Tumeurs
neuroendocrines

Vous êtes ici:

Traitements des tumeurs neuroendocrines (TNE)

Si vous êtes atteint d’une tumeur neuroendocrine (TNE), votre équipe de soins élaborera un plan de traitement juste pour vous. Ce plan tiendra compte de votre état de santé et des renseignements spécifiques au cancer. Quand votre équipe de soins décide quels traitements vous proposer pour une TNE, elle prend les éléments suivants en considération :

  • Emplacement où le cancer a pris naissance
  • Si le cancer s’est propagé et où il l’a fait
  • Grade
  • Stade
  • Si la tumeur produit et libère des hormones (est fonctionnelle) ou non (n’est pas fonctionnelle)
  • Autres affections médicales que vous avez eues
  • Vos préférences personnelles (ce que vous voulez)

Il est possible qu’on vous propose un ou plusieurs des traitements suivants pour une TNE.

Chirurgie

La chirurgie est le traitement principal de la plupart des TNE. La plupart des personnes atteintes d’une TNE tirent profit d’un certain type de chirurgie lorsqu’il est possible de pratiquer l’intervention. Selon l'emplacement de la tumeur, on pourrait pratiquer un ou plusieurs des types de chirurgie qui suivent.

Une résection permet d’enlever complètement la tumeur ainsi que certains tissus sains environnants. On pratique cette intervention le plus souvent dans le cas de TNE qui se situent seulement dans l’organe où le cancer a pris naissance (tumeurs locales). On peut aussi y avoir recours pour enlever des métastases, par exemple lorsque la TNE s’est propagée au foie. Le type de résection pratiqué dépend habituellement de l’emplacement et de la taille de la tumeur. Les résections possibles pour les TNE comprennent notamment les suivantes :

  • L’excision locale ou la résection endoscopique permet de retirer les tumeurs de stade précoce.
  • La résection de l’intestin permet d’enlever une partie de l’intestin grêle, du gros intestin ou des deux.
  • La résection de l’estomac, ou gastrectomie, est pratiquée pour enlever l’estomac, en partie ou en totalité.
  • L’appendicectomie permet d’enlever l’appendice.
  • L’opération de Whipple permet d’enlever le pancréas, en partie ou en totalité, ainsi qu’une partie de l’estomac, le duodénum, la vésicule biliaire et une partie du canal biliaire.
  • La pancréatectomie distale permet d’enlever la partie étroite du pancréas.
  • La résection du poumon permet de retirer un poumon, en partie ou en totalité.
  • La thyroïdectomie totale permet d’enlever la thyroïde.
  • La résection du foie permet de retirer une partie du foie.

Le curage ganglionnaire est l’ablation de ganglions lymphatiques et se fait habituellement au même moment que la résection. On y a recours lorsque le médecin pense que le cancer a atteint les ganglions lymphatiques voisins, selon les résultats des examens d'imagerie et la taille de la tumeur primitive. Le choix des ganglions lymphatiques à enlever dépend de l’emplacement où la TNE a pris naissance.

Lors d’une cytoréduction chirurgicale, on enlève une grande quantité du cancer ou la plus grande partie possible du cancer. On y a recours lorsqu’il est impossible de pratiquer une résection complète, mais que le médecin pense que la TNE peut être totalement détruite à l’aide de traitements (traitements à visée curative). On peut la pratiquer pour aider d’autres traitements, comme la chimiothérapie ou la radiothérapie, à être plus efficaces.

On a recours à la chirurgie palliative pour maîtriser et soulager les symptômes des TNE avancées et améliorer la qualité de vie. On peut pratiquer les interventions suivantes :

  • La chirurgie de réduction tumorale permet d'enlever la plus grande partie possible du cancer.
  • La dérivation chirurgicale permet de contourner une région qui est bloquée par le cancer.
  • La mise en place d'une endoprothèse permet d’élargir un organe ou un canal pour que des substances comme les selles ou l’air puissent circuler normalement.

Traitement médicamenteux

On a couramment recours au traitement médicamenteux pour traiter et prendre en charge les TNE. On administre des médicaments pour différentes raisons.

Les analogues de la somatostatine sont des médicaments qui font baisser la quantité d’hormones produites et libérées par certaines TNE. On y a recours principalement pour maîtriser les symptômes du syndrome carcinoïde. On les utilise aussi pour aider à réduire le risque de troubles cardiaques (maladie cardiaque carcinoïde) et en maîtriser l’évolution. Les analogues de la somatostatine peuvent être administrés pour ralentir et maîtriser la croissance de TNE avancées ou métastatiques lorsqu’il est impossible de pratiquer une chirurgie. Les analogues de la somatostatine employés sont l’octréotide (Sandostatin) et le lanréotide (Somatuline Autogel).

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour détruire les cellules cancéreuses. On les emploie dans le cas de carcinomes neuroendocriniens peu différenciés lorsque les autres traitements ne sont pas efficaces ou qu’ils ne peuvent pas être administrés. Le type d’agent ou d’association chimiothérapeutique choisi dépend principalement de l’emplacement où le cancer a pris naissance.

Lors du traitement ciblé, on se sert de médicaments pour cibler des molécules spécifiques (comme des protéines) présentes à la surface ou à l’intérieur des cellules cancéreuses pour interrompre la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. On peut y avoir recours pour traiter les TNE du pancréas (TNEp) bien différenciées de stade avancé lorsqu’il est impossible de pratiquer une chirurgie et que le cancer continue de croître et de se propager. Les médicaments ciblés auxquels on a recours sont le sunitinib (Sutent) et l’évérolimus (Afinitor).

Des médicaments de soutien sont administrés pour prendre en charge ou prévenir les troubles causés par les TNE, notamment la diarrhée, l’hypertension artérielle, les battements du cœur rapides ou irréguliers et un taux élevé de certaines hormones.

Radiothérapie

Dans de rares cas, on a recours à la radiothérapie pour traiter une TNE qui s’est propagée à d’autres parties du corps (métastases). On l’emploie s’il est impossible d’enlever le cancer par chirurgie ou si le cancer engendre des symptômes.

Lorsqu’on administre un traitement isotopique, on associe une matière radioactive à une substance afin de cibler les cellules cancéreuses dans tout le corps. Le traitement par peptides radiomarqués est un type de traitement isotopique auquel on peut avoir recours dans le traitement des TNE.

En radiothérapie externe, on utilise un appareil pour diriger des radiations à travers la peau jusque vers le cancer. On pourrait y avoir recours pour soulager la douleur et maîtriser les symptômes engendrés par des métastases cérébrales ou osseuses.

Traitement ciblant le foie

Un traitement ciblant le foie est souvent utilisé dans le traitement des TNE qui se sont propagées au foie. Ce traitement permet de cibler directement le cancer dans le foie. On y a recours principalement lorsqu’il est impossible de pratiquer une chirurgie pour maîtriser les symptômes et la croissance du cancer dans le foie.

L’embolisation artérielle hépatique bloque ou ralentit la circulation du sang dans le principal vaisseau sanguin qui mène au foie (artère hépatique) afin que la tumeur au foie ne reçoive pas l’oxygène et les éléments nutritifs dont elle a besoin pour croître. On a parfois recours à des agents chimiothérapeutiques durant l’embolisation; c’est ce qu’on appelle la chimioembolisation.

L'ablation par radiofréquence (ARF) a recours à la chaleur pour détruire les cellules cancéreuses ou les tumeurs.

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir un traitement du cancer

Vous pourriez envisager de recevoir un type de soins qui vous permet de vous sentir mieux sans traiter le cancer en lui-même. Ce pourrait être parce que les traitements du cancer ne sont plus efficaces, ne sont plus susceptibles d’améliorer votre état ou peuvent causer des effets secondaires auxquels il est difficile de faire face. Il pourrait aussi y avoir d’autres raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez-en avec votre équipe de soins. Elle peut vous aider à choisir les soins et le traitement pour un cancer avancé.

Suivi

Le suivi après le traitement est une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes de cancer. Vous devrez avoir régulièrement des visites de suivi, en particulier au cours des 5 premières années qui suivent le traitement. Ces visites permettent à votre équipe de soins de surveiller vos progrès et de savoir comment vous vous rétablissez du traitement.

Essais cliniques

Quelques essais cliniques menés au Canada sont offerts aux personnes atteintes d’une TNE. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Questions à poser sur le traitement

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le traitement à votre équipe de soins.

Histoires

La Dre Wendy Parulekar, chercheuse, Groupe canadien des essais sur le cancer Le Groupe canadien des essais sur le cancer a découvert l’effet protecteur d’une hormonothérapie prolongée contre le cancer du sein.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus