Logo Société canadienne du cancer

Lymphome non hodgkinien

Vous êtes ici:

Effets secondaires possibles de la thérapie biologique pour un lymphome non hodgkinien

Peu importe le type de traitement choisi pour un lymphome non hodgkinien (LNH), il est possible que des effets secondaires se produisent. Cependant, ils n’affectent pas toutes les personnes; si c’est le cas, chacune ne les ressent pas de la même façon. Les effets secondaires de la thérapie biologique dépendent surtout des éléments suivants :

  • type de médicament(s)
  • dose
  • état de santé global de la personne

Les effets secondaires peuvent se manifester n'importe quand lors de la thérapie biologique. Certains se produisent en cours de traitement, d'autres tout de suite après ou quelques jours et même quelques semaines plus tard. La plupart disparaissent lorsque la thérapie biologique est terminée. Des effets tardifs peuvent se manifester des mois voire des années après le traitement. Certains effets secondaires sont susceptibles de durer longtemps ou d’être permanents.

Il est important de signaler tout effet secondaire à son équipe de soins. Les médecins peuvent évaluer (mesurer) la gravité de certains d'entre eux. Il arrive parfois qu'on doive ajuster la thérapie biologique si les effets sont importants.

Symptômes pseudo-grippaux

Les symptômes pseudo-grippaux sont un effet secondaire courant de la thérapie biologique administrée comme traitement du lymphome non hodgkinien (LNH). Les symptômes sont entre autres ceux-ci :

  • frissons
  • fièvre
  • douleurs musculaires ou articulaires
  • nausées
  • lassitude ou fatigue
  • maux de tête

Ces symptômes se manifestent souvent tout de suite après le traitement mais s'atténuent au fil du temps. Les symptômes pseudo-grippaux disparaissent habituellement en cours de traitement, une fois que le corps tolère le médicament. Des médicaments, comme l'acétaminophène (Tylenol), peuvent aider à réduire ces effets secondaires. Il serait bon d'aviser son médecin ou son équipe de soins si les symptômes persistent ou dérangent.

Retour au menu

Nausées, vomissements et diarrhée

Des nausées et vomissements peuvent se produire après l’administration de la plupart des médicaments biologiques visant à traiter le LNH. Ces effets secondaires peuvent durer quelques jours après le traitement. Les médecins pourraient prescrire des médicaments pour soulager les nausées et vomissements.

La diarrhée se produit occasionnellement quand des médicaments biologiques sont administrés. C’est habituellement de courte durée. Modifier son alimentation et prendre des médicaments peuvent aider à maîtriser la diarrhée.

Retour au menu

Réactions allergiques

Des réactions allergiques peuvent se produire avec le rituximab (Rituxan), l’ibritumomab (Zevalin) et l’alemtuzumab (Campath). La réaction allergique se déclenche habituellement peu de temps après la première administration du médicament. Un antihistaminique, comme la diphénhydramine (Benadryl), l'acétaminophène (Tylenol) et d'autres médicaments sont souvent administrés avant les médicaments biologiques pour réduire le risque d'apparition d'une réaction allergique ou d'une hypersensibilité. Les personnes qui reçoivent des médicaments biologiques devraient signaler immédiatement à l’équipe de soins toute difficulté à respirer, un essoufflement, une toux, une éruption cutanée, une rougeur de la peau, des démangeaisons cutanées ou un serrement de la gorge ou du thorax.

Retour au menu

Aplasie médullaire

L’aplasie médullaire apparaît surtout quand on administre le radioimmunoconjugué appelé ibritumomab à cause de la substance radioactive qui y est fixée. L’aplasie médullaire peut se manifester aussi quand on prend du rituximab, de l’alemtuzumab et de l’interféron, quoique les effets pourraient ne pas être aussi graves. Cela risque de mener à :

  • des infections, dues à une baisse du nombre de globules blancs (neutropénie)
    • En raison du risque élevé d’infections causé par certains de ces médicaments, on pourrait administrer des antibiotiques ou des antiviraux pour aider à les prévenir.
  • des ecchymoses et des saignements, dus à une baisse du nombre de plaquettes (thrombocytopénie)
  • de la fatigue, une pâleur et un malaisemalaiseSensation généralisée d’inconfort ou d’un trouble physiologique., dus à une baisse du nombre de globules rouges (anémie)

Le nombre de cellules sanguines revient habituellement à la normale de lui-même quelques semaines après le traitement.

Retour au menu

Changement de la pression artérielle

La pression artérielle de la personne peut changer (plus souvent une baisse qu'une hausse) et elle peut se sentir faible ou étourdie après qu’on lui ait administré des médicaments biologiques pour traiter le LNH. Cet effet secondaire n'est pas courant. On surveille donc la pression artérielle, en particulier lorsqu'on administre le médicament la première fois. Se lever lentement peut aider à prévenir les étourdissements et il ne faudrait pas conduire la voiture ou opérer de la machinerie ou des outils si on se sent mal. Si les étourdissements se manifestent lorsqu'on est debout ou qu’on se lève ou qu’ils dérangent, il faudrait le mentionner.

Retour au menu

Troubles cardiaques

L’essoufflement, la toux, l’enflure des mains ou des pieds et des battements du cœur rapides ou irréguliers sont des effets secondaires peu courants, mais ils peuvent se produire avec beaucoup des médicaments biologiques administrés pour traiter le LNH. Ils peuvent indiquer un trouble cardiaque causé par un médicament biologique et devraient être mentionnés immédiatement à l’équipe de soins.

Retour au menu

Cancers secondaires

Bien que rare, il y a un risque de développer un syndrome myélodysplasique (insuffisance médullaire) ou un cancer secondaire, tel la leucémie, comme effet tardif de l’ibritumomab, un médicament biologique. C’est à cause des substances radioactives que ce médicament contient.

Retour au menu

Nota : D'autres effets secondaires peuvent se produire. Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la sectionSources d’information sur les médicaments.

Histoires

Sister Audrey Daoust Je n’aurais pas pu être mieux soutenue. Cela a été une véritable bénédiction. Je n’aurais pas pu m’en sortir toute seule.

Lisez l’histoire de Audrey

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus