Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la
prostate

Vous êtes ici:

Effets secondaires possibles de la radiothérapie du cancer de la prostate

Peu importe le traitement du cancer de la prostate, il est toujours possible que certains effets secondaires se produisent. Cependant, ils n’affectent pas toutes les personnes; si c’est le cas, chacune ne les ressent pas de la même façon. Les effets de la radiothérapie dépendent surtout des éléments suivants :

  • type de radiothérapie administré
  • étendue de la région traitée
  • région ou organes spécifiques à traiter
  • dose totale administrée
  • mode d’administration

La radiothérapie endommage les cellules cancéreuses, mais il se peut qu’elle nuise aussi aux cellules saines qui se trouvent dans la région traitée, même si on prend des précautions visant à les protéger le plus possible. Les cellules et les tissus du corps ne tolèrent pas tous la radiothérapie de la même façon.

Les effets secondaires peuvent se manifester en tout temps lors de la radiothérapie. Certains se produisent en cours de traitement, d’autres tout de suite après ou quelques jours et même quelques semaines plus tard. La plupart disparaissent lorsque la radiothérapie est terminée. Les effets tardifs peuvent apparaître des mois voire des années à la suite du traitement. Certains effets secondaires peuvent durer un long moment ou être permanents.

Il est important de signaler les effets secondaires à l’équipe soignante. La plupart peuvent être soulagés par la prise de médicaments, un changement alimentaire ou d’autres méthodes.

Fatigue

La fatigue est l’un des effets secondaires les plus courants de la radiothérapie. Elle peut être causée par l’anémieanémieDiminution du nombre de globules rouges sains dans le sang., le peu d’appétit, la dépression ou bien être attribuable à des substances toxiques produites par les cellules cancéreuses qui se décomposent et meurent. Lors de la radiothérapie, le corps utilise plus d’énergie que d’habitude pour se rétablir, c’est pourquoi la fatigue n’est pas toujours soulagée par le repos.

La fatigue se dissipe habituellement de façon graduelle une fois la radiothérapie terminée, mais certaines personnes continuent de se sentir fatiguées plusieurs semaines ou des mois après ce traitement.

Retour au menu

Troubles de la vessie

La radiothérapie peut irriter la vessie et causer une inflammation (appelée cystite). Les symptômes de l’irritation de la vessie ou de l’inflammationinflammationRéaction de protection du corps en réponse à une blessure ou à une infection qui se manifeste par les symptômes suivants : rougeur, enflure, douleur et chaleur de la région touchée. comprennent les suivants :

  • spasmes de la vessie
  • sensation de brûlure ou de douleur pendant la miction
  • besoin pressant d’uriner (mictions urgentes)
  • besoin d’uriner souvent (mictions fréquentes)
  • présence de sang dans l’urine (hématurie)
  • infection de la vessie
  • incontinence urinaire (perte du contrôle de la vessie)

Les symptômes se manifestent habituellement de 3 à 5 semaines après qu’on ait commencé la radiothérapie. Ils disparaissent progressivement de 2 à 8 semaines après le traitement. Certains troubles de la vessie, comme la cystite ou l’incontinence, peuvent continuer ou apparaître après la fin du traitement.

Le fait de boire une grande quantité de liquide pour assurer un débit urinaire régulier et de vider fréquemment la vessie contribue à prévenir les troubles de la vessie.

Retour au menu

Troubles intestinaux

Des troubles intestinaux peuvent survenir après une radiothérapie du cancer de la prostate. Ces troubles peuvent comprendre les suivants :

  • diarrhée
  • inflammation du rectum et de l’anus (proctite)
  • douleur
  • démangeaisons
  • spasmes, crampes
  • saignements rectaux
  • hémorroïdes
  • occlusion ou perforation intestinale (rare)

Le transit intestinal revient habituellement à la normale après le traitement. Cependant, certains de ces effets secondaires, comme l’occlusion intestinale due à une sténose (rétrécissement causé par la formation de tissu cicatriciel), peuvent se manifester des mois voire des années après la radiothérapie.

L’équipe de radiothérapie est en mesure de suggérer différentes façons de soulager la diarrhée, les démangeaisons et les hémorroïdes. Les options de traitement des troubles graves affectant le rectum peuvent comporter les suivants :

  • prise d’anti-inflammatoires, de corticostéroïdes ou de médicaments pour atténuer les spasmes
  • dilation ou élargissement du rectum
  • chirurgie, si le trouble est suffisamment grave

Retour au menu

Dysfonctionnement érectile

Une radiothérapie dans la région pelvienne peut causer le dysfonctionnement érectile (DÉ), ou impuissance. Le DÉ signifie qu’un homme ne peut pas avoir ou maintenir une érection. Cela s’explique par le fait que l’irradiation peut affecter les vaisseaux sanguins qui font circuler le sang jusqu’au pénis, ce qui est nécessaire pour que l’érection soit ferme. Le DÉ affecte aussi les nerfs.

Les hommes devraient discuter avec leur équipe de radiothérapie des options de traitement du DÉ.

Retour au menu

Réactions cutanées

Les réactions cutanées se produisent parce que les radiations externes circulent à travers la peau jusqu’à la région ciblée par le traitement. La peau qui se trouve dans la région traitée peut devenir rouge ou sèche, ou bien changer de couleur (devenir plus foncée ou sembler bronzée). La plupart des réactions cutanées se manifestent au cours des 2 premières semaines de radiothérapie. Elles se dissipent habituellement quelques semaines après le traitement, mais certains changements cutanés, comme le brunissement de la peau ou la formation de tissu cicatriciel, peuvent persister. Il y a des gens chez qui aucune réaction cutanée ne se produit à la suite d’une radiothérapie.

Retour au menu

Ecchymoses

Des ecchymoses et des saignements peuvent apparaître aux points d’insertion des aiguilles lors d’une curiethérapie.

Retour au menu

Rétrécissement de l’urètre

L’irradiation peut entraîner la formation de tissu cicatriciel qui bloque l’urètre. On parle alors de rétrécissement (sténose) de l’urètre, qui empêche l’urine de circuler. On peut traiter le rétrécissement urétral au moyen de la dilatation ou de la chirurgie.

Retour au menu

Aplasie médullaire

La diminution du nombre de cellules sanguines est un effet de la radiothérapie sur la moelle osseuse où sont fabriquées les cellules sanguines. Le nombre de cellules sanguines est plus susceptible d’être affecté si les os du bassin (où est fabriqué un grand nombre de cellules sanguines chez l’adulte) se trouvent dans la zone de traitement.

Une baisse du nombre de cellules sanguines est rarement grave au point de causer des problèmes. Lorsqu’il y a un arrêt de traitement pendant quelques jours, leur nombre revient habituellement à la normale.

Retour au menu

Douleur osseuse

La radiothérapie employée comme traitement des métastases aux os peut causer une augmentation de la douleur osseuse après quelques séances (réaction de flambée tumorale). L’irradiation entraîne une réaction inflammatoire des cellules cancéreuses. On peut maîtriser la flambée tumorale par la prise de médicaments antidouleur.

Retour au menu

Histoires

Rebecca and James Hamm Nous trouvions très important que la collecte se fasse en l’honneur de mon oncle, car c’était un formidable moyen pour nous de lui manifester notre solidarité.

Lisez l’histoire de James et Rebecca

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus