Cancer de la parathyroïde

Vous êtes ici:

Traitements du cancer de la parathyroïde

Si vous êtes atteint d’un cancer de la parathyroïde, votre équipe de soins élaborera un plan de traitement spécialement pour vous. Ce plan sera basé sur votre état de santé et sur des renseignements propres au cancer. Quand votre équipe de soins décide quels traitements vous proposer pour le cancer de la parathyroïde, elle prend les éléments suivants en considération :

  • si le cancer est localisé, métastatique ou récidivant
  • taux de calcium dans le sang

Il est possible qu’on vous propose un ou plusieurs des traitements suivants pour le cancer de la parathyroïde.

Chirurgie

La chirurgie est le traitement principal du cancer de la parathyroïde. Selon le stade du cancer, on pourrait pratiquer un ou plusieurs des types de chirurgie suivants.

Une résection monobloc consiste à enlever d’un morceau (en bloc) la tumeur ainsi que les tissus qui l’entourent afin d’obtenir une marge chirurgicale saine. En présence d’un cancer de la parathyroïde, on retire une ou plusieurs glandes parathyroïdes et, en général, on ôte également une partie de la thyroïde. En plus de la tumeur, on peut aussi enlever une partie du gras et des muscles du cou, les tissus qui entourent la trachée, les ganglions lymphatiques avoisinants et le nerf qui se rend au larynx (appelé nerf laryngé récurrent). Dans la plupart des cas de cancer de la parathyroïde, la résection monobloc est la première opération chirurgicale effectuée. Pendant une courte période après l’intervention, vous pourriez recevoir des suppléments de calcium (injectés dans une veine ou administrés sous forme de pilules) jusqu’à ce que le taux de calcium dans votre sang retourne à la normale.

Un curage ganglionnaire cervical (ou lymphadénectomie cervicale) consiste à enlever les ganglions lymphatiques du cou. Le chirurgien peut pratiquer cette intervention si, en se fondant sur les résultats d’examens d’imagerie, il croit que ces ganglions renferment des cellules cancéreuses. Tout ganglion lymphatique enflé détecté durant l’opération sera retiré. Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire cervical.

Une réduction tumorale consiste à enlever la plus grande partie possible du cancer. On peut l’effectuer pour maîtriser les symptômes d’un cancer de la parathyroïde récidivant qui réapparaît dans le cou ou dans le thorax (on parle alors de chirurgie palliative). De nombreuses personnes atteintes de cancer de la parathyroïde récidivant subissent plus d’une opération pour maîtriser leurs symptômes.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent principalement du type de chirurgie, de la partie du corps opérée et de votre état de santé global. La chirurgie du cancer de la parathyroïde peut entraîner une infection ou la formation d’un hématome sur le cou. Elle engendre souvent des cicatrices sur le cou, qui disparaissent habituellement en guérissant. Si le nerf laryngé récurrent, l’œsophage ou la trachée sont endommagés lors de la chirurgie, cela peut causer de l’enrouement et de la difficulté à avaler.

Apprenez-en davantage sur la chirurgie comme traitement du cancer.

Traitements de l’hypercalcémie

Avant la chirurgie, on administre un traitement contre l’hypercalcémie. L’hypercalcémie désigne un excès de calcium dans le sang. Elle survient chez de nombreuses personnes atteintes de cancer de la parathyroïde, car une ou plusieurs des glandes parathyroïdes est hyperactive et produit trop de parathormone (PTH), aussi appelée hormone parathyroïdienne. La PTH régule le taux de calcium dans le sang. Si elle n’est pas traitée, l’hypercalcémie peut provoquer de graves problèmes de santé pouvant mettre la vie en danger.

Le traitement de l’hypercalcémie peut inclure les options suivantes.

Le remplacement des liquides du corps permet de traiter la déshydratation (perte d’une quantité excessive d’eau). Celle-ci survient souvent chez les personnes atteintes d’hypercalcémie. Après la réhydratation, on administre des médicaments appelés diurétiques, comme le furosémide, pour accroître l’excrétion de calcium dans l’urine par les reins.

Les bisphosphonates sont des médicaments qui aident à ralentir la dégradation des os. Ils sont administrés pour réduire le taux de calcium dans le sang. Apprenez-en davantage sur les bisphosphonates.

La calcitonine est une hormone qui contribue à la régulation du taux de calcium dans le sang et qui est normalement produite par la thyroïde. Elle peut aussi être synthétisée en laboratoire et administrée sous forme de médicament (alcimar, Miacalcin). La calcitonine ralentit la libération de calcium par les os et augmente l’excrétion de calcium par les reins dans l’urine.

Les effets secondaires du traitement de l’hypercalcémie dépendent principalement du type et de la dose du médicament employé et de la durée du traitement. Discutez avec votre médecin des effets secondaires auxquels vous pourriez vous attendre si vous recevez un traitement contre l’hypercalcémie.

Apprenez-en davantage sur l’hypercalcémie.

Radiothérapie

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. En général, on n’emploie pas la radiothérapie pour traiter le cancer de la parathyroïde, car celui-ci réagit habituellement peu à ce traitement (on dit qu’il n’est pas radiosensible). Puisque ce cancer est rare et que seul un petit nombre de sujets peut être étudié par les chercheurs, il est difficile de savoir si la radiothérapie peut être utile dans certains cas.

