Logo Société canadienne du cancer

Lymphome non hodgkinien

Vous êtes ici:

Traitement de la récidive de lymphome non hodgkinien agressif

Les options suivantes permettent de traiter la récidive de lymphome non hodgkinien (LNH) agressif. Habituellement, quand un lymphome récidive, il a tendance à réapparaître dans la même partie du corps où il avait pris naissance. Le LNH peut aussi récidiver dans une autre partie du corps. Les lymphomes agressifs peuvent récidiver même s’ils ont été sensibles à la chimiothérapie initiale.

Les types de traitements administrés se basent sur les besoins uniques de la personne atteinte d’un lymphome. Les options de traitement dépendent de facteurs tels que ceux-ci :

  • traitement reçu antérieurement
  • âge de la personne
  • état de santé global de la personne
  • forme sous laquelle le lymphome se présente lors de la récidive

Chimiothérapie

On administre une chimiothérapie pour traiter le LNH récidivant. Les personnes atteintes reçoivent souvent différents types d’agents chimiothérapeutiques que ceux employés lors du traitement initial. Habituellement, on associe des médicaments et la chimiothérapie est plus intensive que le traitement initial. On peut alors parler de protocoles de chimiothérapie de rattrapage.

Greffe de cellules souches

Dans de nombreux cas, le lymphome qui récidive réagit à de nouveaux types d’agents chimiothérapeutiques, mais on arrive rarement à le guérir. Si une rémissionrémissionDiminution ou disparition des signes et symptômes d’une maladie (comme le cancer). se produit après l’administration de ce deuxième type de traitement, on pourrait alors recommander une greffe de cellules souches, en particulier si le lymphome est encore sensible à la chimiothérapie. Un lymphome chimiosensible réagit mieux à la greffe de cellules souches que le lymphome qui n’est pas chimiosensible.

On peut aussi avoir recours à la greffe de cellules souches pour traiter les personnes dont le lymphome indolent s’est transformé en lymphome agressif.

Thérapie biologique

On peut proposer la thérapie biologique comme traitement d’une récidive de LNH agressif. Le rituximab (Rituxan) est le médicament biologique le plus souvent employé pour traiter la récidive d’un lymphome B. On l’administre avec une chimiothérapie d’association.

On peut aussi employer d’autres médicaments biologiques, comme l’ibritumomab (Zevalin), pour traiter les lymphomes B si la chimiothérapie et le rituximab ne semblent plus être efficaces. On pourrait essayer l’ibritumomab si un lymphome indolent s’est transformé en lymphome B agressif et que d’autres traitements ne sont pas efficaces, c’est-à-dire que le lymphome est réfractaire au traitement.

Essais cliniques

On peut offrir aux personnes atteintes d’une récidive de LNH agressif la possibilité de participer à des essais cliniques. Pour obtenir plus de renseignements, consultez la section « Essais cliniques ».

Histoires

Dr Daniel De Carvalho Déjouer les cellules souches cancéreuses pour stopper leur croissance

Plus de details

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus