Logo Société canadienne du cancer

Cancer du pénis

Vous êtes ici:

Statistiques de survie au cancer du pénis

Les statistiques de survie au cancer du pénis sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu’elles sont fondées sur l’expérience de groupes de personnes, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d’une personne en particulier.

Il existe de nombreuses méthodes différentes pour évaluer et consigner les statistiques de survie au cancer. Votre médecin peut vous expliquer les statistiques relatives au cancer du pénis et ce qu’elles signifient pour vous.

Survie relative

La survie relative sert à déterminer quelle est la probabilité qu’une personne atteinte de cancer soit encore en vie après son diagnostic comparativement à des personnes qui font partie de la population générale et qui n’ont pas le cancer, mais qui présentent les mêmes caractéristiques (comme l’âge et le sexe).

Au Canada, on consigne les statistiques de survie relative après 5 ans pour le cancer du pénis. La survie relative après 5 ans pour le cancer du pénis est de 67 %, ce qui signifie qu’un homme diagnostiqué d’un cancer du pénis aurait, en moyenne, 67 % de chances de vivre au moins 5 ans à la suite de son diagnostic comparativement à une personne dans la population générale.

Survie par stade

La survie varie selon le stade du cancer du pénis. Les facteurs suivants peuvent aussi affecter la survie au cancer du pénis.

  • En général, plus le cancer du pénis est diagnostiqué et traité à un stade précoce, meilleur est le pronostic.
  • Un cancer précoce du pénis a tendance à réagir fortement au traitement.
  • De nombreux traitements sont efficaces contre le cancer du pénis.
  • Un cancer du pénis de stade avancé peut être difficile à guérir, mais il réagit bien à certains traitements, comme la radiothérapie, la chimiothérapie ou les deux.

On ne dispose pas de statistiques canadiennes spécifiques sur les différents stades du cancer du pénis. Les renseignements suivants sont tirés de diverses sources et peuvent comprendre des statistiques de survie provenant d’autres pays.

Survie au cancer du pénis
Emplacement de la tumeurSurvie relative après 5 ans

Cancer du pénis confiné à l’intérieur du pénis (stades 0 à II)

80 % à 100 %

Cancer du pénis qui s’est propagé aux tissus voisins ou aux ganglions lymphatiques* (stade III et certains stades IV)

40 % à 80 %

Cancer du pénis qui s’est propagé jusqu’à des emplacements éloignés (certains stades IV)

11 %

*Le nombre de ganglions lymphatiques et le groupe de ganglions dans lesquels le cancer s’est propagé jouent aussi un rôle dans la survie. Un homme dont le cancer n’a atteint qu’un seul ganglion lymphatique de l’aine (ganglion inguinal) a 80 % de chances d’être en vie au moins 5 ans après avoir reçu son diagnostic. Un homme dont le cancer a atteint plus de 2 ganglions inguinaux ou un autre groupe de ganglions a 40 % de chances d’être en vie au moins 5 ans après avoir reçu son diagnostic.

Le taux de survie après 5 ans correspond au pourcentage de personnes qui sont encore en vie au moins 5 ans après avoir reçu leur diagnostic de cancer. Cependant, certains peuvent vivre beaucoup plus que 5 ans.

Questions sur la survie

On conseille aux personnes atteintes de cancer de discuter de leur pronostic avec leur médecin. Le pronostic repose sur de nombreux facteurs dont ceux-ci :

  • antécédents médicaux de l’homme
  • type de cancer
  • stade
  • caractéristiques du cancer
  • traitements choisis
  • réaction au traitement

Seul un médecin qui connaît bien ces facteurs pourra examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Histoires

Lisa Hamel Je suis la preuve qu’il est possible de mener une vie normale après le cancer.

Lisez l’histoire de Lisa

Information sur le cancer dans plus de cent langues

Illustration d’un point d’interrogation

Le Service d’information sur le cancer (SIC) de la Société canadienne du cancer est le seul service téléphonique national, bilingue et sans frais au Canada à offrir de l’information sur le cancer dans plus de cent langues.

Apprenez-en plus