Cancer de l’ovaire

Vous êtes ici:

Réduire le risque de cancer de l'ovaire

Vous pouvez réduire votre risque de cancer de l’ovaire en adoptant les comportements suivants.

Discutez avec votre médecin de l'hormonothérapie substitutive

L’hormonothérapie substitutive (HTS) engendre des bienfaits ainsi que des risques. Des études démontrent qu’une HTS à base d’œstrogène seulement accroît le risque de cancer de l'ovaire. Discutez des risques et des bienfaits de la HTS avec votre médecin.

Ne fumez pas

Fumer accroît le risque d'apparition de certains types de cancer de l'ovaire. Si vous fumez, demandez de l'aide pour renoncer au tabac.

Évitez de vous exposer à l'amiante

L'exposition professionnelle à l'amiante accroît le risque de cancer de l'ovaire. Une personne qui travaille dans un milieu où l'amiante est présent devrait toujours respecter les mesures de sécurité qui s'imposent pour limiter son exposition.

Maintenez un poids santé

Certaines études démontrent que l'obésité peut accroître votre risque de cancer de l'ovaire. Vous pouvez réduire votre risque en ayant un poids santé. Bien manger et être active physiquement peut vous aider à avoir un poids santé.

Renseignez-vous sur les facteurs de protection

Certains médicaments et choix de vie peuvent aider à vous protéger contre le cancer de l'ovaire.

Contraceptifs oraux

La recherche démontre que les contraceptifs oraux (la pilule) réduisent le risque d’apparition de tous les types de cancer de l’ovaire. On observe une réduction du risque même après seulement quelques mois d’usage, mais prendre des contraceptifs oraux pendant plus de 5 ans engendre la plus grande réduction du risque. Cette protection dure au moins 20 ans après que vous ayez cessé de prendre la pilule.

La recherche laisse entendre que les contraceptifs oraux peuvent également réduire le risque chez les femmes plus susceptibles que la moyenne d'être atteintes du cancer de l'ovaire, comme celles qui n'ont jamais été enceintes ou qui sont porteuses d’une mutation du gène BRCA1 ou BRCA2.

Grossesse

Avoir été enceinte réduit le risque de cancer de l’ovaire. Plus le nombre de fois où vous avez été enceinte augmente, plus l'effet protecteur augmente. La grossesse ne semble cependant pas avoir un effet protecteur chez les femmes ayant d'importants antécédents familiaux de cancer de l'ovaire ou celles qui sont porteuses d'une mutation des gènes BRCA.

Chirurgie gynécologique

La ligature des trompes est une chirurgie qui permet de couper ou de bloquer les trompes de Fallope. Cette chirurgie réduit le risque d’une femme d’être un jour atteinte du cancer de l’ovaire.

L’hystérectomie est une chirurgie qui permet d’enlever l’utérus. Elle peut aussi réduire le risque de cancer de l’ovaire, mais pas autant que la ligature des trompes. L’hystérectomie semble réduire le risque quand on enlève également les trompes de Fallope et les ovaires (salpingo-ovariectomie).

Allaitement

Selon certaines études, l’allaitement réduit légèrement le risque de cancer de l’ovaire.

Découvrez si votre risque de cancer de l’ovaire est élevé

Certaines femmes peuvent présenter un risque plus élevé que la moyenne d’être atteintes du cancer de l’ovaire. Discutez de votre risque avec votre médecin. S’il est supérieur à la moyenne, vous pourriez avoir besoin d’un plan de dépistage personnalisé.

La salpingo-ovariectomie bilatérale de réduction des risques (RRSO), ou salpingo-ovariectomie prophylactique, peut être une option pour les femmes dont le risque d’être atteintes du cancer de l’ovaire est très élevé, comme celles qui sont porteuses d’une mutation des gènes BRCA ou dont au moins 2 parentes sont ou ont été atteintes de cette maladie. Lors de cette chirurgie, on enlève les ovaires et les trompes de Fallope. Il est possible que le chirurgien enlève aussi l'utérus au même moment. La femme qui subit une RRSO deviendra ménopausée à cause de ce traitement et ne sera plus en mesure de porter des enfants. C’est pourquoi on propose cette chirurgie aux femmes âgées entre 35 et 40 ans ou à celles qui ne souhaitent plus avoir d'enfants.

À l’heure actuelle, la RRSO est la meilleure stratégie de prévention visant à réduire le risque de cancer de l’ovaire chez les femmes porteuses d’une mutation des gènes BRCA. Elle réduit le risque d'apparition du cancer de l'ovaire jusqu'à 90 % chez les femmes dont le risque est élevé. Discutez des risques et des bienfaits de cette chirurgie avec votre médecin.

Pour plus d’information sur la prévention du cancer

Découvrez ce que vous pouvez faire pour prévenir le cancer.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

La Dre Wendy Parulekar, chercheuse, Groupe canadien des essais sur le cancer Le Groupe canadien des essais sur le cancer a découvert l’effet protecteur d’une hormonothérapie prolongée contre le cancer du sein.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus