Logo Société canadienne du cancer

Lymphome non hodgkinien chez l’enfant

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le lymphome non hodgkinien chez l'enfant

Il est possible que les enfants atteints d'un lymphome non hodgkinien (LNH) et leurs parents se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un enfant et comment il réagira au traitement. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de l'enfant, le type de cancer dont il est atteint, le stade et la catégorie de risque, les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de l'enfant que le médecin prend en considération lorsqu'il estime la probabilité d’une récidive et la survie à long terme. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble, et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques et prédictifs du LNH chez l’enfant.

Réaction au traitement

Les enfants atteints du LNH qui réagissent bien aux premiers traitements administrés (traitements de première intention) ont un meilleur pronostic que ceux qui n’y répondent pas bien.

Stade

Les enfants atteints d’un LNH de stade précoce (stade I ou II) présentent un pronostic légèrement plus favorable. Les enfants dont le LNH est à un stade avancé (stade III ou IV) ont un pronostic légèrement plus sombre.

Lacticodéshydrogénase (LDH)

Le taux de lacticodéshydrogénase (LDH) peut donner aux médecins une idée de l’étendue du cancer dans le corps (charge tumorale). Un taux élevé de LDH est habituellement associé à une charge tumorale plus élevée. La LDH est souvent plus élevée que la normale chez les enfants dont le lymphome se développe rapidement.

Emplacement où le cancer se situe dans le corps au moment du diagnostic

Le lymphome qui se situe uniquement dans les ganglions lymphatiques ou le tissu lymphatique où il a pris naissance (siège primitif) est plus facile à traiter et présente un pronostic plus favorable. Le lymphome engendre un pronostic moins favorable lorsqu’il s’est propagé à l’extérieur du siège primitif vers des organes comme le poumon, le foie ou la rate.

Certains enfants atteints du LNH au médiastinmédiastinRégion de la cavité thoracique située entre les poumons, le sternum et la colonne vertébrale qui contient le coeur, les gros vaisseaux sanguins, le thymus, la trachée, l’oesophage et les ganglions lymphatiques., ou thorax, peuvent présenter un risque plus élevé d’effets secondaires précoces liés au traitement et peuvent avoir besoin d’un traitement plus intensif.

Les enfants atteints du LNH au cerveau et à la moelle épinière (système nerveux central, ou SNC) ou à la moelle osseuse présentent un risque plus élevé que le cancer réapparaisse (récidive). C’est pourquoi ils doivent recevoir un traitement plus intensif.

Changements chromosomiques

Certains changements chromosomiques qui se produisent dans les cellules cancéreuses risquent d’affecter le pronostic pour les enfants atteints du LNH à cellules B matures. Les enfants atteints du lymphome de Burkitt et ayant un gain au chromosome 7q ou une délétion au chromosome 13q peuvent présenter un pronostic plus sombre avec certains protocoles de chimiothérapie.

Des changements chromosomiques peuvent aussi affecter le pronostic chez les enfants atteints du lymphome lymphoblastique T. La perte d’hétérozygotie, c’est lorsqu’un allèle, ou version, d’un gène dans les cellules cancéreuses cesse d’agir. Cela peut signifier qu’un gène qui aide normalement à limiter la croissance des cellules cancéreuses, soit un gène suppresseur de tumeur, ne fonctionne plus. Les enfants qui présentent une perte d’hétérozygotie au chromosome 6q risquent d’avoir un pronostic plus sombre.

La présence de kinase du lymphome anaplasique (ALK) dans les cellules du lymphome constitue un facteur pronostique chez les enfants atteints du lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC). Un lymphome dont les cellules contiennent de l’ALK (ALK positives) engendre un meilleur pronostic et un taux de survie plus élevé. Un lymphome dont les cellules ne contiennent pas d’ALK (ALK négatives) a tendance à être diagnostiqué à un stade plus tardif et présente un pronostic plus sombre.

Âge

Le LNH chez le nourrisson est rare, mais les nourrissons atteints du LNH présentent un pronostic plus sombre que les enfants plus âgés qui sont atteints du LNH. Le lymphome diffus à grandes cellules B et le lymphome lymphoblastique T ont tendance à engendrer un pronostic plus sombre chez les adolescents que chez les plus jeunes enfants atteints de ces types de LNH.

Histoires

Rebecca and James Hamm Nous trouvions très important que la collecte se fasse en l’honneur de mon oncle, car c’était un formidable moyen pour nous de lui manifester notre solidarité.

Lisez l’histoire de James et Rebecca

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus