Lymphome non hodgkinien

Vous êtes ici:

Leucémie lymphoïde chronique/lymphome à petits lymphocytes

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) et le lymphome à petits lymphocytes (LPL) sont souvent considérés comme des versions différentes de la même maladie puisqu’ils sont très semblables. Ils prennent tous les deux naissance dans les lymphocytes B, peuvent évoluer lentement (indolents) et affectent habituellement les personnes âgées. Ces deux maladies diffèrent par l’emplacement où se trouvent les cellules du lymphome. Dans le cas de la LLC, on observe surtout les cellules du lymphome dans le sang et la moelle osseuse. Pour ce qui est du LPL, les cellules du lymphome sont surtout dans les ganglions lymphatiques et la rate.

Il arrive parfois que la LLC et le LPL se changent en un type de LNH qui évolue rapidement (agressif) : quand c’est le cas, on parle de syndrome de Richter ou de transformation de Richter. Dans de rares cas, la LLC et le LPL peuvent se transformer en leucémie prolymphocytaire B (LPL-B).

Symptômes

De nombreuses personnes atteintes d'une LLC ou d'un LPL n’éprouvent pas de symptômes qui causent des problèmes. Il arrive parfois que le nombre de globules rouges soit bas (anémie) tout comme le nombre de plaquettes (thrombocytopénie) parce que leur système immunitaire commence à détruire certaines de ces cellules. Il est possible que la rate et le foie soient plus gros que la normale et que les cellules de la leucémie ou du lymphome se soient propagées à des organes ou à des tissus autres que les ganglions lymphatiques (sièges extraganglionnaires).

Traitements

Les traitements de la LLC et du LPL dépendent de la présence de symptômes ou de l’évolution de la maladie. On peut vous proposer l’un ou plusieurs des traitements qui suivent.

Observation vigilante

On peut proposer l’observation vigilante, ou surveillance active, à de nombreuses personnes atteintes d'une LLC ou d'un LPL qui n’ont ni symptômes ni problèmes. L’équipe de soins surveille attentivement la personne et commence à la traiter lorsque des symptômes apparaissent ou qu’il y a des signes que la maladie évolue.

Chimiothérapie

La chimiothérapie peut être une option de traitement pour la LLC ou le LPL.

On traite souvent la LLC et le LPL avec l’une des associations d’agents chimiothérapeutiques qui suit :

  • CVP – cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox), vincristine (Oncovin) et prednisone
  • FC – fludarabine et cyclophosphamide

On peut administrer seuls les agents chimiothérapeutiques suivants :

  • chlorambucil (Leukeran)
  • fludarabine (Fludara)
  • bendamustine (Treanda)

On peut avoir recours à la bendamustine si la LLC ou le LPL réapparaît (récidive).

Des stéroïdes, comme la prednisone ou la dexaméthasone (Decadron, Dexasone), peuvent être administrés seuls pour traiter des complications immunitaires comme l’anémie hémolytique auto-immune et une baisse du nombre de plaquettes qui apparaissent chez certaines personnes atteintes d’une LLC ou d’un LPL.

Radiothérapie

La radiothérapie externe peut être une option de traitement de la LLC et du LPL. On peut l’administrer aux parties du corps qui contiennent des cellules du lymphome, comme certains groupes de ganglions lymphatiques ou la rate. On y a recours pour maîtriser les symptômes qui apparaissent quand les ganglions lymphatiques ou la rate deviennent plus gros que la normale. On peut aussi administrer une radiothérapie en plus d’une chimiothérapie.

Traitement ciblé

Le traitement ciblé a recours à des médicaments pour cibler des molécules spécifiques (comme des protéines) situées à la surface des cellules cancéreuses. Ces molécules contribuent à l’envoi de signaux qui indiquent aux cellules de croître ou de se diviser. En ciblant ces molécules, les médicaments interrompent la croissance et la propagation des cellules cancéreuses tout en limitant les dommages aux cellules normales.

Le rituximab (Rituxan) est le médicament ciblé le plus souvent administré pour traiter le LNH. On l’associe souvent à une chimiothérapie pour traiter la LLC et le LPL.

On peut proposer d’autres médicaments ciblés aux personnes atteintes d’une LLC ou d’un LPL comme l'alemtuzumab (Campath), l’ibrutinib (Imbruvica), l’obinutuzumab (Gazyva) et l’ofatumumab (Arzerra).

Greffe de cellules souches

La greffe de cellules souches peut être une option pour certaines jeunes personnes qui sont atteintes d'une LLC ou d'un LPL qui ne réagit plus au traitement (maladie réfractaire).

Histoires

Photo of Pat Hartley Malgré l’expérience et les connaissances que j’avais sur le cancer, j’étais en état de choc.

Lisez l'histoire de Pat

Financer des projets de recherche de calibre international

Icône – papier

Le cancer touche tous les Canadiens, mais ensemble, nous pouvons réduire le fardeau en investissant dans la recherche et la prévention. Découvrez l’impact de la recherche que nous finançons.

Apprenez-en plus