A A A


Chirurgie du cancer du pancréas

On peut pratiquer une chirurgie pour traiter le cancer du pancréas. On y a recours pour :

  • possiblement guérir la personne du cancer en enlevant complètement la tumeur
  • atténuer la douleur ou les symptômes (traitement palliatif)

 

On ne peut souvent pas déterminer exactement l'étendue du cancer du pancréas avant la chirurgie, même avec des épreuves de stadification perfectionnées. Des examens peuvent révéler qu'il est possible d'enlever la tumeur (résécable) mais lors de la chirurgie, on constate qu'il n'est pas possible de l'enlever (non résécable) ou qu'il y a des métastases. Si on découvre une tumeur non résécable ou des métastases, on pourrait alors pratiquer une chirurgie palliative pour soulager la douleur ou traiter ou bien prévenir les symptômes engendrés par l'obstruction.

 

Les personnes atteintes d'un cancer du pancréas sont évaluées avant la chirurgie. On vérifie leur état nutritionnel et leur état général de santé.

 

Le type de chirurgie pratiqué dépend surtout du stade du cancer et de l'emplacement de la tumeur. Les effets secondaires de la chirurgie dépendent du type d'intervention pratiqué.

Opération de Whipple

L'opération de Whipple est l'intervention qu'on pratique le plus souvent en présence d'un cancer du pancréas. On y a recours pour les tumeurs logées dans la tête du pancréas ou dans l'ouverture du canal pancréatique. Cette chirurgie permet d'enlever :

  • la tête ou le corps du pancréas ou bien les deux
  • une section de la partie inférieure de l'estomac
  • le duodénum (première partie de l'intestin grêle)
  • une section du jéjunum (partie centrale de l'intestin grêle)
  • la vésicule biliaire
  • une partie du canal cholédoque (conduit qui transporte la bile vers le duodénum)
  • les ganglions lymphatiques avoisinants

Duodéno-pancréatectomie avec conservation du pylore

La duodéno-pancréatectomie avec conservation du pylore est une variante de l'opération de Whipple. On laisse en place tout l'estomac et la partie du duodénum qui est reliée à l'estomac, dont le sphincter (valvule pylorique) situé entre l'estomac et le duodénum.

 

On maintient ainsi la fonction normale de l'estomac et on évite les troubles nutritionnels engendrés par l'opération de Whipple.

Pancréatectomie distale

On peut pratiquer une pancréatectomie distale en présence d'une tumeur du pancréas de stade très précoce logée dans le corps ou la queue de cet organe. On enlève la tête du pancréas ou bien la tête et une partie du corps du pancréas, les ganglions lymphatiques voisins et la rate. La tête du pancréas reste fixée au duodénum.

Pancréatectomie totale

Bien que plutôt rare, on pourrait pratiquer la pancréatectomie totale si le cancer s'est propagé au pancréas en entier ou si le pancréas ne peut être fixé sans danger à l'intestin grêle.

 

Cette intervention consiste à enlever tout le pancréas, une partie du canal cholédoque, la partie inférieure de l'estomac, le duodénum, une section du jéjunum (partie centrale de l'intestin grêle), la vésicule biliaire, la rate et les ganglions lymphatiques voisins. Les parties restantes de l'estomac et du canal cholédoque sont ensuite reliées à la section du jéjunum qui reste.

 

Comme on enlève tout le pancréas, la personne fera du diabète et aura besoin d'insuline. Le diabète est souvent difficile à maîtriser. La production d'enzymes pancréatiques nécessaires à la digestion des aliments n'est plus possible et la personne doit donc suivre un traitement enzymatique substitutif pour la vie.

Interventions chirurgicales palliatives

La tumeur logée dans la tête du pancréas provoque souvent l'obstruction du canal cholédoque ou du duodénum. S'il n'est pas possible d'enlever complètement le cancer du pancréas ou s'il est à un stade avancé, on pourrait alors pratiquer une chirurgie pour soulager les symptômes causés par le blocage.

Mise en place d'une endoprothèse

La mise en place d'une endoprothèse est la méthode la plus couramment employée pour dégager l'obstruction causée par la tumeur du pancréas. L'endoprothèse est un tube mince et creux qui est habituellement fait de métal. On place l'endoprothèse dans le canal biliaire lors d'une cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE).

 

L'endoprothèse maintient le canal biliaire ouvert en exerçant une pression sur ce tube de l'intérieur. La bile s'écoule dans l'intestin grêle, comme cela se fait habituellement.

 

Il est possible qu'on doive remplacer l'endoprothèse aux 3 à 4 mois ou plus tôt puisqu'elle risque de s'obstruer. On a maintenant recours à des endoprothèse de plus longue durée. Leur diamètre est plus grand et elles sont extensibles.

 

Il arrive parfois qu'on insère l'endoprothèse à travers la peau et que la bile s'écoule hors du corps (méthode percutanée).

Dérivation chirurgicale

On peut pratiquer une dérivation chirurgicale pour dégager l'obstruction causée par une tumeur du pancréas. Mais en général, la mise en place d'une endoprothèse remplace tous les types de dérivation chirurgicale.

 

On peut rétablir l'écoulement de bile en faisant une intervention appelée dérivation biliaire. Différents types de dérivation biliaire sont employés selon l'emplacement du blocage.

  • La cholédocho-jéjunostomie permet de relier le canal cholédoque au jéjunum, un segment de l'intestin grêle.
  • L'hépatico-jéjunostomie permet de relier au jéjunum le canal qui fait circuler la bile évacuée par le foie.
  • Il arrive parfois qu'on fixe l'estomac directement au jéjunum, un segment de l'intestin grêle, pour éviter de pratiquer une deuxième chirurgie si le duodénum s'obstrue plus tard quand la maladie évolue (on parle alors de dérivation gastrique ou de gastrojéjunostomie).

 

Consultez la liste de questions à poser au médecin sur la chirurgie.

References

Nous sommes là pour vous. Dites-nous ce que vous désirez savoir, et un de nos spécialistes en information vous répondra par courriel ou par téléphone.

500

Nom:

Courriel:

Numéro de téléphone:

Code postal:

Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.