Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la
prostate

Vous êtes ici:

Soins de soutien pour le cancer de la prostate

Les soins de soutiensoins de soutienTraitement administré afin d’améliorer la qualité de vie d’une personne atteinte d’une maladie grave (comme le cancer). permettent aux gens de surmonter les obstacles physiques, pratiques, émotifs et spirituels engendrés par le cancer de la prostate. C’est une composante importante des soins apportés aux hommes atteints de cette maladie. De nombreux programmes et services permettent de répondre aux besoins et d’améliorer la qualité de vie de ces hommes et de leurs proches, en particulier une fois que le traitement est terminé.

Se rétablir du cancer de la prostate et s’adapter à sa vie après le traitement diffèrent pour chaque homme, selon l’étendue de la maladie, le type de traitement administré et bien d’autres facteurs. La fin du traitement d’un cancer peut engendrer des émotions diverses. Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d’autres questions à régler, comme l’adaptation aux effets secondaires à long terme. Un homme qui a été traité pour un cancer de la prostate peut se préoccuper des aspects suivants.

Incontinence

L’incontinence urinaire est une émission involontaire d’urine ou une incapacité de contrôler la miction. Il est possible qu’un homme atteint du cancer de la prostate souffre d’incontinence urinaire :

  • L’augmentation de taille de la prostate peut provoquer une obstruction du col de la vessie et ainsi causer un débordement de l’urine lorsque la vessie est trop pleine (incontinence par regorgement).
  • Une chirurgie ou une radiothérapie de la prostate peut causer des lésions aux nerfs ou aux muscles qui contrôlent la fonction de la vessie ou l’écoulement d’urine.
  • L’irradiation pelvienne peut provoquer une irritation du tissu qui recouvre la vessie et ainsi entraîner des mictions fréquentes et urgentes.

L’incontinence peut être embarrassante et incommodante, mais on peut la traiter à l’aide de médicaments, d’une chirurgie ou de mesures de soutien afin d’obtenir un meilleur contrôle.

Retour au menu

Estime de soi et image corporelle

L’estime de soi, c’est ce qu’on ressent face à nous-même ou la façon dont on se voit. L’image corporelle, c’est la façon dont on perçoit notre propre corps. Le cancer de la prostate et ses traitements peuvent affecter l’estime de soi et l’image corporelle d’un homme. Cela se produit souvent en raison des changements que le corps subit à cause du cancer ou de ses traitements. Les changements peuvent comprendre les suivants :

  • changement du poids corporel et de la masse musculaire en raison de l’hormonothérapie
  • perte des testicules (orchidectomie)
  • perte du contrôle de la vessie
  • incapacité d’obtenir une érection

Certains de ces changements sont temporaires, d’autres durent longtemps et il y en a qui sont permanents. Pour de nombreuses personnes, l’image corporelle et leur perception de la façon dont les autres les voient sont étroitement liées à l’estime de soi.

Retour au menu

Sexualité

De nombreux hommes continuent de vivre des relations solides empreintes de soutien et d’avoir une vie sexuelle satisfaisante après un cancer de la prostate. Les troubles sexuels qui peuvent survenir à cause d’un traitement du cancer de la prostate comprennent ceux qui suivent :

  • Le dysfonctionnement érectile (DÉ) est l’incapacité d’obtenir et de maintenir une érection suffisamment ferme pour permettre une relation sexuelle.
  • Une éjaculation rétrograde peut survenir à la suite d’une chirurgie du cancer de la prostate (RTUP). L’éjaculation rétrograde se produit lorsque le sperme remonte dans la vessie et se mélange à l’urine au lieu de sortir par le pénis lors de l’orgasme.
  • Un orgasme sec peut survenir à la suite d’une chirurgie du cancer de la prostate (prostatectomie radicale). Un homme qui ne produit plus de sperme pourrait quand même avoir des orgasmes. On parle alors d’orgasme sec. Un homme qui ne produit pas de sperme ne pourra pas engendrer d’enfants naturellement.
  • Une diminution de la libido (perte de désir sexuel) peut survenir en raison d’une baisse du taux de testostérone due aux traitements hormonaux et à d’autres effets secondaires du traitement du cancer de la prostate.

