Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la parathyroïde

Vous êtes ici:

Suivi après un traitement du cancer de la parathyroïde

Le cancer de la parathyroïde se comporte différemment chez chaque personne : c’est pourquoi un programme de suivi standard ne convient pas à tous les cas. Toute personne atteinte devrait discuter avec son médecin d’un plan de suivi qui répond à sa propre situation. Les spécialistes du cancer (oncologues) et le médecin de famille se partagent souvent cette responsabilité.

Une fois le traitement terminé, il faudrait signaler au médecin l'apparition de nouveaux symptômes ou la présence de symptômes qui persistent sans attendre au prochain rendez-vous fixé. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • fatigue
  • faiblesse musculaire
  • plus grande soif
  • mictions fréquentes et plus abondantes
  • nausées et vomissements
  • déshydratation
  • douleur osseuse
  • fractures osseuses
  • masse dans le cou qu’on peut palper
  • changement de la voix (comme l’enrouement)

Le risque de réapparition du cancer de la parathyroïde est plus élevé au cours des 5 premières années qui suivent le traitement, donc on doit faire un suivi étroit de la personne pendant cette période. Cependant, le cancer de la parathyroïde peut récidiver en tout temps.

Planification du suivi

Le suivi varie après un traitement du cancer de la parathyroïde. Les consultations sont habituellement prévues à intervalles réguliers. Les visites de suivi peuvent être moins fréquentes au fil du temps, mais elles auront lieu régulièrement pour le reste de la vie de la personne.

Interventions

Lors d’une visite de suivi, le médecin pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement, la présence de nouveaux symptômes et la capacité d’adaptation de la personne. Il est possible que le médecin fasse un examen physique complet, dont :

  • palper le cou pour savoir s’il y a des ganglions lymphatiques enflés ou fermes

Des examens pourraient être prescrits dans le cadre du suivi ou si le médecin soupçonne la réapparition du cancer (récidive).

  • On fait des analyses sanguines pour mesurer :
    • le taux de parathormone (PTH)
    • le taux de calcium et de vitamine D
  • On fait une échographie du cou pour :
    • évaluer le cou et les ganglions lymphatiques voisins
    • savoir si la tumeur s’est propagée aux tissus voisins
  • On fait des examens d’imagerie afin d’identifier une propagation locale ou à distance de la tumeur :
    • scintigraphie au sestamibi
    • TDM
    • IRM

Si on observe une récidive lors du suivi, l'équipe d'oncologie évaluera la personne atteinte afin de déterminer les meilleures options de traitement.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur le suivi après le traitement.

Histoires

Marie Whitehead Déceler le cancer le plus tôt possible. C’est ce qui compte avant tout. Cela pourrait vous sauver la vie.

Lisez l’histoire de Marie

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus