Logo Société canadienne du cancer

Lymphome non hodgkinien

Vous êtes ici:

Radiothérapie pour le lymphome non hodgkinien

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. On y a parfois recours pour traiter le lymphome non hodgkinien (LNH). Votre équipe de soins prendra en considération vos propres besoins pour choisir le type de radiothérapie, la dose à administrer, la façon de le faire et l’horaire à suivre. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

On administre la radiothérapie de différentes façons pour différentes raisons. On y a souvent recours comme traitement principal d’un LNH d’évolution lente (indolent) qui est précoce (stade I ou II). Vous pourriez aussi recevoir une radiothérapie après ou pendant une chimiothérapie afin de traiter un type de LNH qui évolue rapidement (agressif) ou de grosses tumeurs et de réduire le risque de réapparition (récidive) du LNH.

On peut administrer une radiothérapie au corps tout entier (irradiation corporelle totale, ou irradiation médullaire totale) en préparation à une greffe de cellules souches.

On peut y avoir recours pour empêcher le LNH de se propager à l’encéphale. On irradie également l’encéphale pour traiter certains types de LNH, comme le lymphome primitif du SNC, ou un LNH qui s’est déjà propagé à l’encéphale.

On peut aussi administrer une radiothérapie pour soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un LNH avancé (radiothérapie palliative). Elle permet alors de réduire la taille de grosses tumeurs ou de ganglions lymphatiques plus gros que la normale qui exercent une pression sur d’autres organes ou tissus. On peut également y avoir recours pour traiter un LNH qui s’est propagé à d’autres tissus et qui cause des symptômes.

Radiothérapie externe

Lors de la radiothérapie externe, un appareil émet des radiations à travers la peau jusqu’à la tumeur et une partie du tissu qui l’entoure. La partie du corps qui reçoit les radiations est appelée champ de rayonnement. Selon l’emplacement du LNH dans le corps, le champ de rayonnement peut comprendre :

  • seulement les régions de ganglions lymphatiques qui contiennent des cellules du lymphome (radiothérapie du champ atteint);
  • les ganglions lymphatiques du cou, du thorax et des aisselles (champ en mantelet);
  • les ganglions lymphatiques entourant le cœur et l’aorte (grosse artère qui fait circuler le sang du cœur au reste du corps);
  • les ganglions lymphatiques du bassin et de l’aine;
  • les ganglions lymphatiques de la partie supérieure de l’abdomen et du bassin;
  • la rate.

Radioimmunothérapie

La radioimmunothérapie peut aussi être appelée immunothérapie radiomarquée ou radioimmunoconjugués. Elle associe la radiothérapie au traitement ciblé. Une matière radioactive est fixée à une substance qui cible des molécules spécifiques, comme des protéines, à la surface des cellules cancéreuses. Le médicament se fixe aux cellules cancéreuses, faisant en sorte que la radiation est administrée directement à ces cellules, ce qui peut signifier moins d’effets secondaires ou des effets secondaires moins graves.

L’ibritumomab (Zevalin) est le médicament employé en radioimmunothérapie pour traiter certains types de LNH. Il contient une substance radioactive, alors il est possible que vous deviez prendre des précautions spéciales pour protéger les autres d’une exposition à la radiation jusqu’à 2 semaines après le traitement. Demandez à votre équipe de soins si vous devez prendre des précautions particulières.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du LNH, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Si ces cellules saines sont endommagées, des effets secondaires risquent de se produire. Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la radiothérapie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout de la taille de la région traitée, de la région ou des organes spécifiques traités, de la dose totale, du type de radiothérapie et du mode d’administration.

Voici certains effets secondaires fréquents de la radiothérapie externe pour le LNH :

Voici certains effets secondaires fréquents de la radioimmunothérapie pour le LNH :

  • problèmes de peau, dont une éruption cutanée et des démangeaisons
  • frissons
  • fièvre
  • nausées
  • fatigue
  • maux de tête

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la radiothérapie

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et sur les effets secondaires de la radiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la radiothérapie à votre équipe de soins.

Histoires

Donna Blundon Curieusement, cette période parmi les plus sombres de ma vie a aussi été au nombre des plus enrichissantes, et c’est à Daffodil Place que je le dois.

Lisez l’histoire de Donna

Du soutien de la part de quelqu’un qui « est passé par là »

Illustration d’une conversation

Le programme de soutien par les pairs de la Société canadienne du cancer est un service d’entraide téléphonique qui consiste à jumeler les personnes atteintes de cancer et leurs aidants à des bénévoles ayant reçu une formation spéciale.

Apprenez-en plus