Logo Société canadienne du cancer

Cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux

Vous êtes ici:

Effets secondaires de la radiothérapie du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux

Peu importe le traitement du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines personnes en ont beaucoup, alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Si ces cellules saines sont endommagées, des effets secondaires risquent de se produire. Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant la radiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains peuvent durer longtemps ou être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout des éléments suivants :

  • taille de la région à traiter
  • région ou organe précis à traiter
  • dose totale
  • mode d’administration
  • si vous recevez de la chimiothérapie en même temps que la radiothérapie (chimioradiothérapie)

Les effets secondaires de la chimioradiothérapie sont généralement plus intenses.

Avisez les membres de votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres problèmes que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous les informez de ces problèmes, plus rapidement ils pourront vous proposer des moyens de les prendre en charge.

Fatigue

La fatigue est l’un des effets secondaires les plus courants de la radiothérapie. Elle peut être causée par l’anémie, la perte d’appétit ou la dépression, ou être attribuable à des substances toxiques produites lorsque les cellules cancéreuses se décomposent et meurent.

La fatigue s’installe habituellement lors de la deuxième semaine de radiothérapie ou plus tard. Les symptômes de la fatigue peuvent s’accentuer ou s’aggraver en cours de traitement. La fatigue se dissipe généralement de façon graduelle une fois la radiothérapie terminée, mais certaines personnes continuent de se sentir fatiguées plusieurs semaines voire des mois après ce traitement.

Apprenez-en davantage sur la fatigue et sur l’anémie.

Retour au menu

Réactions cutanées

Des réactions cutanées se produisent parce que la radiation externe doit circuler à travers la peau jusqu’à la région ciblée par le traitement. La peau qui se trouve dans la zone de traitement peut devenir rouge ou sèche ou changer de couleur (devenir plus foncée ou bronzée).

La plupart des réactions cutanées surviennent au cours des 2 premières semaines de radiothérapie. Elles disparaissent habituellement quelques semaines après le traitement. Certains changements cutanés, comme le brunissement ou la cicatrisation de la peau, peuvent durer longtemps.

 

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et la peau.

Retour au menu

Problèmes touchantle nez et les sinus

La radiothérapie du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux peut provoquer une inflammation du nez et des sinus. Vous pourriez avoir l’impression que votre nez est bouché ou congestionné. Le mucus présent dans les fosses nasales et les sinus paranasaux peut aussi s’épaissir et s’assécher. La radiothérapie peut également causer un rétrécissement des voies nasales ou la formation de bandes de tissu cicatriciel appelées synéchies.

Si des problèmes touchant votre nez ou vos sinus surviennent, parlez-en avec votre équipe de soins. Elle pourrait vous recommander de vous rincer le nez avec de l’eau salée et d’utiliser un coton-tige enduit de gelée de pétrole pour élargir doucement vos voies nasales. Lorsque le tissu cicatriciel bloque complètement une voie nasale, une chirurgie est parfois nécessaire.

Retour au menu

Troubles de la bouche

La douleur dans la bouche (aussi appelée stomatite ou mucosite buccale) peut survenir parce que la radiothérapie risque de provoquer une inflammation des muqueuses qui tapissent la bouche, la gorge et l’œsophage. Elle peut se manifester lorsque la radiothérapie est dirigée vers la bouche ou si elle est administrée en même temps que de la chimiothérapie. Il est possible que des lésions douloureuses, des ulcères ou des infections apparaissent dans la bouche.

La radiothérapie peut endommager les glandes salivaires de telle sorte que leur production de salive diminue. Le risque de dommages aux glandes salivaires est moins grand avec la radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI), une forme de radiothérapie très ciblée. Les dommages aux glandes salivaires peuvent entraîner une sécheresse de la bouche (appelée xérostomie). Celle-ci apparaît au cours des 2 ou 3 premières semaines du traitement et peut s’intensifier avec le temps. Les glandes salivaires peuvent mettre des mois ou des années à guérir. Dans certains cas, elles ne guérissent jamais complètement et la sécheresse de la bouche peut être permanente.

Suivez les directives de votre équipe de radiothérapie en ce qui concerne l’hygiène de la bouche. Elle peut vous prescrire de la salive artificielle et vous proposer d’autres moyens de prendre en charge la sécheresse de la bouche. Une hygiène de la bouche régulière et minutieuse peut aider à prévenir la douleur dans la bouche et à atténuer l’infection. L’équipe de soins vous recommandera à quelle fréquence effectuer des nettoyages et des rinçages de la cavité buccale et quels produits utiliser. Des analgésiques ou des solutions orales spéciales peuvent être nécessaires pour soulager la douleur.

Apprenez-en davantage sur la douleur dans la bouche, la sécheresse de la bouche et l’hygiène de la bouche durant le traitement du cancer.

Retour au menu

Sécheresse oculaire

La radiothérapie externe peut endommager les glandes lacrymales, qui sécrètent les larmes. Cela peut entraîner une sécheresse oculaire. En vue d’atténuer cet effet secondaire, il se peut que l’équipe de radiothérapie utilise un écran pour protéger les glandes lacrymales pendant la radiothérapie.

