Cancer de la cavité buccale

Vous êtes ici:

Radiothérapie pour le cancer de la cavité buccale

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. On administre parfois une radiothérapie pour traiter le cancer de la cavité buccale. Votre équipe de soins prendra en considération vos besoins personnels pour choisir le type de radiothérapie, la dose à administrer, la façon de le faire et l’horaire à suivre. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

Les avantages de la radiothérapie pour le cancer de la cavité buccale sont que l’apparence et les fonctions normales de la bouche sont conservées et qu’une anesthésie générale n’est pas nécessaire. Si la radiothérapie ne parvient pas à traiter efficacement le cancer de la cavité buccale, il est encore possible de faire une chirurgie de rattrapage, qui permet d’enlever tout le cancer qui reste après le traitement.

Les désavantages de la radiothérapie pour le cancer de la cavité buccale sont les effets secondaires. La radiothérapie n’est pas aussi efficace que la chirurgie pour traiter les grosses tumeurs et pratiquer une chirurgie après une radiothérapie est souvent plus difficile et plus dangereux.

On administre souvent une radiothérapie après une chirurgie du cancer de la cavité buccale. La radiothérapie peut être le traitement principal dans certains cas où la chirurgie n’est pas une option.

On a recours à la radiothérapie après la chirurgie pour les cancers de la cavité buccale dont le risque de réapparition (récidive) est élevé. On parle entre autres de cancers qui présentent n’importe laquelle des caractéristiques suivantes :

  • grosse tumeur
  • marges chirurgicales proches ou positives
  • tumeur qui s’est développée le long des nerfs ou à l’intérieur des nerfs (envahissement périneural)
  • propagation aux vaisseaux sanguins et aux ganglions lymphatiques (envahissement lymphovasculaire)
  • au moins deux ganglions lymphatiques positifs
  • cancer présent dans des ganglions lymphatiques qui s’est propagé hors de la capsule (extension extracapsulaire)
  • cancer présent dans un ganglion lymphatique qui mesure plus de 3 cm

On associe parfois la radiothérapie à la chimiothérapie pour traiter le cancer de la cavité buccale. C’est ce qu’on appelle une chimioradiothérapie. On administre ces 2 traitements pendant la même période.

On administre la radiothérapie pour différentes raisons. Vous pouvez recevoir une radiothérapie ou une chimioradiothérapie pour :

  • détruire les cellules cancéreuses;
  • réduire la taille de la tumeur avant d’autres traitements comme une chirurgie ou une chimiothérapie (radiothérapie néoadjuvante);
  • détruire les cellules cancéreuses qui pourraient rester après la chirurgie ou la chimiothérapie afin de réduire le risque de réapparition du cancer (radiothérapie adjuvante);
  • soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un cancer de la cavité buccale qui est avancé (traitement palliatif).

Avant la radiothérapie, il est important que vous passiez un examen dentaire et qu’on vous fasse tous les travaux dentaires nécessaires. Il est également important d’arrêter de fumer puisque le tabagisme peut réduire l’efficacité de la radiothérapie et aggraver les effets secondaires.

On a le plus souvent recours aux types suivants de radiothérapie pour traiter le cancer de la cavité buccale.

Radiothérapie externe

Lors de la radiothérapie externe, un appareil émet des radiations à travers la peau jusqu’à la tumeur et une partie du tissu qui l’entoure. La taille de la région traitée et la dose de radiation émise dépendent de la taille de la tumeur, de l’envahissement du tissu voisin par la tumeur et de la propagation du cancer.

Les médecins peuvent avoir recours aux types suivants de radiothérapie externe pour cibler la région à traiter et épargner le plus possible de tissu normal voisin.

La radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle (RC 3D) émet la radiation vers la tumeur à partir de plusieurs directions. Le radio-oncologue se sert des images d’IRM pour cartographier l’emplacement et la forme exacts de la tumeur. Plusieurs faisceaux de rayonnement sont ensuite modelés et dirigés vers la tumeur afin de la traiter de tous les angles. Chaque faisceau est assez faible et peu susceptible d’endommager les tissus normaux, mais une plus forte dose est émise vers la tumeur là où les faisceaux se rencontrent.

La radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI) émet la radiation de nombreux angles différents afin de traiter toute la tumeur, mais la RCMI permet aussi au radio-oncologue d’ajuster la force de chacun des faisceaux, ce qui fait en sorte qu’une dose plus élevée est administrée à la tumeur et que les tissus normaux voisins reçoivent une dose plus faible.

Curiethérapie

La curiethérapie est une radiothérapie interne. On se sert d’une substance radioactive appelée radio-isotope. On la place directement dans la tumeur ou très près. On peut aussi mettre les substances radioactives dans la région où se trouvait la tumeur avant qu’on l’enlève. La radiation détruit les cellules cancéreuses au fil du temps. On a parfois recours à la curiethérapie pour traiter de petites tumeurs buccales, dont celles de la langue, de la lèvre, du plancher de la bouche ou du revêtement interne de la joue (muqueuse buccale).

On peut administrer la curiethérapie de 2 façons différentes.

Pour la curiethérapie interstitielle, on se sert d’aiguilles fines et creuses. La substance radioactive est insérée dans les aiguilles et émise directement dans la tumeur.

Pour le cône intrabuccal, on l’insère dans la bouche et il émet la radiation.

On peut associer la curiethérapie à la radiothérapie externe.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer de la cavité buccale, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Mais il est possible que les cellules saines soient endommagées et qu’elles provoquent ainsi des effets secondaires. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la radiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout de la taille de la région traitée, de la région ou des organes spécifiques traités, de la dose totale et du mode d’administration. Voici certains effets secondaires fréquents de la radiothérapie pour le cancer de la cavité buccale :

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la radiothérapie

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et les effets secondaires de la radiothérapie à la tête et au cou. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la radiothérapie à votre équipe de soins.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Donna Blundon Curieusement, cette période parmi les plus sombres de ma vie a aussi été au nombre des plus enrichissantes, et c’est à Daffodil Place que je le dois.

Lisez l’histoire de Donna

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus