Logo Société canadienne du cancer

Myélome multiple

Vous êtes ici:

Statistiques de survie au myélome multiple

Les statistiques de survie au myélome multiple sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu’elles sont fondées sur l’expérience de groupes de personnes dans la population générale, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d’une personne en particulier.

Il existe de nombreuses méthodes différentes pour évaluer et consigner les statistiques de survie au cancer. Votre médecin peut vous expliquer les statistiques relatives au myélome multiple et ce qu’elles signifient.

Survie relative

La survie relative sert à déterminer quelle est la probabilité qu’une personne atteinte de cancer soit encore en vie après son diagnostic comparativement à des personnes qui font partie de la population générale et qui n’ont pas le cancer, mais qui présentent les mêmes caractéristiques (comme l’âge et le sexe).

Au Canada, on consigne les statistiques de survie relative après 5 ans pour le myélome multiple. La survie relative après 5 ans au myélome multiple est de 43 %, ce qui signifie qu’une personne diagnostiquée d’un myélome multiple aurait, en moyenne, 43 % de chances de vivre 5 ans à la suite de son diagnostic comparativement à une personne dans la population générale.

Survie par stade

La survie varie selon le stade du myélome multiple. Au début, le myélome multiple réagit souvent au traitement, mais la maladie réapparaît (récidive) dans la plupart des cas. On peut traiter le myélome multiple de nombreuses façons; ainsi, quand un traitement n’est plus efficace, les médecins en administrent un autre. Puisque le myélome multiple a tendance à récidiver peu importe le traitement, on considère que c’est une maladie incurable.

Les statistiques de survie par stade du myélome multiple correspondent au taux de survie médiane. La survie médiane est la période de temps au bout de laquelle la moitié des personnes atteintes de myélome multiple sont encore en vie après avoir reçu le diagnostic ou avoir commencé le traitement.

On ne dispose pas de statistiques canadiennes spécifiques sur les différents stades du myélome multiple. Les renseignements suivants sont tirés de diverses sources et peuvent comprendre des statistiques provenant d’autres pays.

Survie au myélome multiple
Stade de l’International Staging SystemSurvie médiane

I

62 mois (environ 5 ans)

II

44 mois (environ 3 ans et demi)

III

29 mois (environ 2 ans et demi)

On a aussi recours à d’autres facteurs pronostiques pour prévoir la survie d’une personne, qui peut varier de moins de 1 an à plus de 10 ans.

Les facteurs suivants peuvent aussi affecter la survie au myélome multiple.

  • En général, plus le myélome multiple est diagnostiqué et traité à un stade précoce, meilleur est le pronostic.
  • Le nombre et le type de changements chromosomiques aident le médecin à établir un pronostic.
  • Les personnes dont le cancer réagit bien au traitement et qui parviennent à une rémission complète ont un meilleur pronostic que celles dont le cancer ne réagit pas au traitement initial.

Le taux de survie au myélome multiple s’est grandement amélioré au cours des 20 dernières années. C’est dû au fait que les médecins ont trouvé de meilleures façons de détecter le myélome multiple et ainsi de diagnostiquer la maladie à un stade plus précoce. Il existe aussi plusieurs nouveaux traitements qui sont meilleurs et qui aident à améliorer le taux de survie chez les personnes atteintes de myélome multiple.

Questions sur la survie

On conseille aux personnes atteintes de cancer de discuter de leur pronostic avec leur médecin. Le pronostic repose sur de nombreux facteurs, dont les suivants :

  • Vos antécédents médicaux
  • Le type de cancer
  • Le stade du cancer
  • Les caractéristiques du cancer
  • Les traitements choisis
  • Votre réaction au traitement

Seul le médecin qui connaît bien ces facteurs peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Histoires

Dre Christine Friedenreich Prévenir le cancer par l’activité physique

Plus de details

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus