Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la
prostate

Vous êtes ici:

Grades du cancer de la prostate

La classification histologique permet de regrouper les cellules cancéreuses de la prostate selon leur apparence et leur comportement lorsqu’on les observe au microscope. Pour connaître la classification histologique d’une tumeur, on examine au microscope le prélèvement fait par biopsie. On lui donne ensuite un grade en fonction du modèle de croissance ainsi que de l’apparence et du comportement des cellules cancéreuses de la prostate en comparaison à ceux des cellules prostatiques normales (différenciation). L’équipe soignante peut ainsi avoir une idée de la probabilité de propagation du cancer hors de la prostate.

Le système de classification histologique le plus couramment utilisé pour le cancer de la prostate est la classification de Gleason. Ce système est fondé sur la structure du tissu prostatique.

  • Les cellules glandulaires cancéreuses de la prostate qui sont bien différenciées ressemblent aux cellules glandulaires normales de la prostate et se comportent presque de la même façon. Les tumeurs qu’elles forment ont tendance à être peu agressives et à se développer lentement.
  • Les cellules glandulaires cancéreuses de la prostate qui sont peu différenciées ou indifférenciées ressemblent très peu aux cellules glandulaires normales de la prostate et se comportent assez différemment. Elles semblent immatures et non formées. Les tumeurs qu’elles forment ont tendance à être plus agressives et à se développer rapidement.

La classification histologique joue un rôle important dans la planification du traitement du cancer de la prostate et peut également permettre de prévoir l’évolution de la maladie (pronostic).

Histoires

Dr Troy Harkness À la recherche de nouveaux moyens de traiter les cancers pharmacorésistants

Plus de details

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus