Tumeurs
neuroendocrines

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour les tumeurs neuroendocrines (TNE)

Si vous êtes atteint d’une tumeur neuroendocrine (TNE), il est possible que vous vous posiez des questions sur votre pronostic. Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un individu et comment il réagira au traitement. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux, le type, le stade et les caractéristiques du cancer, les traitements choisis et votre réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne (comme l’âge) que le médecin prend en considération lorsqu’il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble. Ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs des TNE.

Stade

Le stade d’une TNE est un facteur important pour déterminer l’issue de la maladie. Le stade comprend la taille de la tumeur et l’emplacement du cancer dans le corps. Les tumeurs qui en sont aux premiers stades lorsqu’on les détecte présentent le pronostic le plus favorable. Les tumeurs qui en sont aux stades plus avancés (elles se sont propagées dans les ganglions lymphatiques voisins ou d’autres organes) présentent un pronostic moins favorable.

Niveau de différenciation

On utilise le mot « différenciation » pour désigner à quel point les cellules tumorales sont différentes des cellules normales. Le niveau de différenciation est un facteur pronostique important des TNE. Une TNE bien différenciée engendre un meilleur pronostic que les carcinomes neuroendocriniens peu différenciés.

Grade

Le grade est défini par la rapidité avec laquelle les cellules des TNE se développent. On peut déterminer le grade en comptant les cellules qui se divisent (fréquence des mitoses). Mais le plus souvent, on effectue un test appelé pourcentage de Ki-67 en phase S. Ce test permet de mesurer le nombre de cellules qui ont l’antigène Ki-67 dans leur noyau. C’est un marqueur qui montre l’augmentation du nombre de cellules due au développement et à la division des cellules. Les TNE qui ont un faible pourcentage de Ki-67 en phase S engendrent un pronostic plus favorable et une survie plus longue que celles qui ont un pourcentage élevé de Ki-67 en phase S.

Taux de CgA et d’hormones

La CgA (chromogranine A) et les hormones sont des substances qu’on peut mesurer pour aider à diagnostiquer les TNE et à surveiller la réaction au traitement. Les personnes qui ont un taux élevé de CgA dans le sang ou de 5-HIAA dans l’urine présentent un pronostic plus sombre en comparaison aux personnes qui ont des taux normaux.

Même lorsque les symptômes des TNE sont maîtrisés, une hausse du taux d’hormone signifie que le cancer continue de croître (évoluer). Par exemple, un taux élevé de 5-HIAA dans l’urine signifie qu’il y a une trop grande quantité de sérotonine et cela peut causer des troubles cardiaques (maladie cardiaque carcinoïde). Les personnes atteintes d’une maladie cardiaque carcinoïde ont un pronostic moins favorable.

Les personnes atteintes du syndrome de Cushing ont aussi tendance à présenter un pronostic moins favorable. Le syndrome de Cushing est un groupe de symptômes causés par la présence d’une trop grande quantité de l’hormone appelée cortisol dans le corps.

noyau

Partie de la cellule qui contient les chromosomes dans lesquels se trouve l’ADN (l’information génétique).

cortisol

Hormone qui aide le corps à utiliser le glucose (sucre), les protéines et les lipides.

Le cortisol est sécrété par les glandes surrénales. Il peut aussi être fabriqué en laboratoire.

Le cortisol est aussi appelé hydrocortisone.

Histoires

La Dre Jean Marshall, chercheuse La Dre Jean Marshall étudie une nouvelle stratégie prometteuse pour mettre le cancer du sein en échec.

Plus de details

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus