Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la parathyroïde

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer de la parathyroïde

La chirurgie est le traitement principal du cancer de la parathyroïde. On y a recours pour :

  • tenter de guérir le cancer en enlevant complètement la glande parathyroïde et le tissu qui l’entoure
  • enlever une maladie récidivante
  • enlever des métastases

 

Il est important de contrôler l’hypercalcémie (hausse du taux de calcium sanguin) avant la chirurgie. On traite l’hypercalcémie en injectant des liquides ainsi que des médicaments par voie intraveineuse afin d’accroître le perte de calcium et d’eau par les reins.

Avant ou pendant la chirurgie, il est souvent difficile d’établir combien des 4 glandes parathyroïdes sont affectées. La tumeur parathyroïdienne peut être un nodule hyperplasique ou un adénome bénin (non cancéreux). Elle est encore plus rarement une lésion maligne appelée carcinome parathyroïdien. Le type de chirurgie pratiqué dépend surtout de ce que le médecin pense relativement à la présence de plusieurs tumeurs. Ce choix dépend aussi de ce que le médecin pense relativement à la malignité ou à la bénignité de la tumeur en fonction :

  • des taux sanguins de calcium et de parathormone extrêmement élevés
  • de l’apparence et de la consistance de la tumeur
  • de la fixation de la tumeur à des structures voisines

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent du type d’intervention pratiqué.

Résection monobloc

La résection monobloc est le traitement privilégié du cancer de la parathyroïde. Établir que la tumeur est cancéreuse avant ou après la chirurgie permet au chirurgien d’opter pour la résection monobloc. Cette chirurgie réduit davantage le risque de récidive locale que la parathyroïdectomie, soit l’ablation de la glande parathyroïde seulement.

  • Le cancer de la parathyroïde envahit souvent la partie de la glande thyroïde située du même côté que la tumeur parathyroïdienne.
  • La résection monobloc permet d'enlever la tumeur ainsi qu'une partie de la glande thyroïde, les muscles du cou voisins, les tissus qui entourent la trachée et le nerf laryngé récurrent.
    • On enlève le nerf laryngé récurrent seulement si on a la preuve que le cancer s’y est propagé, c’est-à-dire qu’une corde vocale est paralysée ou que le chirurgien observe cet envahissement du nerf lors de l’opération.
  • Le chirurgien prend bien soin de ne pas rompre la capsule de la tumeur pendant la chirurgie en raison du risque élevé de propagation (dissémination) des cellules cancéreuses dans le cou.
    • Si des cellules cancéreuses se propagent, cela empêche le traitement d'être efficace et augmente le risque de récidive.

Réexcision chirurgicale

La réexcision chirurgicale est le premier choix de traitement pour une récidive locale au cou puisqu’elle peut permettre de maîtriser la maladie à long terme.

  • La plupart du temps, la récidive est multifocale, ce qui signifie qu'elle se manifeste à de nombreux emplacements dans le cou, dont le nerf laryngé récurrent, la trachée, l'œsophage et les vaisseaux sanguins du cou ainsi que le médiastin (région située derrière le centre du thorax). Le chirurgien enlève la plus grande partie possible du cancer tout en essayant d’épargner le nerf laryngé récurrent et d’éviter la paralysie des cordes vocales.
  • Il arrive parfois qu'on enlève le nerf laryngé récurrent si une seule tumeur récidivante est présente. Dans ce cas, les bienfaits de la maîtrise de la maladie l'emportent sur les effets secondaires de l'ablation du nerf, dont la paralysie des cordes vocales.
  • On doit parfois répéter la réexcision pour maîtriser l'hypercalcémie causée par la tumeur qui se développe.

Lymphadénectomie

On enlève les ganglions lymphatiques (lymphadénectomie) du cou seulement lorsqu'ils sont enflés ou fermes, ce qui laisse croire à la présence d’une maladie. La lymphadénectomie ne fait pas automatiquement partie de la chirurgie puisque le cancer de la parathyroïde évolue lentement et que son taux de propagation aux ganglions lymphatiques est faible. L’ablation des ganglions lymphatiques du cou est appelée lymphadénectomie cervicale ou curage ganglionnaire cervical.

Ablation des métastases

Le cancer de la parathyroïde est une maladie qui évolue lentement, c’est pourquoi une chirurgie visant à enlever des métastases locales au cou ou aux ganglions lymphatiques, ou bien des métastases à distance aux poumons, aux os ou au foie, peut permettre de bien maîtriser la maladie. Lorsque c'est possible, on pratique une chirurgie pour enlever une tumeur métastatique ou la plus grande partie possible de la tumeur afin de maîtriser l'hypercalcémie causée par la tumeur.

Consultez la liste de questions à poser au médecin sur la chirurgie.

Histoires

Researcher Dr John Bell Combattre le cancer au moyen de virus sur mesure

Plus de details

Une célébration pour les survivants du cancer au Relais pour la vie

Illustration du Relais pour la vie

La Société canadienne du cancer fournit une occasion en or de célébrer le courage des survivants du cancer dans la bataille contre la maladie. Lors des centaines d’événements du Relais pour la vie qui ont lieu d’un bout à l’autre du pays, des milliers de gens se réunissent pour effectuer le Tour des survivants.

Apprenez-en plus