On utilise parfois la radiothérapie externe dirigée vers le cou après la chirurgie du cancer de la parathyroïde, par exemple lorsqu’on détecte des cellules cancéreuses dans la marge chirurgicale. La radiothérapie vise alors à détruire les cellules cancéreuses qui restent et à réduire le risque que le cancer réapparaisse (récidive).

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent principalement de la dose totale de radiation et du mode d’administration. Certains des effets secondaires courants de la radiothérapie administrée pour traiter le cancer de la parathyroïde sont la fatigue, les problèmes de peau (comme la rougeur), la douleur dans la bouche et le mal de gorge ainsi que la difficulté à avaler.

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie externe.

Chimiothérapie

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour détruire les cellules cancéreuses. En général, on ne l’emploie pas pour traiter le cancer de la parathyroïde, car elle n’est habituellement pas efficace contre ce type de cancer. Elle est tout de même utilisée dans certains cas de cancer métastatique ou récidivant où il n’est pas possible de pratiquer une chirurgie. L’objectif de la chimiothérapie est d’obtenir une rémission, même si celle-ci n’est souvent que de courte durée.

Il n’existe pas d’agent chimiothérapeutique standard pour traiter le cancer de la parathyroïde. Certains des agents qui ont été employés, seuls ou en association, incluent la dacarbazine (DTIC), le 5-fluorouracile (5-FU, Adrucil), la cyclophosphamide (Procytox), le méthotrexate, la doxorubicine (Adriamycin) et la lomustine (CeeNU, CCNU).

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent principalement du type de médicament, de la dose, du mode d’administration et de votre état de santé global. Certains des effets secondaires courants des agents chimiothérapeutiques utilisés pour traiter le cancer de la parathyroïde sont un nombre peu élevé de globules blancs, les nausées et les vomissements, la diarrhée et la perte de poils et de cheveux.

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie.

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer

Vous pourriez envisager des soins qui visent à vous faire sentir mieux sans traiter le cancer lui-même, peut-être parce que les traitements du cancer n’agissent plus, qu’il n’est plus probable qu’ils améliorent votre état ou que leurs effets secondaires sont difficiles à tolérer. D’autres raisons peuvent expliquer pourquoi vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez avec les membres de votre équipe de soins. Ils peuvent vous aider à choisir les soins et le traitement du cancer avancé.

Suivi après le traitement

Dans environ la moitié des cas, le cancer de la parathyroïde réapparaît (récidive) après la chirurgie. La récidive survient généralement de 2 à 5 ans après la première opération. Le suivi est donc une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes de cette maladie. Vous devrez régulièrement avoir des visites de suivi. Ces visites permettent à l’équipe de soins de suivre votre évolution, de savoir comment vous vous rétablissez du traitement et de vérifier s’il y a une récidive.

Lors d’une visite de suivi, votre équipe de soins vous pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement et sur votre degré d’adaptation. Elle vous demandera aussi si vous éprouvez des symptômes.

Il est possible que votre médecin fasse un examen physique, lors duquel il pourrait :

  • prendre votre pouls et votre pression artérielle
  • palper votre cou pour savoir s’il y a des bosses ou des ganglions lymphatiques enflés

Le suivi comporte souvent des examens. On pourrait effectuer les épreuves suivantes :

  • analyses de sang pour vérifier si les taux de calcium et de PTH sont élevés
  • échographie du cou pour vérifier si le cancer est réapparu (récidive locale) ou s’il s’est propagé aux ganglions lymphatiques
  • scintigraphie des parathyroïdes (aussi appelée scintigraphie au sestamibi) pour vérifier si le cancer est réapparu
  • tomodensitométrie (TDM) ou imagerie par résonance magnétique (IRM) du cou, du thorax ou de l’abdomen pour vérifier s’il y a un cancer métastatique

Essais cliniques

Quelques essais cliniques sur le cancer de la parathyroïde sont en cours au Canada et acceptent des participants. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Questions à poser sur le traitement et le suivi

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le traitement et des questions sur le suivi à votre équipe de soins.

marge

Partie de tissus normaux entourant une tumeur qui est enlevée en même temps que la tumeur durant la chirurgie.

La marge chirurgicale peut être décrite comme étant négative ou saine si aucune cellule cancéreuse n’est détectée sur le bord du tissu prélevé. Elle peut être décrite comme étant positive ou atteinte si des cellules cancéreuses sont détectées sur le bord du tissu, ce qui signifie que les cellules cancéreuses n’ont pas toutes été enlevées.

palliatif

Qui soulage.

Les traitements palliatifs, par exemple, permettent de soulager les symptômes sans toutefois guérir la maladie.

hématome

Accumulation de sang à l’extérieur d’un vaisseau sanguin, sous la peau.

L’hématome peut se former dans un organe, un tissu ou un espace dans le corps. Il est généralement causé par la rupture de la paroi d’un vaisseau sanguin.

diurétique

Médicament ou substance qui accroît la production de l’urine.

rémission

Diminution ou disparition des signes et symptômes d’une maladie (comme le cancer).

La rémission complète est la disparition de tous les signes et symptômes. La rémission partielle est une diminution ou la disparition de certains, mais non de la totalité, des signes et symptômes. La rémission spontanée est une amélioration inattendue de l’état du patient lorsque ce dernier reçoit peu de traitements ou lorsqu'il ne reçoit aucun traitement.

Histoires

Brock Taraba Brock n'a pas eu de récidive de cancer depuis plus de dix ans, grâce au soutien de la Société canadienne du cancer.

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus