Cancer de la
prostate

Vous êtes ici:

Traitements du cancer de la prostate hormono-résistant

Il arrive que l’hormonothérapie cesse d’être efficace contre le cancer de la prostate. Lorsque le cancer de la prostate réapparaît ou ne disparaît pas après avoir été traité par hormonothérapie, on dit qu’il est hormono-résistant (ou androgéno-indépendant). Votre médecin saura que le cancer est hormono-résistant si les résultats de vos analyses sanguines révèlent une hausse du taux d’antigène prostatique spécifique (APS) et un faible taux de testostérone.

En présence d’un cancer de la prostate hormono-résistant, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Hormonothérapie

On continue généralement d’avoir recours à un type d’hormonothérapie si le taux d’APS augmente sans qu’il y ait d’autre signe de cancer de la prostate.

Ajout d’un anti-androgène

En général, le premier type d’hormonothérapie employé pour traiter le cancer de la prostate est un analogue (agoniste) ou un antagoniste de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LHRH). Certains hommes choisissent de subir une orchidectomie (ablation des testicules), une autre forme d’hormonothérapie du cancer de la prostate. Si le cancer réapparaît ou ne disparaît pas malgré ces traitements, on pourrait vous proposer un médicament anti-androgénique. Vous continuerez de recevoir l’analogue ou l’antagoniste de la LHRH pendant que vous prenez l’anti-androgène.

Arrêt d’un anti-androgène

Le cancer de la prostate cesse parfois de se développer pendant un certain temps si vous recevez déjà un anti-androgène et que vous arrêtez ce traitement.

Œstrogènes

Certains hommes atteints d’un cancer de la prostate hormono-résistant peuvent se voir offrir des œstrogènes si les autres types d’hormonothérapie ne sont plus efficaces, mais ce traitement est rarement utilisé.

Chimiothérapie

La chimiothérapie peut servir à traiter un cancer de la prostate hormono-résistant qui provoque des symptômes. On emploie le plus souvent le docétaxel (Taxotere) en association avec de la prednisone. Toutefois, si ces agents chimiothérapeutiques cessent d’être efficaces, vous pourriez recevoir du cabazitaxel (Jevtana) ou de la mitoxantrone.

Radiothérapie

La radiothérapie peut être une option pour le cancer de la prostate hormono-résistant.

On peut proposer la radiothérapie externe pour soulager la douleur causée par des métastases osseuses.

La radiothérapie systémique à base de radium 223 (Xofigo) est injectée dans la circulation sanguine. Ce médicament circule dans le sang jusqu’à l’endroit où le cancer s’est propagé et il émet de la radiation, qui détruit les cellules cancéreuses. Le radium 223 peut être offert aux hommes atteints d’un cancer de la prostate hormono-résistant qui s’est propagé aux os.

Traitements des métastases osseuses

Lorsque le cancer de la prostate se propage à d’autres parties du corps, il le fait le plus souvent aux os. Les traitements suivants sont les plus employés dans le cas d’un cancer de la prostate hormono-résistant qui s’est propagé aux os :

  • bisphosphonates
  • denosumab (Xgeva) (un type d’anticorps monoclonal)
  • radiothérapie externe
  • radiothérapie systémique à base de radium 223

Apprenez-en davantage sur les métastases osseuses, y compris sur leurs traitements et sur leurs soins de soutien.

Chirurgie

Lors d’une résection transurétrale de la prostate (RTUP), on enlève une partie de la prostate en passant par l’urètre. Cette opération vise à soulager les troubles urinaires causés par une prostate qui a augmenté de volume et qui exerce une pression sur l’urètre.

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes sont des hormones stéroïdes qui agissent comme des anti-inflammatoires en atténuant l’enflure et la réaction immunitaire (la réaction du système immunitaire à la présence de substances étrangères dans le corps). Ils sont parfois administrés en même temps que la chimiothérapie pour en augmenter l’efficacité et pour réduire ses effets secondaires. Ils peuvent aussi être employés seuls si une personne est trop malade pour recevoir de la chimiothérapie. Les corticostéroïdes peuvent aider à ralentir la croissance des cellules cancéreuses de la prostate et soulager des symptômes tels que la douleur.

La prednisone et la dexaméthasone (Decadron, Dexasone) sont les corticostéroïdes les plus souvent utilisés pour traiter le cancer de la prostate.

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer

Vous pourriez envisager des soins qui visent à vous faire sentir mieux sans traiter le cancer lui-même, peut-être parce que les traitements du cancer n’agissent plus, qu’il n’est plus probable qu’ils améliorent votre état ou que leurs effets secondaires sont difficiles à tolérer. D’autres raisons peuvent expliquer pourquoi vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez avec les membres de votre équipe de soins. Ils peuvent vous aider à choisir les soins et le traitement du cancer avancé.

Essais cliniques

De nombreux essais cliniques sur le cancer de la prostate sont en cours au Canada et acceptent des participants. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH)

Hormone qui contrôle la production des hormones sexuelles mâles et femelles.

L’hypothalamus produit l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH) qui, elle, stimule l'hypophyse pour qu'elle produise l'hormone luténéisante (LH). Par ricochet, l'hormone luténéisante (LH) stimule les testicules à produire de la testostérone et les ovaires à produire de l'œstrogène et de la progestérone.

L’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH) est aussi appelée hormone de libération de la gonadotropine (GnRH).

traitement aux anticorps monoclonaux

Traitement qui consiste à utiliser des anticorps monoclonaux pour détecter et traiter le cancer.

Les anticorps monoclonaux sont des substances produites en laboratoire qui ont la capacité de reconnaître une molécule cible particulière (antigène) d’une cellule cancéreuse et de s’y fixer. Ils peuvent être employés seuls ou pour transporter des médicaments, des toxines ou des matières radioactives directement vers une tumeur.

Histoires

Sophie Lebel Ma famille est fière du travail que j’accomplis pour amener des changements positifs dans la vie des gens.

Lisez l’histoire de Dre Lebel

Investir pour réduire le fardeau du cancer

Icône – tirelire

L’an dernier, la SCC a financé la recherche sur le cancer à hauteur de 40 millions de dollars, grâce à nos donateurs. Découvrez comment vous pouvez aider à réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus