Logo Société canadienne du cancer

Cancer du pénis

Vous êtes ici:

Stratégies de réduction des risques pour le cancer du pénis

La réduction des risques, c'est lorsqu'on entreprend des démarches pour diminuer la probabilité de cancer. Les stratégies de réduction des risques qui suivent peuvent faire diminuer la probabilité d'être atteint d'un cancer du pénis.

Avoir une bonne hygiène génitale

Les hommes non circoncis devraient avoir une bonne hygiène génitale pour aider à prévenir l'apparition du cancer du pénis. On recommande habituellement à ces hommes de relever (rétracter) leur prépuce et de nettoyer tout le pénis. En général, le prépuce ne se rétracte pas complètement avant que le garçon n'ait atteint l'âge de 3 à 5 ans, et parfois même pas avant la puberté. Il ne faut jamais forcer le prépuce à se rétracter, mais lorsqu'il peut être complètement relevé, les hommes devraient nettoyer chaque jour la surface qui se trouve en-dessous.

Si le prépuce est serré et difficile à relever, un médecin pourrait être en mesure de couper un peu de peau afin de rendre la rétraction plus facile.

Réduire son exposition au virus du papillome humain (VPH)

Le VPH est un facteur de risque du cancer du pénis. Le seul moyen infaillible de prévenir les infections au VPH est d'éviter complètement tout contact génital avec une autre personne. Si vous êtes jeune, remettez à plus tard les relations sexuelles. Si vous êtes actif sexuellement, vous pouvez réduire votre risque d’exposition au VPH en :

  • limitant le nombre de vos partenaires sexuels;
  • étant dans une relation monogame avec quelqu'un dont le nombre de partenaires sexuels était limité;
  • utilisant un condom.

L’emploi du condom peut réduire le risque d'infection au VPH s'il est mis avant le contact sexuel peau sur peau. Les parties non couvertes par le condom permettent tout de même un contact peau sur peau lors de l'activité sexuelle. Donc, le recours au condom réduira mais n'éliminera pas le risque d'infection au VPH.

Penser à se faire vacciner contre le VPH

Des vaccins anti-VPH sont disponibles au Canada. Ils aident à protéger contre l’infection au VPH 16 et au VPH 18, les 2 types de VPH les plus couramment associés au cancer.

Ces vaccins aident à réduire le risque de cancers causés par le VPH, dont le cancer du col de l’utérus. Ils peuvent aussi aider à réduire le risque d’autres cancers liés au VPH, dont le cancer du pénis. On a quelque peu démontré que le vaccin Gardasil pourrait aider à prévenir les états précancéreux du pénis et le cancer du pénis lié à l’infection au VPH, bien qu’il n’ait pas encore été approuvé pour cet usage. Gardasil protège aussi contre le VPH 6 et le VPH 11, qui causent 90 % des verrues génitales.

Consultez votre médecin si vous envisagez de vous faire vacciner contre le VPH.

Ne pas fumer et éviter la fumée secondaire

Ne fumez pas et évitez la fumée secondaire afin de réduire votre risque de cancer du pénis. Si vous fumez, demandez de l'aide pour renoncer au tabac.

Pour plus d’information sur la réduction du risque de cancer

Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le risque de cancer.

Histoires

Catherine Coulson Peu à peu, j’ai pris conscience que moi aussi, je pouvais faire partie des survivants.

Plus de détails

Du soutien de la part de quelqu’un qui « est passé par là »

Illustration d’une conversation

Le programme de soutien par les pairs de la Société canadienne du cancer est un service d’entraide téléphonique qui consiste à jumeler les personnes atteintes de cancer et leurs aidants à des bénévoles ayant reçu une formation spéciale.

Apprenez-en plus