Si la sécheresse devient problématique, on emploie des gouttes ophtalmiques pour humecter les yeux. La sécheresse oculaire constitue parfois un effet secondaire à long terme. Si c’est le cas, vous devrez peut-être utiliser des gouttes ophtalmiques tous les jours. Bien que ce soit rare, la sécheresse oculaire peut provoquer des dommages permanents aux yeux, ce qui risque d’entraîner un changement ou une perte de la vue.

Retour au menu

Difficulté à avaler

La radiothérapie dirigée vers la tête et le cou peut engendrer une douleur dans la bouche, une diminution de la production de salive ou une douleur causée par une inflammation de la gorge (pharyngite) ou de l’œsophage (œsophagite). Ces problèmes peuvent tous rendre la déglutition douloureuse ou entraîner de la difficulté à avaler.

La difficulté à avaler commence habituellement environ 2 semaines après le début du traitement. En général, elle disparaît après la fin du traitement, lorsque l’inflammation diminue.

S’il est difficile ou douloureux pour vous d’avaler et que cela nuit à votre alimentation, informez-en votre équipe de radiothérapie. Elle pourrait vous prescrire des médicaments ou vous suggérer d’autres moyens de soulager la douleur.

Apprenez-en davantage sur la difficulté à avaler.

Retour au menu

Changements de la vision

La radiothérapie dirigée vers les fosses nasales et les sinus paranasaux peut endommager le cristallin ainsi que les vaisseaux sanguins de l’œil et du nerf optique. Ces lésions peuvent engendrer une perte de la vue et, dans de rares cas, la cécité. La radiothérapie peut aussi causer la sécheresse oculaire et des cataractes (opacité du cristallin de l’œil).

Les changements de la vision surviennent le plus souvent des années après la fin de la radiothérapie. Ils risquent davantage de se produire lorsque de fortes doses de radiothérapie sont administrées. De nouvelles techniques d’irradiation, telles que la radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle (RC 3D) et la radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI), aident à réduire les doses de radiation atteignant les tissus voisins comme les yeux. Ces types de radiothérapie réduisent le risque de subir des changements de la vision.

Avisez votre médecin si vous remarquez tout changement affectant votre vision et passez régulièrement un examen de la vue afin de détecter les signes précoces des changements des yeux.

Apprenez-en davantage sur les changements de la vision.

Retour au menu

Mauvaise cicatrisation des plaies

La radiothérapie peut retarder la cicatrisation des plaies et augmenter le risque d’autres complications comme l’infection. Les personnes chez qui on a reconstruit le plancher orbitaire au moyen d’un greffon osseux libre sont particulièrement à risque d’éprouver une mauvaise cicatrisation des plaies.

Retour au menu

Perte d’appétit

La perte d’appétit est aussi appelée anorexie. Elle peut être causée par certains des effets secondaires de la radiothérapie dirigée vers la tête et le cou, tels que :

  • difficulté à avaler
  • nausées et vomissements
  • fatigue
  • changements du goût ou de l’odorat rendant les aliments moins appétissants

La perte d’appétit peut entraîner une perte de poids et une malnutrition. Continuer de bien vous alimenter pendant et après la radiothérapie est important pour vous aider à vous rétablir du traitement. Consultez un membre de votre équipe de soins ou un diététiste professionnel pour savoir quelles mesures vous pouvez prendre afin d’améliorer votre appétit. Cela vous aidera à manger davantage et à maintenir une bonne nutrition. On pourrait aussi vous conseiller de prendre des suppléments nutritionnels.

Apprenez-en davantage sur la perte d’appétit et sur les changements du goût.

Retour au menu

Nausées et vomissements

Les nausées et les vomissements ne sont pas des effets secondaires courants de la radiothérapie dirigée vers la tête et le cou, mais elles peuvent survenir, généralement après la première ou la deuxième semaine du traitement. On peut habituellement soulager ces effets secondaires en prenant des antinauséeux et, en général, ils disparaissent une fois la radiothérapie terminée.

Apprenez-en davantage sur les nausées et les vomissements.

Retour au menu

Perte de l’ouïe

La radiothérapie dirigée vers la tête peut provoquer un durcissement de la cire d’oreille (cérumen), irriter les tissus, endommager les petits os situés dans l’oreille moyenne ou endommager la trompe d’Eustache (un tube reliant l’oreille moyenne à la partie supérieure de la gorge, lequel s’ouvre et se referme pour régler la pression de l’air). Ces changements peuvent entraîner une perte de l’ouïe. Celle-ci peut être temporaire et disparaître quelques mois après la fin de la radiothérapie, mais, parfois, elle est permanente.

Retour au menu

Syndrome de somnolence

Le syndrome de somnolence est un ensemble de symptômes, incluant :

  • étourdissements
  • maux de tête
  • confusion
  • difficulté à se concentrer
  • manque général d’énergie (léthargie)

Vous serez aussi très fatigué et voudrez dormir beaucoup.

Ces symptômes peuvent se manifester de 4 à 12 semaines après la fin du traitement et durer jusqu’à 8 semaines. Ils se dissipent habituellement d’eux-mêmes.

Retour au menu

Dommages à lathyroïde

La radiothérapie dirigée vers le cou ou le haut du thorax peut affecter la thyroïde, de sorte qu’elle ne produit plus assez d’hormone thyroïdienne (une affection appelée hypothyroïdie). Les signes et symptômes de l’hypothyroïdie comprennent la fatigue extrême, la peau sèche, la perte de poils et de cheveux et l’intolérance au froid.

Le traitement de l’hypothyroïdie consiste en l’hormonothérapie thyroïdienne substitutive : l’hormone thyroïdienne est administrée sous forme d’une pilule que l’on doit prendre chaque jour pour le reste de sa vie.

Retour au menu

Ostéoradionécrose

L’ostéoradionécrose est un effet secondaire rare de la radiothérapie. C’est une affection caractérisée par la mort des os, provoquée par les dommages que cause la radiothérapie aux vaisseaux sanguins qui les irriguent. Elle peut entraîner de l’infection, des fractures et de la douleur.

Quand elle survient, l’ostéoradionécrose touche le plus souvent la mâchoire inférieure (mandibule). Il s’agit généralement d’un effet tardif qui apparaît après la fin du traitement. Le risque d’être atteint d’ostéoradionécrose persiste donc pendant des années après la radiothérapie.

La sécheresse de la bouche (ou xérostomie) peut contribuer à l’ostéoradionécrose des mâchoires. Une hygiène buccodentaire minutieuse aide à prévenir ce problème. La plupart des personnes subissent un examen dentaire avant le début de la radiothérapie et toutes les dents qui ne sont pas en bonne santé sont enlevées. On prescrit souvent des rinçages quotidiens au fluorure pour renforcer les dents.

L’équipe de soins pourrait prescrire des antibiotiques pour traiter l’ostéoradionécrose. Une chirurgie peut aussi être nécessaire pour enlever ou réparer les os atteints. Dans certains cas, on propose de l’oxygénothérapie hyperbare. Ce traitement consiste à respirer de l’oxygène pur dans une chambre particulière où l’on fait augmenter la pression jusqu’à ce que la pression interne soit supérieure à la pression atmosphérique normale. La pression élevée permet à une plus grande quantité d’oxygène de circuler dans le sang, ce qui peut aider les tissus endommagés et infectés à guérir.

Apprenez-en davantage sur l’ostéoradionécrose.

Retour au menu

Trismus

La radiothérapie dirigée vers la mâchoire peut entraîner la formation de tissu cicatriciel dans les muscles et les articulations responsables de la mastication. Le tissu cicatriciel crispe la mâchoire et empêche parfois la bouche de s’ouvrir grand. Cet effet secondaire est appelé trismus. Il peut survenir quelques jours ou des semaines après la fin de la radiothérapie, lorsque se forme le tissu cicatriciel.

Le trismus peut nuire à l’hygiène buccodentaire, aux traitements au fluorure et aux soins dentaires. Des exercices de la mâchoire, comme ouvrir et fermer la bouche, peuvent aider et devraient être faits régulièrement pendant et après la radiothérapie.

Apprenez-en davantage sur le trismus.

Retour au menu

Baisse des hormones hypophysaires

La radiothérapie peut endommager l’hypophyse si celle-ci se trouve dans la zone de traitement. L’hypophyse est une glande qui contrôle la libération de certaines hormones. Si elle est endommagée, le taux des hormones suivantes peut être bas :

  • hormones sexuelles, comme l’œstrogène, la progestérone et la testostérone
  • hormones de croissance
  • hormones thyroïdiennes
  • hormones surrénaliennes

De faibles taux de ces hormones peuvent engendrer des problèmes tels qu’un ralentissement du métabolisme et la fatigue.

La baisse des hormones hypophysaires constitue habituellement un effet tardif de la radiothérapie. Dans le cadre de votre suivi, votre équipe de soins mesurera le taux de ces hormones. On pourrait vous prescrire des médicaments pour remplacer certaines hormones.

Retour au menu

Dommages au cerveau

Dans certains cas, la radiothérapie du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux endommage le lobe frontal du cerveau et provoque la mort du tissu cérébral (appelée nécrose). Cela peut entraîner une faiblesse musculaire d’un côté du corps ainsi que des changements de personnalité. Lorsque de tels dommages se produisent, une chirurgie peut être nécessaire pour enlever la partie du cerveau qui est touchée.

Retour au menu

Histoires

Dr Marc Therrien Le Dr Marc Therrien s’emploie à bloquer une protéine impliquée dans le développement du cancer.

Plus de details

Information sur le cancer dans plus de cent langues

Illustration d’un point d’interrogation

Le Service d’information sur le cancer (SIC) de la Société canadienne du cancer est le seul service téléphonique national, bilingue et sans frais au Canada à offrir de l’information sur le cancer dans plus de cent langues.

Apprenez-en plus