Logo Société canadienne du cancer

Myélome multiple

Vous êtes ici:

Statistiques de survie pour le myélome multiple

Les statistiques de survie au myélome multiple sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu’elles sont fondées sur l’expérience de groupes de personnes, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d’une personne en particulier.

Il existe de nombreuses méthodes différentes pour évaluer et consigner les statistiques de survie au cancer. Votre médecin peut vous expliquer les statistiques relatives au myélome multiple et ce qu’elles signifient.

Survie nette

La survie nette représente la probabilité de survivre au cancer en l’absence d’autres causes de décès. Elle permet d’estimer le pourcentage de personnes qui survivront à leur cancer.

Au Canada, la survie nette après 5 ans pour le myélome multiple est de 42 %, ce qui signifie qu’en moyenne, environ 42 % des personnes diagnostiquées d’un myélome multiple survivront au moins 5 ans.

Survie selon le stade

La survie varie selon le stade du myélome multiple. Au début, le myélome multiple réagit souvent au traitement, mais la maladie réapparaît (récidive) dans la plupart des cas. On peut traiter le myélome multiple de nombreuses façons; ainsi, quand un traitement n’est plus efficace, les médecins en administrent un autre. Puisque le myélome multiple a tendance à récidiver peu importe le traitement, on considère que c’est une maladie incurable.

Les statistiques de survie selon le stade pour le myélome multiple sont consignées sous la forme de survie médiane. La survie médiane est la période au bout de laquelle la moitié des personnes atteintes d’un myélome multiple seront encore en vie après avoir reçu le diagnostic ou avoir commencé le traitement.

On ne dispose pas de statistiques canadiennes spécifiques sur les différents stades du myélome multiple. Les renseignements suivants sont tirés de diverses sources et peuvent comprendre des statistiques provenant d’autres pays.

Survie au myélome multiple
Stade de l’International Staging SystemSurvie médiane

I

62 mois (environ 5 ans)

II

44 mois (environ 3 ans et demi)

III

29 mois (environ 2 ans et demi)

On a aussi recours à d’autres facteurs pronostiques pour prévoir la survie d’une personne, qui peut varier de moins de 1 an à plus de 10 ans.

Les facteurs suivants peuvent aussi affecter la survie au myélome multiple.

  • En général, plus on diagnostique et on traite le myélome multiple à un stade précoce, meilleur est le pronostic.
  • Le nombre et le type de changements chromosomiques aident le médecin à établir un pronostic.
  • Les personnes dont le cancer réagit bien au traitement et qui parviennent à une rémission complète ont un meilleur pronostic que celles dont le cancer ne réagit pas au traitement initial.

Les taux de survie au myélome multiple se sont grandement améliorés au cours des 20 dernières années. C’est dû au fait que les médecins ont trouvé de meilleures façons de détecter le myélome multiple et ainsi de diagnostiquer la maladie à un stade plus précoce. Il existe aussi plusieurs nouveaux traitements qui sont meilleurs et qui aident à améliorer la survie des personnes atteintes d’un myélome multiple.

Questions sur la survie

Discutez de votre pronostic avec votre médecin. Le pronostic repose sur de nombreux facteurs dont ceux-ci :

  • vos antécédents de santé
  • le type de cancer
  • le stade du cancer
  • certaines caractéristiques du cancer
  • les traitements choisis
  • comment le cancer réagit au traitement

Seul un médecin qui connaît bien ces facteurs peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Histoires

Je suis reconnaissante de la chance que nous avons eue, et je veux que toutes les familles aient la même. C’est pour cette raison que la Société canadienne du cancer figure dans mon testament.

Plus de details

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus