Lymphome non hodgkinien

Vous êtes ici:

Lymphome lié au sida

Le sida (syndrome d'immunodéficience acquise) est une maladie causée par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Ce virus attaque et affaiblit le système immunitaire, empêchant ainsi le corps de combattre les infections ou les maladies.

Les personnes atteintes du sida risquent davantage d’avoir certains cancers. Le lymphome non hodgkinien (LNH) est le type de lymphome qui affecte le plus souvent les personnes atteintes du sida. Moins de personnes ont un lymphome lié au sida puisqu'on a maintenant recours au traitement antirétroviral hautement actif (HAART) pour traiter l'infection au VIH.

Il arrive souvent que le lymphome lié au sida se développe et se propage rapidement, c’est-à-dire qu’il est agressif. On le diagnostique fréquemment à un stade avancé.

Les lymphomes liés au sida sont habituellement des lymphomes B. Les principaux types de LNH qui apparaissent chez les personnes atteintes du sida sont entre autres ceux-ci :

Symptômes

Le lymphome lié au sida affecte souvent la moelle osseuse, l’encéphale et la moelle épinière (système nerveux central, ou SNC), les poumons, le foie et le tube digestif (tractus gastro-intestinal). Les personnes atteintes d’un LNH lié au sida ont souvent des tumeurs au thorax qui mesurent au moins le tiers de la largeur du thorax ou des tumeurs dans d’autres régions qui mesurent au moins 10 cm de large (maladie volumineuse) ainsi que des symptômes B (fièvre inexpliquée, sueurs nocturnes importantes et perte de poids inexpliquée).

Traitements

On peut vous proposer les traitements suivants pour un lymphome lié au sida.

Traitement antirétroviral hautement actif (HAART)

Le HAART ralentit la vitesse à laquelle le sida évolue. Il peut permettre à certaines personnes atteintes d'un lymphome lié au sida de recevoir sans danger des associations d'agents chimiothérapeutiques à doses standard ou même plus élevées.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est le traitement principal du lymphome lié au sida.

Une association d’agents chimiothérapeutiques qu’on administre souvent pour traiter le lymphome lié au sida est le protocole CHOP :

  • cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox)
  • doxorubicine (Adriamycin)
  • vincristine (Oncovin)
  • prednisone

Traitement ciblé

Le traitement ciblé a recours à des médicaments pour cibler des molécules spécifiques (comme des protéines) situées à la surface des cellules cancéreuses. Ces molécules contribuent à l’envoi de signaux qui indiquent aux cellules de croître ou de se diviser. En ciblant ces molécules, les médicaments interrompent la croissance et la propagation des cellules cancéreuses tout en limitant les dommages aux cellules normales.

Le rituximab (Rituxan) est le médicament ciblé le plus souvent administré pour traiter le LNH. Certaines personnes atteintes d’un lymphome lié au sida peuvent recevoir une association de rituximab et d’agents chimiothérapeutiques.

On pourrait aussi administrer le protocole R-CHOP en présence d’un lymphome lié au sida. On associe simplement les médicaments qui composent le CHOP au rituximab, un type de médicament ciblé.

Prophylaxie du système nerveux central

Le système nerveux central (SNC) est fait de l’encéphale et de la moelle épinière. Le lymphome lié au sida risque de se propager au SNC. On fait une prophylaxie du SNC pour essayer d’empêcher les cellules du lymphome de pénétrer le tissu qui recouvre l’encéphale et la moelle épinière.

Il est possible qu’on administre la prophylaxie du SNC par chimiothérapie intrathécale, c’est-à-dire que les agents chimiothérapeutiques sont injectés dans le liquide céphalorachidien (LCR). Un médicament souvent employé est le méthotrexate.

Radiothérapie

Il arrive parfois que le lymphome lié au sida prenne naissance dans l’encéphale ou la moelle épinière. C’est alors un lymphome primitif du SCN lié au sida. On le traite par chimiothérapie ou radiothérapie externe à tout l’encéphale.

gastro-intestinal (GI)

Terme qui désigne tout ce qui a rapport aux organes digestifs.

Le tractus gastro-intestinal (GI), ou tube digestif, comprend la bouche, le pharynx (gorge), l’œsophage, l’estomac, l’intestin grêle et le gros intestin.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

La Dre Trang Hoang, chercheuse La Dre Trang Hoang cible les cellules leucémiques résistantes chez les enfants.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus