Lymphome non hodgkinien

Vous êtes ici:

Observation vigilante du lymphome non hodgkinien

Si vous êtes atteint d’un lymphome non hodgkinien (LNH) mais que vous n’avez pas de symptômes ou seulement des symptômes légers, on peut vous proposer l’observation vigilante, aussi appelée surveillance active. Cela signifie que votre équipe de soins surveille attentivement votre cancer plutôt que de le traiter immédiatement. Elle aura recours à des tests et à des examens pour vérifier si le LNH évolue ou si votre état se détériore. On administre un traitement quand les symptômes apparaissent ou que le cancer change.

Cette approche aide à éviter les problèmes ou les effets secondaires qui risquent de se produire quand on a recours à des traitements comme la chirurgie et la radiothérapie. Jusqu’à ce jour, on n’a pas la preuve que l’observation vigilante réduit la survie à long terme ou entraîne d’autres effets négatifs si ou quand vous commencez à être traité.

On pourrait vous proposer l’observation vigilante si :

  • le type de LNH dont vous êtes atteint évolue lentement (LNH indolent);
  • votre état de santé global est bon;
  • le LNH ne cause pas de problèmes à vos organes.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr John Dick Des travaux pour résoudre le mystère des cellules souches cancéreuses

Plus de details

Quel est le risque à vie d’avoir le cancer?

Icône - 1 sur 2

Selon le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer, environ la moitié des Canadiens pourraient recevoir un diagnostic de cancer au cours de leur vie.

Apprenez-en plus