Logo Société canadienne du cancer

Cancer du pénis

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer du pénis

Tout état ou substance qui augmente le risque de cancer est un facteur de risque. On ne connaît pas de cause unique au cancer du pénis. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. Cependant, certains hommes atteints d'un cancer du pénis ne présentent aucun facteur de risque identifiable.

*Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus significatif au moins significatif. Dans la plupart des cas, il est impossible de classer les facteurs de risque individuels selon l’importance relative avec une absolue certitude.

Le risque de cancer du pénis augmente avec l'âge. Ce cancer atteint le plus souvent les hommes âgés de plus de 60 ans. Cependant, il peut se manifester à tout âge.

Les facteurs suivants font augmenter le risque d'être atteint d'un cancer du pénis.

Virus du papillome humain (VPH)

On a établi un lien entre l'infection au virus du papillome humain (VPH) et le cancer du pénis. La plupart des hommes sexuellement actifs seront exposés au VPH à un certain moment dans leur vie.

Infection au VPH

Le VPH se transmet facilement lors d'un contact peau sur peau avec n'importe quelle région infectée du corps. Il se propage surtout par contact sexuel. Certains comportements sexuels peuvent accroître le risque de contracter une infection au VPH dont :

  • devenir sexuellement actif à un jeune âge
  • avoir de nombreux partenaires sexuels
  • avoir des relations sexuelles avec un partenaire qui a déjà eu de nombreux partenaires sexuels
  • avoir des relations sexuelles non protégées

Types de VPH

Les types de VPH sont souvent regroupés selon le risque, faible ou élevé, de cancer qu'ils engendrent. Les VPH à faible risque comme le VPH 6 et le VPH 11 causent rarement le cancer mais peuvent former des verrues sur les organes génitaux ou tout autour. Les hommes atteints d'un cancer du pénis affirment souvent avoir déjà eu des verrues génitales. Les VPH à risque élevé sont plus susceptibles de mener au cancer, en particulier le VPH 16 et le VPH 18, qui sont liés au cancer du pénis. On ne connaît pas encore clairement le rôle que ces virus peuvent avoir dans le développement du cancer du pénis.

États précancéreux

On croit que l’infection au VPH est un facteur de risque des états précancéreux du pénis qui peuvent évoluer en cancer.

Phimosis

Chez l’homme non circoncis, il est possible que le prépuce se resserre et soit difficile à relever (rétracter). On parle alors de phimosis. Ce trouble rend le nettoyage du pénis plus difficile et pourrait mener à des infections ou à une inflammation chronique. Un homme atteint de phimosis risque davantage d’être atteint d’un cancer du pénis.

Mauvaise hygiène génitale

On a établi un lien entre le cancer du pénis et une mauvaise hygiène génitale. Chez l’homme non circoncis, des sécrétions peuvent s'accumuler sous le prépuce. Les sécrétions blanchâtres qui s'accumulent sous le prépuce sont appelées smegma.

L'accumulation de smegma peut augmenter si le pénis n'est pas nettoyé correctement. Si un homme non circoncis ne rétracte pas son prépuce pour bien laver tout son pénis, le smegma peut causer une irritation et une inflammation chroniques du pénis. Certaines études laissent entendre que le smegma pourrait contenir des substances qui causent le cancer, mais on ne détient pas de preuves concluantes. Cependant, de nombreux professionnels de la santé croient que le cancer du pénis est plus susceptible de se développer chez un homme dont la région génitale n'est pas gardée propre.

Ne pas être circoncis

Lors de la circoncision, on enlève le prépuce du pénis. L’homme qui n’est pas circoncis risque davantage d'être atteint d'un cancer du pénis. L’incidence de ce cancer semble être plus faible chez les hommes circoncis lorsqu'ils étaient nouveau-nés ou enfants. L'âge auquel un homme est circoncis semble affecter le risque de cancer du pénis. Une circoncision pratiquée à l'âge adulte ne semble pas offrir de protection contre le cancer du pénis.

Les recherches laissent entendre que la circoncision favoriserait une meilleure hygiène du pénis, réduirait l'inflammation liée à une accumulation de sécrétions (smegma) et diminuerait le risque d'infection au VPH du pénis. La circoncision prévient le phimosis qui est aussi lié au cancer du pénis.

Bien qu'on ait certaines preuves que la circoncision réduit le risque de cancer du pénis, on n'en a pas suffisamment pour recommander la circoncision comme méthode préventive de ce type de cancer. La Société canadienne de pédiatrie ne recommande pas systématiquement la circoncision des nouveau-nés de sexe masculin. Cette décision est très personnelle et dépend davantage de la religion et de la culture que de raisons médicales.

Système immunitaire affaibli

L'affaiblissement du système immunitaire peut accroître le risque de cancer du pénis, car un système immunitaire affaibli peut atténuer la capacité du corps à se défendre contre les infections, dont l'infection au VPH. Le système immunitaire peut être affaibli entre autres par les éléments suivants :

  • les immunosuppresseurs, des médicaments qui inhibent le système immunitaire et qui servent à prévenir un rejet après une greffe d'organe
  • le VIH ou le sida, et les personnes atteintes risquent davantage de développer de nombreux types de cancer

Tabagisme

Le tabagisme peut accroître le risque de cancer du pénis. Ce risque semble être le plus élevé chez les hommes qui fument beaucoup et depuis de nombreuses années. On ne connaît pas le rôle exact du tabac dans le développement du cancer du pénis. Les chercheurs croient que les substances chimiques des cigarettes qui causent le cancer pourraient endommager l'ADN des cellules du pénis et ainsi faire augmenter le risque de cancer du pénis.

Traitement du psoriasis

Le psoriasis est une affection cutanée. Le traitement peut comprendre la prise du médicament appelé psoralène suivie de l’exposition de la région de peau affectée à la lumière ultraviolette (PUVA thérapiePUVA thérapieType de thérapie qui utilise à la fois le psoralène (P) et les rayons ultraviolets A (UVA).). Les hommes qui ont reçu ce traitement risquent davantage d'être atteints d'un cancer du pénis.

Facteurs de risque possibles

On a établi un certain lien entre le facteur qui suit et le cancer du pénis, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour dire qu'il est un facteur de risque connu. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ce facteur dans le développement du cancer du pénis.

  • Blessure – Une blessure et de petites déchirures ou éraflures au pénis peuvent accroître le risque de cancer du pénis. Bien qu’on ne sache pas exactement comment elles contribuent à ce cancer, on croit qu’elles engendreraient possiblement une hausse du risque d'infection au VPH.

Facteurs de risque inconnus

Pour le facteur qui suit, on ne possède pas suffisamment de preuves ou bien la preuve est peu concluante. En d'autres mots, on ne peut pas dire avec certitude que ce facteur est associé au développement du cancer du pénis:

  • érection prolongée douloureuse (priapisme)

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Paul Newcombe Être bénévole durant le Mois de la jonquille est une expérience incroyablement gratifiante, qu’on ait été touché ou non par le cancer.

Lisez l’histoire de Paul

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus