Logo Société canadienne du cancer

Cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux

Vous êtes ici:

Diagnostic du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux

Le processus diagnostique du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux débute habituellement par une visite chez votre médecin de famille. Il vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera un examen physique. En se basant sur les informations recueillies, votre médecin vous dirigera vers un spécialiste ou vous prescrira des examens afin de vérifier la présence d’un cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux ou d’autres problèmes de santé.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. Il est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent causer des symptômes semblables à ceux du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux.

On a couramment recours aux épreuves qui suivent pour éliminer ou confirmer un diagnostic de cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux. De nombreux examens permettant de poser un diagnostic de cancer sont également employés pour en déterminer le stade, c’est-à-dire l’étendue de la progression de la maladie. Votre médecin pourrait aussi prescrire d’autres examens afin d’évaluer votre état de santé général et d’aider à planifier votre traitement.

Antécédents médicaux et examen physique

Les antécédents médicaux consistent en un bilan des symptômes, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux qu’une personne a éprouvés dans le passé. Au moment de noter vos antécédents médicaux, le médecin vous posera des questions sur les sujets suivants :

  • symptômes pouvant indiquer la présence d’un cancer des fosses nasales ou des sinus paranasaux
  • type d’emploi que vous occupez (l’exposition professionnelle à la poussière de bois, de cuir et de nickel représente un facteur de risque du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux)
  • antécédents personnels de tabagisme
  • exposition à la radiation

L’examen physique permet au médecin de rechercher tout signe du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux. Lors de l’examen physique, il est possible que le médecin :

  • observe très attentivement le nez, les joues, les yeux et l’intérieur de la bouche pour savoir s’il y a des changements, des masses ou une enflure
  • vérifie si certaines régions du visage sont moins sensibles
  • vérifie s’il y a des masses sur le palais ou si certaines dents supérieures bougent
  • palpe le cou à la recherche de masses ou d’une enflure
  • observe l’arrière du nez à l’aide d’un miroir mince à longue poignée placé dans la bouche ou d’un tube muni d’une lumière inséré dans une narine (rhinoscopie)
  • vérifie si la vision a changé
  • effectue un examen neurologique pour vérifier si le cerveau, la moelle épinière et les nerfs fonctionnent normalement

Apprenez-en davantage sur l’examen physique.

Retour au menu

Formule sanguine complète (FSC)

La formule sanguine complète (FSC) permet d’évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. Elle sert à vérifier l’état de santé général d’une personne. Les médecins l’utilisent aussi pour obtenir des mesures initiales qui serviront de point de référence pour comparer les résultats des formules sanguines effectuées durant et après le traitement.

Apprenez-en davantage sur la formule sanguine complète (FSC).

Retour au menu

Analyses biochimiques sanguines

Lors des analyses biochimiques sanguines, on mesure le taux de certaines substances chimiques dans le sang. Elles permettent d’évaluer le fonctionnement de certains organes, tels que les reins, et de détecter des anomalies, par exemple celles qui peuvent survenir lorsqu’un cancer se propage à d’autres régions du corps.

Apprenez-en davantage sur les analyses biochimiques sanguines.

Retour au menu

Endoscopie

L’endoscopie est une intervention qui consiste à examiner ou à traiter des organes ou des structures du corps à l’aide d’un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une lumière et d’une lentille).

Au cours du processus diagnostique, les médecins utilisent l’endoscopie pour observer l’intérieur du nez, le nasopharynxnasopharynxPartie supérieure du pharynx (gorge) située derrière le nez et au-dessus du palais mou (la partie arrière et molle du plafond de la bouche). et la partie inférieure de la gorge. L’endoscopie permet aussi de prélever des échantillons de tissu. On peut avoir recours aux types d’endoscopie suivants.

Endoscopie nasale

L’endoscopie nasale permet au médecin d’observer l’intérieur du nez, du nasopharynx et de la gorge.

Elle est habituellement effectuée dans le cabinet d’un otorhinolaryngologiste (ORL), un médecin spécialisé dans les affections touchant l’oreille, le nez et la gorge. Il est possible que l’ORL applique un anesthésique topique sur le nez juste avant l’intervention. Il insérera ensuite un endoscope flexible dans le nez et le fera passer jusque dans la gorge. Après une endoscopie nasale, le médecin pourrait vous recommander de ne pas manger ni boire jusqu’à ce que la sensibilité et le réflexe pharyngé reviennent, ce qui prend généralement environ 1 heure.

Endoscopie digestive haute

L’endoscopie digestive haute est une intervention réunissant une endoscopie nasale, une laryngoscopie, une œsophagoscopie et parfois une bronchoscopie. Une laryngoscopie consiste à examiner le larynx au moyen d’un endoscope. Une œsophagoscopie consiste à examiner l’œsophage au moyen d’un endoscope. Une bronchoscopie consiste à examiner les voies respiratoires dans les poumons au moyen d’un endoscope.

Les médecins ont recours à l’endoscopie digestive haute pour observer l’intérieur du nez et toutes les structures de la gorge. Cette intervention fait habituellement partie des examens effectués pour diagnostiquer les cancers de la tête et du cou.

En général, l’endoscopie digestive haute est faite dans une salle d’opération alors que le patient est sous anesthésie générale. Ainsi, ce dernier n’éprouve pas d’inconfort et n’a pas à être conscient pendant que le médecin examine attentivement sa gorge. Après l’intervention, il ne faut pas boire ni manger pendant environ 1 heure. Si vous avez mal à la gorge, l’équipe de soins vous donnera des médicaments antidouleur.

Apprenez-en davantage sur l’endoscopie.

Retour au menu

Biopsie

Lors d’une biopsie, le médecin prélève des tissus du corps afin qu’ils soient analysés par un laboratoire de pathologiepathologie1. Étude des maladies, y compris leurs causes, leur évolution et leurs effets sur le corps. 2. Symptômes, processus ou états pathologiques d’une maladie.. Le rapport du pathologiste confirmera s’il y a de cellules cancéreuses ou non dans l’échantillon. Si c’est le cas, il mentionnera aussi le type et le grade du cancer (le grade décrit l’agressivité du cancer).

On peut avoir recours aux types de biopsie suivants pour diagnostiquer le cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux.

Biopsie endoscopique

Les médecins peuvent effectuer une biopsie des fosses nasales et de la gorge pendant une endoscopie nasale. La biopsie endoscopique est faite soit dans le cabinet du médecin, sous anesthésie locale, soit dans une salle d’opération, sous anesthésie générale.

Biopsie à l’aiguille fine

Lors d’une biopsie à l’aiguille fine (BAF), le médecin utilise une aiguille très mince et une seringue pour prélever (aspirer) une petite quantité de liquide ou de cellules. La BAF peut aussi servir à prélever un échantillon d’une tumeur. On peut aussi y avoir recours pour examiner une masse au cou et vérifier si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques du cou (appelés ganglions cervicaux).

Biopsie transbuccale

Une biopsie transbuccale se fait en passant par la bouche. Grâce à cette méthode, le médecin peut enlever un morceau de tissu d’une tumeur des fosses nasales ou des sinus paranasaux qui a envahi la bouche.

Apprenez-en davantage sur la biopsie et sur la chirurgie du cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux.

Retour au menu

Tomodensitométrie (TDM)

Lors d’une tomodensitométrie (TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers afin de produire des images à 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées. Il est possible que l’équipe de soins injecte un colorant (appelé produit de contraste) dans une veine avant l’épreuve. Ce colorant aide le médecin à mieux voir les structures du corps. Si vous avez déjà eu une réaction allergique à un produit de contraste, mentionnez-le à votre médecin ou à un membre du service de radiologie.

La TDM sert à trouver une tumeur dans les fosses nasales ou les sinus paranasaux. Les médecins l’utilisent aussi pour savoir si la tumeur a envahi les os entourant les sinus paranasaux ou la base du crâne. La TDM permet aussi de déterminer si le cancer s’est propagé aux poumons ou aux ganglions lymphatiques.

Les médecins ont aussi recours à la TDM pour évaluer la réaction au traitement et vérifier si le cancer est réapparu (récidive).

Apprenez-en davantage sur la TDM.

Retour au menu

Radiographie

Lors d’une radiographie, on emploie de faibles doses de radiation pour produire des images des structures du corps sur film. On y a parfois recours pour examiner les sinus afin de savoir s’il y a un blocage ou une infection. En temps normal, les sinus paranasaux sont remplis d’air. La radiographie permet de voir s’il y a autre chose dans les sinus.

Vous pourriez aussi subir une radiographie pulmonaire pour vérifier si le cancer s’est propagé aux poumons.

On se sert de moins en moins de la radiographie pour examiner les sinus, car la tomodensitométrie est plus accessible et produit des images plus détaillées de ces structures.

Apprenez-en davantage sur la radiographie.

Retour au menu

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Lors d’une imagerie par résonance magnétique (IRM), on a recours à de puissantes forces magnétiques et à des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées. Il est possible que l’équipe de soins injecte un colorant (appelé produit de contraste) dans une veine avant l’épreuve. Ce colorant aide le médecin à mieux voir les structures du corps. Le produit de contraste utilisé lors d’une IRM est différent de celui qu’on emploie lors d’une TDM. Si vous avez déjà eu une réaction allergique à un produit de contraste, mentionnez-le à votre médecin ou à un membre du service de radiologie.

L’IRM sert à trouver une tumeur dans les fosses nasales ou les sinus paranasaux. Elle permet parfois même aux médecins de déterminer si une tumeur est cancéreuse ou non.

Les médecins ont aussi recours à l’IRM pour vérifier si la tumeur a envahi les structures entourant les sinus, la base du crâne, les nerfs et les vaisseaux sanguins voisins, l’œil, l’encéphale (communément appelé cerveau) et les leptoméningesleptoméningesChacune des membranes qui recouvrent et protègent l’encéphale et la moelle épinière. (revêtement de l’encéphale). L’IRM permet aussi de déterminer si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques.

Apprenez-en davantage sur l’IRM.

Retour au menu

Scintigraphie osseuse

Lors d’une scintigraphie osseuse, on emploie des matières radioactives (produits radiopharmaceutiques) qui se fixent sur les os et un ordinateur pour créer une image des os. On a recours à cette épreuve pour vérifier si le cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux s’est propagé aux os.

Apprenez-en davantage sur la scintigraphie osseuse.

Retour au menu

Tomodensitométrie par émission de positrons (TEP)

Lors d’une tomographie par émission de positons (TEP), on utilise des matières radioactives (produits radiopharmaceutiques) pour détecter des changements dans l’activité métabolique des tissus du corps. Un ordinateur analyse les modèles de distribution de la radioactivité et produit des images à 3 dimensions et en couleurs de la région examinée.

On peut avoir recours à la TEP pour déterminer si le cancer s’est propagé à d’autres régions du corps.

Apprenez-en davantage sur la TEP.

Retour au menu

Questions à poser à votre équipe de soins

Apprenez-en davantage sur le diagnostic. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le diagnostic à votre équipe de soins.

Histoires

Researcher Dr Sohrab Shah Dr Sohrab Shah a contribué à la découverte de plus de 100 nouveaux gènes suspectés d’être responsables du cancer.

Plus de details

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus