Logo Société canadienne du cancer

Neuroblastome

Vous êtes ici:

Chirurgie du neuroblastome

La plupart des enfants atteints de neuroblastome subiront une chirurgie. Le type de chirurgie pratiquée dépendra de l’emplacement de la tumeur, de la possibilité d’enlever celle-ci par chirurgie (résécabilité) et du degré de propagation du cancer. L’équipe soignante de l’enfant prendra aussi en considération son âge et sa catégorie de risque.

Une chirurgie peut être pratiquée pour différentes raisons, entre autres :

  • faire une biopsie et confirmer un diagnostic de neuroblastome
  • obtenir un échantillon de la tumeur pour les études des cellules et des tissus visant à déterminer certains facteurs pronostiques comme l’histologie de la tumeur
  • établir le stade de la maladie (cela implique habituellement l’ablation de quelques ganglions lymphatiques voisins afin de savoir s’ils sont affectés par le cancer)
  • enlever la plus grande partie possible de la tumeur
  • enlever toute trace restante du cancer (maladie résiduelle) après la chimiothérapie
  • évaluer la réaction du cancer au traitement après plusieurs séries de chimiothérapie (chirurgie de second regard)
  • soulager les symptômes causés par une compression de la moelle épinière

On a recours aux types de chirurgie suivants pour traiter le neuroblastome. Votre enfant pourrait aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

Résection ou biopsie chirurgicale

Le chirurgien peut pratiquer une biopsie excisionnelle, qui permet d’enlever la plus grande partie ou l’entièreté de la tumeur. La biopsie excisionnelle peut être le seul traitement nécessaire dans le cas d’un neuroblastome de risque faible. Lorsque le chirurgien réussit à enlever toute la tumeur lors d’une biopsie excisionnelle, on parle de résection complète.

Dans certains cas, les médecins optent pour une biopsie incisionnelle afin d’enlever une partie de la tumeur lorsqu’ils ne peuvent pas l’enlever complètement de façon sécuritaire en raison de sa proximité ou de son contact avec des structures vitales.

Apprenez-en davantage sur la biopsie chirurgicale.

Curage ganglionnaire

Le curage ganglionnaire est une intervention chirurgicale pratiquée pour enlever des ganglions lymphatiques susceptibles d’être touchés par le cancer. On y a recours pour stadifier et traiter le neuroblastome. Le type de curage ganglionnaire effectué dépend de l’emplacement de la tumeur primitive.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire.

Chirurgie de second regard

Lorsque les médecins ne sont pas en mesure d’enlever toute la tumeur lors de la biopsie chirurgicale, la chimiothérapie devient le traitement principal. Une chirurgie de second regard est pratiquée après la chimiothérapie afin d’en évaluer l’efficacité. La chirurgie de second regard sert aussi à enlever toute partie de la tumeur qui pourrait rester.

Laminectomie

La laminectomie est une opération chirurgicale où l’on enlève une partie de l’os qui recouvre le canal rachidien. Elle sert à soulager les symptômes causés par la pression que peut exercer une tumeur sur la moelle épinière (compression de la moelle épinière). On n’a habituellement recours à la laminectomie que pour traiter une compression de la moelle épinière qui ne peut être soulagée par la chimiothérapie ni la radiothérapie.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du neuroblastome, il est toujours possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certains enfants peuvent en avoir beaucoup, alors que d’autres en éprouvent peu.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la chirurgie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains peuvent durer longtemps ou même être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent principalement du type d’opération, de la taille et de l’emplacement de la tumeur, de l’âge de l’enfant et de son état de santé global. Les effets secondaires généraux comprennent :

  • douleur
  • nausées et vomissements
  • infection
  • saignements

Avisez l’équipe de soins si votre enfant éprouve ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chirurgie. Plus vite vous faites part de tout problème aux membres de l’équipe soignante, plus rapidement ils pourront proposer des moyens d’aider votre enfant à le gérer.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et sur les effets secondaires de la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

Histoires

Gordie Gosse Je ne veux pas que personne d’autre n’ait à vivre ce que j’ai vécu.

Lisez l’histoire de Gordie

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus