Logo Société canadienne du cancer

Cancer
neuroendocrinien

Vous êtes ici:

Suivi après un traitement du cancer neuroendocrinien

Le cancer neuroendocrinien se comporte différemment chez chaque personne : c’est pourquoi un programme de suivi standard ne convient pas à tous les cas. Toute personne atteinte d’un cancer neuroendocrinien devrait discuter avec son médecin d’un plan de suivi qui répond à sa propre situation. Les spécialistes du cancer (oncologues) et le médecin de famille se partagent souvent cette responsabilité.

Une fois le traitement terminé, il faudrait signaler au médecin l’apparition de nouveaux symptômes ou la présence de symptômes qui persistent ou qui s’aggravent sans attendre au prochain rendez-vous fixé. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • diarrhée
  •  rougeur de la peau
  • respiration sifflante et symptômes semblables à ceux de l’asthme
  • palpitations
  • perte de poids

Il y a un risque que le cancer neuroendocrinien réapparaisse ou progresse après le traitement; on doit donc faire un suivi étroit de la personne.

Planification du suivi

Le suivi après un traitement du cancer neuroendocrinien varie. Les consultations sont habituellement ainsi prévues :

  • aux 3 à 4 mois pendant la première année et aux 4 à 6 mois pendant la deuxième année et les années subséquentes, dans le cas d’une tumeur neuroendocrine ou d’un carcinome neuroendocrinien récemment diagnostiqué ou résiduel
  • une fois par année après l’ablation totale du cancer neuroendocrinien

Interventions

Lors d’une visite de suivi, le médecin pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement et la capacité d’adaptation de la personne. Il peut également faire un examen physique complet.

Des examens pourraient être prescrits dans le cadre du suivi ou si le médecin soupçonne la réapparition du cancer (récidive).

  • tests de dosage des marqueurs tumoraux tels que l’acide 5-hydroxy-indol-acétique (5-HIAA), la chromogranine A (CgA) ou le Ki-67, effectués lors de chaque visite de suivi pour évaluer l’étendue de la tumeur restante ou vérifier s’il y a récidive
  • scintigraphie à l’octréotide (Octréoscan), tomodensitométrie ou scintigraphie à la MIBG (dans certains cas), effectuée une fois par année ou si les tests de dosage des marqueurs tumoraux sont positifs
  • épreuve d’imagerie classique telle qu’échographie, tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique, conseillée à chaque visite de suivi
  • évaluation de la fonction cardiaque par le médecin, dans le cas d’une maladie cardiaque carcinoïde; aussi, échocardiogramme et examen de suivi effectués annuellement par un cardiologue

Si on observe une récidive ou une augmentation de la masse de la tumeur lors du suivi, l’équipe d’oncologie évaluera la personne atteinte afin de déterminer les meilleures options de traitement.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur le suivi après un traitement.

Histoires

Morgan Smith Même si nous sommes des élèves du secondaire, nous avons été capables de recueillir un bon montant pour la Société canadienne du cancer. Cela montre ce qu’un petit groupe de personnes est capable de faire en unissant ses efforts pour une bonne cause.

Lisez l’histoire de Morgan

Une communauté de soutien en ligne, digne de confiance

Illustration d’un ordinateur

Parlonscancer.ca est une communauté en ligne sur laquelle les personnes atteintes de cancer et leurs proches peuvent compter.

Apprenez-en plus