Logo Société canadienne du cancer

Cancer
neuroendocrinien

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le cancer neuroendocrinien

Il est possible que les personnes atteintes d’un cancer neuroendocrinien se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la personne, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un individu et comment il réagira au traitement. Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu’il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble, et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l’établissement du pronostic.

La plupart des tumeurs neuroendocrines se développent lentement et les rapides progrès sur le plan du diagnostic et du traitement ont amélioré de façon significative le pronostic. De nouvelles études ont rapporté un taux de survie après 5 ans de 77 à 95 % dans le cas d’un cancer neuroendocrinien, comparativement à un taux de survie plus bas par le passé.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques du cancer neuroendocrinien.

Stade

Les tumeurs neuroendocrines localisées qui ne se sont pas propagées au-delà de leur lieu d’origine engendrent un pronostic beaucoup plus encourageant que les tumeurs qui se sont propagées vers d’autres foyers.

Siège

Le pronostic varie en fonction du siège du cancer neuroendocrinien. Par exemple, le taux de survie dans le cas d’une tumeur neuroendocrine de l’appendice est de 86 à 100 %. Le taux de survie chute pour atteindre 42 à 72 % dans le cas d’une tumeur neuroendocrine du côlon et du rectum.

Type de tumeur

Un cancer neuroendocrinien bien différencié engendre un pronostic plus favorable que d’autres cancers neuroendocriniens peu différenciés.

Grade de la tumeur

Une tumeur de grade I évolue lentement et engendre un meilleur pronostic qu’un cancer agressif de grade III.

Complications

Une atteinte des valvules cardiaques, une obstruction intestinale, une obstruction du canal biliaire ou toute autre complication du cancer neuroendocrinien influencent aussi le pronostic.

Histoires

Dr Ming-Sound Tsao Nous comprenons mieux les rouages du cancer du poumon, et cela fait toute une différence.

Lisez l’histoire de Dr Ming-Sound Tsao

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus