Logo Société canadienne du cancer

Cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux

Il est possible que les personnes atteintes d’un cancer des fosses nasales ou des sinus paranasaux se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la personne, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue du mieux qu’il peut comment le cancer affectera une personne et comment elle réagira au traitement. Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu’il établit un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer réagit à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l’établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont des facteurs pronostiques et des facteurs prédictifs du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux.

Stade

Le stade du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux est le facteur pronostique le plus important. Plus on détecte une tumeur dans une fosse nasale ou un sinus paranasal à un stade précoce, plus le pronostic est favorable. Toutefois, de nombreuses tumeurs des fosses nasales et des sinus paranasaux sont détectées à un stade avancé.

Le pronostic d’une tumeur qui a envahi l’encéphale (communément nommé le cerveau) ou son revêtement externe (appelé dure-mère) est sombre.

Le stade du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux se fonde sur la propagation aux ganglions lymphatiques et sur la taille des ganglions lymphatiques qui sont atteints. Plus le nombre de ganglions atteints par le cancer est élevé et plus ceux-ci sont gros, plus le pronostic est sombre.

Type de tumeur

Le pronostic des esthésioneuroblastomes, des adénocarcinomes et des chondrosarcomes (un type de cancer des os) de bas grade est généralement meilleur.

Le pronostic des carcinomes épidermoïdes est généralement plus favorable lorsque le cancer prend naissance dans le sinus ethmoïdal plutôt que les fosses nasales ou les autres sinus paranasaux.

Le mélanome et le carcinome naso-sinusal indifférencié (CNSI) ont le pronostic le moins favorable.

Âge

Le pronostic des personnes plus jeunes est habituellement plus favorable que celui des personnes plus âgées.

Sexe

Le pronostic des femmes pourrait être plus favorable que celui des hommes.

Indice fonctionnel

Les personnes dont l’indice fonctionnelindice fonctionnelMesure de la capacité d’une personne à effectuer des tâches courantes ainsi que ses activités quotidiennes. est élevé pourraient vivre plus longtemps et mieux tolérer les effets du traitement que celles dont l’indice est faible.

Emplacement de la tumeur

Il est difficile d’enlever complètement par une chirurgie une tumeur qui a pris naissance dans les fosses nasales ou les sinus paranasaux et qui a envahi le nasopharynx ou la base du crâne. Pour cette raison, le cancer qui a envahi ces structures est associé à un pronostic sombre.

Pour établir le pronostic, les médecins utilisent aussi la ligne d’Ohngren, une ligne imaginaire reliant l’angle interne de l’œil à l’angle de la mandibule (juste sous le lobe de l’oreille) du même côté de la tête. Les tumeurs situées sous cette ligne ont généralement un pronostic plus favorable que celles situées au-dessus.

Cellules cancéreuses dans la marge chirurgicale

Lors de l’opération, le chirurgien enlève la tumeur ainsi qu’une marge de tissu qui semble sain tout autour. Ce tissu est appelé marge chirurgicale. Si on observe des cellules cancéreuses dans la marge chirurgicale, on dit qu’elle est positive. Une marge chirurgicale qui ne contient pas de cellules cancéreuses est négative et elle engendre un meilleur pronostic qu’une marge chirurgicale positive.

Tabagisme et consommation d’alcool

Les personnes qui ne fument pas et qui ne boivent pas d’alcool ont tendance à avoir un pronostic plus favorable que celles qui le font.

Histoires

La Dre Miriam Rosin, chercheuse Les recherches de la Dre Miriam Rosin aident à mieux comprendre le lien entre le papillomavirus et le cancer de la cavité buccale.

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus