètre

Lymphoedème aux jambes

 

Peu importe le traitement du cancer de la prostate, il est toujours possible que certains effets secondaires se produisent. Cependant, ils n’affectent pas toutes les personnes; si c’est le cas, chacune ne les ressent pas de la même façon. Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout des éléments suivants :

  • type de chirurgie
  • état de santé général de l’homme

 

Les effets secondaires peuvent se produire en tout temps pendant la chirurgie. Certains se manifestent lors de l’intervention, tout de suite après ou seulement quelques jours ou quelques semaines plus tard. La plupart se résorbent après la chirurgie. Les effets tardifs peuvent apparaître des mois voire des années à la suite de l’opération. Certains effets peuvent durer un long moment ou être permanents.

 

Il est important de signaler tout effet secondaire à son équipe soignante.

Douleur

La douleur se manifeste souvent après une chirurgie à cause du traumatisme subi par le tissu lors de l’intervention. On a recours aux médicaments antidouleur pour la maîtriser. Il est possible que la douleur prenne du temps avant de s’atténuer après la chirurgie, selon l’opération pratiquée ainsi que la guérison et la tolérance à la douleur de la personne. Si elle persiste ou si les médicaments antidouleur ne la soulagent pas, il faut consulter le médecin.

 

Retour au menu

Nausées et vomissements

Des nausées et vomissements peuvent être causés par l’anesthésie générale administrée lors de la chirurgie. On donne souvent des médicaments pour prévenir et maîtriser les nausées et vomissements. Ces effets secondaires sont habituellement temporaires et se dissipent souvent quelques jours après la chirurgie.

 

Retour au menu

Iléus paralytique

L’iléus paralytique signifie que l’intestin est paralysé. C’est un effet secondaire courant de la chirurgie abdominale. La durée de cet effet est variable et peut dépendre de la difficulté de la chirurgie, de l’importance de la perte de sang et de la durée de l’anesthésie générale. L’iléus paralytique peut durer de 2 à 4 jours.

  • La plupart des chirurgiens prescrivent une diète liquide claire après la chirurgie et un régime alimentaire normal lorsque l’homme commence à avoir des flatuosités (gaz).

 

Retour au menu

Saignement

Il peut y avoir un saignement ou une hémorragie si un vaisseau sanguin n’a pas été scellé lors de la chirurgie ou si la personne souffre d’un trouble de coagulation du sang. Le personnel infirmier surveille les signes vitaux, comme le pouls et la pression artérielle, et vérifie souvent les bandages et les drains à la recherche de signes de saignement excessif tout de suite après la chirurgie. S’il y a un saignement et que celui-ci est assez important, le chirurgien pourrait devoir ramener l’homme en salle d’opération pour savoir d’où provient le saignement et l’arrêter.

 

Retour au menu

Infection

Chez certains hommes, une infection se développe après la chirurgie. Il ne s’agit pas d’un effet secondaire courant, mais l’infection est susceptible d’apparaître après n’importe quel type de chirurgie. On peut avoir recours aux antibiotiques pour aider à prévenir ou à traiter une infection. L’infection est un effet secondaire temporaire de la chirurgie.

 

Signalez à un membre de l’équipe soignante tout signe d’infection comme de la douleur, la présence de pus, un écoulement malodorant ou de la fièvre.

 

Retour au menu

Caillots sanguins

La formation d’un caillot sanguin dans une jambe est appelée thrombose veineuse profonde (TVP). La TVP peut se produire tout de suite après la chirurgie puisque la personne ne marche et ne bouge pas beaucoup. D’autres facteurs peuvent faire augmenter le risque de TVP. Dans les cas les plus graves, le caillot sanguin peut se détacher et se déplacer jusqu’à un poumon. On parle alors d’embolie pulmonaire. Cela cause un essoufflement et affecte la capacité des poumons à transmettre de l’oxygène dans le sang. La présence d’un caillot sanguin dans un poumon peut causer une insuffisance cardiaque.

 

Le recours aux anticoagulants (agents qui rendent le sang moins épais) et aux bas de contention pendant et après la chirurgie aide à prévenir la TVP.

 

Signalez au médecin ou à l’équipe soignante la présence de rougeur, d’enflure, de douleur ou de crampes au mollet ainsi que tout essoufflement.

 

Retour au menu

Incontinence urinaire

L’incontinence urinaire consiste en une émission involontaire d’urine ou une incapacité de contrôler la miction. De nombreux hommes souffrent d’incontinence après une prostatectomie radicale, mais le problème se résorbe graduellement au fur et à mesure que le corps se rétablit. Six mois après la chirurgie, un effort de soulèvement, une toux, des éternuements ou un changement soudain de position (appelé incontinence à l’effort) entraînera chez la plupart des hommes la perte de seulement quelques gouttes d’urine. Les techniques chirurgicales modernes ont beaucoup atténué cette complication en permettant d’éviter soigneusement les dommages au sphincter (valve) de la vessie au cours de la chirurgie.

 

Retour au menu

Dysfonctionnement érectile

Le dysfonctionnement érectile (DÉ), ou impuissance, est l’incapacité pour un homme d’obtenir et de maintenir une érection suffisamment ferme pour permettre une relation sexuelle. La prostatectomie radicale peut causer des dommages aux nerfs essentiels à l’érection. Avec les techniques chirurgicales plus récentes, on tente d’épargner les nerfs et de réduire le nombre de cas de dysfonctionnement érectile.

 

Retour au menu

Éjaculation rétrograde

Lors d’une RTUP, on enlève le col de la vessie en même temps que la prostate. Le col ne peut donc plus se refermer durant l’éjaculation, ce qui fait en sorte que le sperme retourne dans la vessie au lieu d’être expulsé à l’extérieur du corps lors d’un orgasme. L’éjaculation rétrograde cause l’infertilité. Le sperme est évacué de la vessie avec l’urine lors de la miction.

 

Retour au menu

Orgasme sec

En général, il y a éjaculation de sperme lors d’un orgasme. La partie liquide du sperme provient de la prostate, des vésicules séminales et des canaux déférents (les tubes qui relient les testicules à la prostate). Lorsqu’on enlève la prostate, tous ces liens sont coupés. L’homme peut encore avoir un orgasme, mais sans éjaculation. On parle alors d’orgasme sec et cela cause l’infertilité.

 

Retour au menu

Rétrécissement de l’urètre

Le rétrécissement de l’urètre peut survenir lorsqu’une lésion au revêtement de l’urètre forme une cicatrice. Le tissu cicatriciel cause un rétrécissement ou une obstruction de l’urètre. On traite ce rétrécissement par une dilatation (élargissement) de l’urètre. Il peut être nécessaire de pratiquer une chirurgie si le problème est grave et qu’on ne peut le régler par la dilatation.

 

Retour au menu

Lymphoedème aux jambes

Quand on enlève une grande quantité de ganglions lymphatiques par chirurgie, la circulation et le drainage habituels de la lymphe peuvent être bloqués. Cela engendre une accumulation de lymphe dans les tissus mous, c’est-à-dire un lymphoedème. Dans de rares cas, les jambes peuvent enfler quand on enlève les ganglions lymphatiques du bassin. Le but du traitement est de prévenir une autre accumulation de lymphe et d’atténuer l’enflure le plus possible.

 

Retour au menu

References

Nous sommes là pour vous. Dites-nous ce que vous désirez savoir, et un de nos spécialistes en information vous répondra par courriel ou par téléphone.

500

Nom:

Courriel:

Numéro de téléphone:

Code postal:

Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.