Logo Société canadienne du cancer

Cancer du pénis

Vous êtes ici:

Soins de soutien pour le cancer du pénis

Les soins de soutiensoins de soutienTraitement administré afin d’améliorer la qualité de vie d’une personne atteinte d’une maladie grave (comme le cancer). permettent aux hommes de surmonter les obstacles physiques, pratiques, émotifs et spirituels engendrés par le cancer du pénis. C'est une composante importante des soins apportés aux personnes affectées par cette maladie. De nombreux programmes et services permettent de répondre aux besoins et d'améliorer la qualité de vie de ces hommes et de leurs proches, en particulier une fois que le traitement est terminé.

Se rétablir du cancer du pénis et s'adapter à sa vie après le traitement diffèrent pour chaque homme, selon l'étendue de la maladie, le type de traitement administré et bien d'autres facteurs. La fin du traitement d'un cancer peut engendrer des émotions partagées. Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d'autres questions à régler, comme l'adaptation aux effets secondaires à long terme. Un homme qui a été traité pour un cancer du pénis peut se préoccuper des aspects suivants.

Estime de soi et image corporelle

L'estime de soi, c'est ce qu'on ressent face à soi-même ou la façon dont on se voit. L'image corporelle, c'est la façon dont on perçoit notre propre corps. Le cancer du pénis et ses traitements peuvent affecter l’estime de soi et l’image corporelle d’un homme. Cela se produit souvent en raison des changements que le corps subit à cause du cancer ou de ses traitements tels que ceux-ci :

  • perte d’une partie ou de la totalité du pénis
  • perte de la capacité d’uriner debout
  • perte de la capacité d’avoir une érection
    • C’est plus susceptible de se produire après une radiothérapie externe qu’après une curiethérapie visant à traiter un cancer du pénis.
    • L’érection peut être encore possible si l’homme subit une chirurgie de conservation du pénis.
  • embarras face à l’apparence du pénis reconstruit
    • Chez certains hommes, on peut greffer un os dans le pénis reconstruit afin de permettre la pénétration lors des relations sexuelles.
    • D’autres hommes peuvent opter pour un implant semi-rigide.
    • Si on fait une greffe osseuse ou qu’on pose un implant semi-rigide, le pénis sera constamment en érection.

Certains de ces changements sont temporaires, d’autres durent longtemps et il y en a qui sont permanents.

Pour de nombreux hommes, l’image corporelle et leur perception de la façon dont les autres les voient sont étroitement liées à l’estime de soi. Pour eux, il peut s'agir d'une préoccupation réelle susceptible de causer une détresse considérable. Ils peuvent avoir peur de sortir, peur que les autres les rejettent et être en colère ou bouleversés. Même si les effets du traitement ne sont pas visibles, les changements corporels peuvent quand même être troublants parce que « l’ancien corps » n’existe plus et en raison de l’importance pour ces hommes du changement particulier qui s'est produit dans leur corps.

Sexualité

Beaucoup d'hommes continuent de vivre des relations solides, pleines de soutien, et d’avoir une vie sexuelle satisfaisante après un cancer du pénis. Les troubles sexuels suivants peuvent être causés par le traitement d’un cancer du pénis :

  • incapacité d’avoir des relations sexuelles avec pénétration (si le pénis a été enlevé)
    • On peut avoir recours à la chirurgie reconstructive chez certains hommes, ce qui leur permet d’avoir des relations sexuelles avec pénétration.
    • Les hommes peuvent éjaculer dans l’urétrostomie périnéale (ouverture pratiquée entre l’anus et le scrotum par laquelle ils urinent).
    • Les hommes peuvent trouver d’autres façons d’apprécier les relations sexuelles sans pénétration.
  • dysfonctionnement érectile (DÉ)
    • Le DÉ est l’incapacité, pour un homme, d'avoir une érection et de la maintenir assez ferme pour avoir une relation sexuelle avec pénétration.
  • diminution de la libido (perte de désir sexuel)
    • Si on enlève les testicules, le taux de testostérone baissera, ce qui risque de réduire le désir sexuel.
    • Certains hommes qui subissent une chirurgie pour un cancer du pénis peuvent avoir moins d’intérêt pour les relations sexuelles parce qu’ils sont embarrassés par le changement d’apparence ou la perte de leur pénis.
  • infertilité
    • L’infertilité est l’incapacité d’engendrer un enfant.
    • Elle se manifeste si on enlève les testicules.

Il est courant d’être moins intéressé par les relations sexuelles en cours de diagnostic et de traitement. Quand l’homme recommence à avoir des relations sexuelles à la suite de son traitement, il peut avoir peur que ce soit douloureux ou de ne pas avoir d’érection ou d’orgasme. Les premières expériences intimes avec une partenaire peuvent être décevantes. Il pourrait être nécessaire pour certains hommes et leur partenaire d’avoir recours au counseling pour les aider à faire face à ces sentiments et aux effets des traitements du cancer sur leur capacité d’avoir des relations sexuelles.

Lymphœdème

Le lymphœdème, c’est l’enflure qui se produit quand de la lymphe s’accumule dans les tissus mous. Les ganglions lymphatiques agissent comme de petits filtres dans le corps. Ils filtrent l’excès de liquides corporels, les cellules anormales et les cellules responsables des infections.

Le lymphœdème peut affecter les jambes d’un homme dont les ganglions lymphatiques de l’aine ou du bassin ont été enlevés lors d’une chirurgie du cancer du pénis. Le lymphœdème est plus susceptible de se produire si on lui a aussi administré une radiothérapie au bassin.

Uriner

La pénectomie partielle laisse une partie suffisante du pénis pour que l’homme puisse uriner normalement. Il peut souvent le faire debout et diriger le jet d’urine loin de son corps. De nombreux hommes qui ont subi une pénectomie totale doivent s’asseoir pour uriner. Le chirurgien fait une ouverture entre l’anus et le scrotum (urétrostomie périnéale) afin que l’urine puisse être évacuée du corps. L'homme est ainsi en mesure de maîtriser ses mictions puisque le muscle qui maintient la vessie fermée et qui contrôle les mictions est situé plus haut dans le corps, au-dessus du pénis. L’équipe soignante apprend à l’homme comment prendre soin de l’urétrostomie périnéale.

Une radiothérapie dirigée vers l’extrémité du pénis peut faire rétrécir l’ouverture de l’urètre dans jusqu’à 20 % des cas. Il peut être difficile d’uriner normalement quand l’urètre a rétréci, mais c'est possible en étirant (dilatation) l'ouverture. On apprend souvent à l’homme à le faire lui-même.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur les soins de soutien après un traitement.

Histoires

Dr David Huntsman Risque génétique d’une forme agressive de cancer de l’estomac

Plus de details

Un coup de pouce pour les familles

Illustration d’une foule

La Société canadienne du cancer aide à défrayer les familles qui ont à assumer des coûts liés au traitement d’un enfant atteint de cancer.

Apprenez-en plus