Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la
prostate

Vous êtes ici:

Traitement du cancer de la prostate hormono-résistant

En présence d’un cancer de la prostate hormono-résistant (auparavant appelé cancer de la prostate androgéno-indépendant), on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Les types de traitements administrés reposent sur les besoins uniques de la personne atteinte.

Hormonothérapie

On continue habituellement d’administrer certaines formes d’hormonothérapie même si le cancer se développe malgré le traitement hormonal. Si on cesse toute forme d’hormonothérapie, le cancer est susceptible d’évoluer très rapidement.

Si un homme prend seulement un analogue de la LH-RH, on ajoutera à son traitement un anti-androgène (habituellement le bicalutamide) lorsque des signes de résistance à l’hormonothérapie se manifestent (habituellement une augmentation du taux d’APS quand le taux de testostérone est très bas). On ne doit pas interrompre l’administration de l’analogue de la LH-RH. Le taux d’APS baissera souvent pendant quelques semaines ou mois avant d’augmenter de nouveau. Lorsqu’il augmente, on cesse d’administrer l’anti-androgène mais on continue la LH-RH.

On a recours aux anti-androgènes appelés acétate d’abiratérone (Zytiga) ou enzalutamide (Xtandi) pour traiter le cancer de la prostate hormono-résistant métastatique chez les hommes qui ont déjà reçu une chimiothérapie à base de docétaxel. L’acétate d’abiratérone est parfois administré avant une chimiothérapie.

Chimiothérapie

La chimiothérapie joue un rôle important dans le traitement du cancer de la prostate hormono-résistant.

Les agents chimiothérapeutiques les plus couramment utilisés pour traiter le cancer de la prostate sont :

  • docétaxel (Taxotere)
  • mitoxantrone (Novantrone)
  • cabazitaxel (Jevtana)

Les associations chimiothérapeutiques les plus couramment employées sont :

  • docétaxel et prednisone – Cette association réduit la douleur, améliore la qualité de vie et prolonge la survie.
  • mitoxantrone (Novantrone) et prednisone (Deltasone) – Cette association réduit la douleur et améliore la qualité de vie.
  • cabazitaxel (Jevtana) et prednisone – Cette association prolonge la survie des hommes atteints du cancer de la prostate hormono-résistant.

Radiothérapie

La radiothérapie peut être une option pour le cancer de la prostate hormono-résistant, soit pour soulager les symptômes urinaires engendrés par la tumeur, soit pour atténuer la douleur provoquée par les métastases aux os.

On peut proposer la radiothérapie externe sous forme d’une courte série de traitements (de 1 à 10 séances) pour atténuer la douleur osseuse. On ne l’administre pas pendant 4 à 6 semaines après une résection transurétrale de la prostate (RTUP), afin de réduire le risque de formation de tissu cicatriciel dans l’urètre (rétrécissement de l’urètre).

Le dichlorure de radium 223 (Xofigo) est un médicament administré en radiothérapie systémique par injection dans le sang. La radiation circule dans le sang jusqu’où le cancer s’est propagé. Ce médicament émet de la radiation, qui détruit les cellules cancéreuses. On peut proposer le dichlorure de radium 223 aux hommes atteints d’un cancer de la prostate hormono-résistant qui s’est propagé seulement aux os.

Bisphosphonates

Les bisphosphonates sont des médicaments qui renforcent les os. On administre un bisphosphonate en association avec d’autres traitements standards pour traiter le cancer de la prostate hormono-résistant.

Le type de bisphosphonate employé dans le traitement du cancer de la prostate hormono-résistant est l’acide zolédronique (Zometa). Ce médicament atténue les complications osseuses chez les hommes atteints du cancer de la prostate.

Thérapie biologique

L’inhibiteur du ligand RANK est un agent biologique dans lequel un anticorps monoclonal bloque l’action du ligand RANK (protéine qui contribue à la résorption osseuse). Cela permet de renforcer les os. L’inhibiteur du ligand RANK appelé dénosumab est meilleur que l’acide zolédronique puisqu’il retarde l’apparition de manifestations osseuses du cancer de la prostate hormono-résistant métastatique. Il a récemment été approuvé pour le traitement du cancer de la prostate au Canada.

Chirurgie

La résection transurétrale de la prostate (RTUP) peut être une option pour le cancer de la prostate hormono-résistant. Ce type de chirurgie permet de soulager les symptômes urinaires entraînés par la tumeur de la prostate (chirurgie palliative).

Essais cliniques

On pourrait offrir aux hommes atteints d’un cancer de la prostate la possibilité de participer à des essais cliniques. Pour obtenir plus de renseignements, consultez la section « Essais cliniques ».

Histoires

Dr Robert Bristow La recherche du Dr Robert Bristow sur le cancer de la prostate pourrait servir à la personnalisation du traitement.

Plus de details

Une communauté de soutien en ligne, digne de confiance

Illustration d’un ordinateur

Parlonscancer.ca est une communauté en ligne sur laquelle les personnes atteintes de cancer et leurs proches peuvent compter.

Apprenez-en plus