Il est courant de ressentir un intérêt réduit pour le sexe au moment du diagnostic et du traitement. Lorsque l’homme recommence à avoir une activité sexuelle après le traitement, il peut avoir peur de ressentir de la douleur ou de ne pas avoir d’érection ou d’orgasme. Les premières expériences intimes avec une autre personne peuvent être décevantes. Il pourrait être nécessaire pour certains hommes et leurs partenaires d’avoir recours au counseling pour les aider à faire face à ces sentiments et aux effets des traitements du cancer sur leur capacité d’avoir des relations sexuelles.

Retour au menu

Fatigue

La fatigue rend une personne plus lasse que d’habitude et peut nuire aux activités quotidiennes et au sommeil. La fatigue se manifeste pour diverses raisons, dont l’anémie, des médicaments spécifiques, une perte d’appétit, la dépression ou bien des substances toxiques qui sont produites lorsque les cellules cancéreuses se décomposent et meurent. La fatigue peut s’atténuer avec le temps, mais elle peut aussi se prolonger bien après que le traitement soit terminé.

Retour au menu

Ostéoporose

Certaines hormonothérapies employées pour bloquer ou réduire la production de testostérone par le corps peuvent accroître le risque d’ostéoporose. La testostérone favorise le développement du cancer, mais elle joue également un rôle dans le maintien de la solidité des os. Les hormonothérapies qui font baisser le taux de cette hormone sont susceptibles d’accroître la perte osseuse. Ces hormonothérapies comprennent l’administration d’analogues de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH) et l’orchidectomie. La détection précoce et le traitement de l’ostéoporose peuvent aider à réduire la perte osseuse et les fractures.

Retour au menu

Nutrition

Il est possible que les hommes atteints d’un cancer de la prostate se posent des questions sur les types d’aliments qui sont bons pour eux. Un régime alimentaire qui favorise une alimentation saine et bien équilibrée composée d’une variété d’aliments ne saura que contribuer à la bonne santé d’un homme qui se rétablit d’un cancer de la prostate. Aucune recherche n’a démontré que la prise de suppléments nutritifs, peu importe la sorte, peut guérir le cancer de la prostate. Certaines études semblent établir un lien entre le cancer de la prostate et une alimentation riche en matières grasses. Il est prudent de réduire sa consommation de gras alimentaire. Un homme atteint d’un cancer de la prostate devrait discuter avec son médecin ou son diététiste pour déterminer le régime alimentaire qui lui convient le mieux.

Retour au menu

Activité physique

Le type et la quantité d’activité physique qu’un homme peut faire après un traitement du cancer de la prostate dépendent souvent des éléments suivants :

  • type de traitement du cancer de la prostate reçu
  • état de santé global et condition physique de l’homme traité

Il faut habituellement éviter de soulever des poids lourds et de faire des exercices vigoureux pendant quelques semaines à la suite d’une prostatectomie radicale afin de permettre au corps de guérir complètement. Il est recommandé de discuter avec son médecin ou son équipe soignante avant de commencer ou de reprendre un programme d’exercice ou d’activité physique. L’exercice peut aider un homme à reprendre ses activités quotidiennes, à réduire la fatigue et à accroître son niveau d’énergie.

Retour au menu

Retour au travail

Bien des hommes continuent de travailler tout en étant traités pour un cancer de la prostate, mais il est très probable que leur façon de travailler changera. Il se peut qu’ils doivent prendre congé pendant un certain temps ou adapter leur horaire de travail pendant le traitement et la convalescence. Le retour au travail est un aspect important de la reprise d’une vie normale après un traitement.

Les hommes qui ont un travail de bureau devraient pouvoir retourner au travail après 3 ou 4 semaines. Les hommes qui ont un travail plus exigent sur le plan physique et nécessitant de soulever des objets ou de se pencher devront attendre plus longtemps avant de retourner au travail. Lorsque le médecin donne son feu vert, l’homme peut reprendre ses activités normales au travail.

Retour au menu

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur les soins de soutien.

Histoires

Paul Newcombe Être bénévole durant le Mois de la jonquille est une expérience incroyablement gratifiante, qu’on ait été touché ou non par le cancer.

Lisez l’histoire de Paul

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus