Cancer de l’ovaire

Vous êtes ici:

Soins de soutien pour le cancer de l’ovaire

Les soins de soutien permettent aux femmes de surmonter les obstacles physiques, pratiques, émotifs et spirituels engendrés par le cancer de l’ovaire. Ils représentent une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes de cette maladie. De nombreux programmes et services permettent de répondre aux besoins et d’améliorer la qualité de vie de celles-ci et de leurs proches, en particulier une fois que le traitement est terminé.

Le rétablissement d’un cancer de l’ovaire et l’adaptation à la vie après le traitement diffèrent d’une femme à l’autre. Ils varient selon le stade du cancer, les organes et les tissus enlevés par chirurgie, le type de traitement administré et bien d’autres facteurs. La fin du traitement d’un cancer peut engendrer des émotions partagées. Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d’autres questions à régler, comme l’adaptation aux effets secondaires à long terme. Une femme qui a été traitée pour un cancer de l’ovaire peut se préoccuper des aspects suivants.

Estime de soi et image corporelle

L’estime de soi désigne la façon par laquelle une personne se sent par rapport à elle-même. L’image corporelle désigne la façon par laquelle une personne perçoit son propre corps. Le cancer de l’ovaire et ses traitements peuvent nuire à l’estime de soi et à l’image corporelle d’une femme, souvent parce qu’ils entraînent des changements corporels, par exemple :

  • cicatrices
  • perte de poils et de cheveux
  • changements du poids corporel
  • troubles sexuels

Certains de ces changements peuvent être temporaires, alors que d’autres dureront longtemps ou seront permanents.

Pour de nombreuses femmes, l’image corporelle et l’idée qu’elles se font du regard des autres sont étroitement liées à l’estime de soi. Il peut s’agir d’une préoccupation réelle susceptible de causer une détresse considérable. Ces femmes peuvent ressentir de la colère, de l’inquiétude ou de la peine, avoir peur de sortir ou craindre d’être rejetées par les autres, même si les effets du traitement ne sont pas nécessairement visibles.

Apprenez-en davantage sur l’adaptation aux problèmes touchant l’estime de soi et l’image corporelle.

Lymphœdème

Le lymphœdème est une forme d’enflure qui se produit lorsque la lymphe s’accumule dans les tissus. Il apparaît habituellement dans des parties du corps où on a enlevé un grand nombre de ganglions lymphatiques.

Vos jambes peuvent être atteintes de lymphœdème si on a retiré des ganglions dans votre bassin ou vos aines. Le lymphœdème est plus susceptible de se produire si vous avez également reçu une radiothérapie au bassin.

Si vous êtes atteinte de lymphœdème, votre équipe de soins peut vous proposer des moyens pour réduire le plus possible l’enflure et la douleur et empêcher que davantage de lymphe s’accumule. Pour traiter le lymphœdème, on peut soulever le membre pour que la lymphe puisse circuler plus facilement, faire de l’exercice, porter des bas de contention et faire de la physiothérapie de façon régulière. Vous pouvez aussi demander d’être dirigée vers un professionnel de la santé qui se spécialise dans le traitement du lymphœdème.

Apprenez-en davantage sur le lymphœdème.

Ascite

L’ascite est une accumulation de liquide dans l’abdomen (cavité péritonéale). Elle survient lorsque le corps produit du liquide plus rapidement qu’il est en mesure de l’éliminer. De nombreuses femmes atteintes de cancer de l’ovaire présentent de l’ascite, en particulier lorsque la maladie évolue.

Apprenez-en davantage sur l’ascite.

Occlusion intestinale

Une occlusion intestinale se produit lorsque le gros intestin (ou le côlon) ou l’intestin grêle devient bloqué ou tordu et que son contenu ne peut plus y circuler facilement. Les personnes qui ont subi une chirurgie abdominale présentent un plus grand risque d’être atteintes d’une occlusion intestinale.

Il est fréquent que le cancer de l’ovaire cause une occlusion intestinale, car la tumeur ou l’ascite exerce de la pression sur les intestins. Une occlusion intestinale due au cancer de l’ovaire se forme lentement, prenant des semaines ou des mois pour apparaître.

Apprenez-en davantage sur l’occlusion intestinale.

Épanchement pleural

L’épanchement pleural est une accumulation de liquide dans l’espace (appelé plèvre) situé entre le revêtement externe du poumon et le revêtement interne de la paroi thoracique. Il risque davantage de se produire lorsque le cancer s’est propagé à la région où se trouvent les poumons.

Apprenez-en davantage sur l’épanchement pleural.

Ménopause provoquée par le traitement

La ménopause survient naturellement lorsqu’une femme vieillit, habituellement au début de la cinquantaine. Elle est causée par la diminution du taux des hormones sécrétées par les ovaires. La ménopause précoce est l’un des effets secondaires que peut éprouver une femme recevant un traitement du cancer de l’ovaire.

Apprenez-en davantage sur la ménopause provoquée par le traitement.

Troubles de la fertilité

La majorité des cancers de l’ovaire apparaissent chez les femmes ayant passé l’âge de procréer, mais les femmes plus jeunes qui en sont atteintes pourraient se préoccuper des troubles de la fertilité qu’elles pourraient éprouver.

Des troubles de la fertilité peuvent se manifester après une radiothérapie ou une chimiothérapie administrée pour traiter un cancer de l’ovaire. La plupart des femmes qui ont subi une chirurgie du cancer de l’ovaire sont incapables de tomber enceintes parce qu’on a enlevé leurs ovaires.

Pour préserver la fertilité chez les femmes qui souhaitent encore porter des enfants, on peut envisager d’avoir recours aux traitements du cancer de l’ovaire de stade précoce. Avant de commencer tout traitement du cancer de l’ovaire, discutez avec votre équipe de soins des effets secondaires qui risquent de nuire à votre capacité de porter des enfants après le traitement et de ce que vous pouvez faire.

Apprenez-en davantage sur le traitement des troubles de la fertilité.

Sexualité

Beaucoup de femmes continuent de vivre des relations solides empreintes de soutien et d’avoir une vie sexuelle satisfaisante après un cancer de l’ovaire. Si des troubles sexuels se manifestent à cause du traitement, il existe des moyens de les prendre en charge.

Certains effets secondaires du traitement du cancer de l’ovaire peuvent rendre les relations sexuelles douloureuses ou difficiles :

  • sécheresse vaginale provoquée par les traitements du cancer comme la radiothérapie ou la chirurgie
  • rétrécissement du vagin causé par la cicatrisation qui survient après une radiothérapie de la région pelvienne ou certaines chirurgies touchant le vagin
  • ménopause provoquée par les traitements du cancer comme la radiothérapie ou la chirurgie

Certaines femmes éprouvent moins de désir à avoir des relations sexuelles. Il est courant de ressentir un intérêt réduit pour le sexe au moment du diagnostic et du traitement.

Lorsqu’une femme recommence à avoir des relations sexuelles après un traitement du cancer de l’ovaire, elle peut craindre que celles-ci soient douloureuses ou qu’elle n’ait pas d’orgasme. Les premières expériences intimes avec une autre personne peuvent être décevantes. Il peut s’écouler un moment avant qu’un couple se sente de nouveau à l’aise l’un envers l’autre. Certaines femmes et leur partenaire pourraient avoir besoin de counseling pour les aider à faire face à ces sentiments et aux effets des traitements du cancer sur leur capacité d’avoir des relations sexuelles.

Apprenez-en davantage sur la sexualité et le cancer et sur les troubles sexuels chez la femme.

Récidive

Beaucoup de femmes traitées pour un cancer de l’ovaire sont préoccupées par la réapparition (récidive) du cancer. Il est important d’apprendre à faire face à ces inquiétudes afin de maintenir une bonne qualité de vie.

En plus du soutien offert par l’équipe de traitement, un professionnel en santé mentale comme un travailleur social ou un conseiller peut vous aider à apprendre à vivre avec un diagnostic de cancer de l’ovaire et à y faire face.

Anxiété et dépression

Certaines femmes atteintes de cancer de l’ovaire présentent un fort degré d’anxiété ou de dépression pendant ou après le traitement. L’anxiété et la dépression semblent être liées aux symptômes physiques et à l’importance du soutien que celles-ci pensent avoir de leurs proches, dont les aidants.

Vous pourriez avoir besoin de l’aide de votre équipe de soins. Vous pouvez aussi demander d’être dirigée vers un professionnel en santé mentale comme un travailleur social ou un conseiller.

Questions à poser sur les soins de soutien

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les soins de soutien à votre équipe de soins.

Histoires

Kim Moreau Cuisons pour vaincre le cancer a fait une immense différence dans la vie de bien des femmes.

Lisez l’histoire de Kim

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus