Logo Société canadienne du cancer

Mésothéliome

Vous êtes ici:

Chimiothérapie du mésothéliome

La chimiothérapie est l’un des traitements principaux du mésothéliome. De nombreuses personnes reçoivent leur diagnostic seulement lorsque la maladie est avancée et qu’on ne peut pas l’enlever par chirurgie. Dans ce cas-là, on administre une chimiothérapie pour traiter la maladie et soulager les symptômes.

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour traiter le cancer. Il s’agit habituellement d’un traitement systémiquetraitement systémiqueTraitement qui consiste à administrer une substance qui voyage par les vaisseaux sanguins pour atteindre les cellules du corps tout entier. qui circule dans tout le corps et qui détruit les cellules cancéreuses dont celles qui auraient pu s’échapper de la tumeur primitive. La chimiothérapie peut aussi être régionale, c’est-à-dire qu’elle touche des régions spécifiques du corps. La chimiothérapie régionale du mésothéliome peut être administrée directement dans la cavité du corps (chimiothérapie intracavitaire) qui contient le cancer dont :

  • la cavité thoracique (chimiothérapie intrapleurale)
  • la cavité abdominale (chimiothérapie intrapéritonéale)

On peut administrer une chimiothérapie :

  • comme traitement principal pour réduire la taille de la tumeur et maîtriser le cancer
    • La chimiothérapie peut être ainsi employée chez les personnes :
      • qui ne peuvent pas subir de chirurgie puisque leur cancer est considéré comme inopérable (non résécable)
      • atteintes d’un mésothéliome de sous-type sarcomatoïde
      • qui ne sont pas assez bien pour tolérer une chirurgie
      • qui décident de ne pas subir de chirurgie
  • pour soulager la douleur ou maîtriser les symptômes d’un mésothéliome de stade avancé (chimiothérapie palliative)
  • après une chirurgie pour détruire les cellules cancéreuses qui restent et réduire le risque de réapparition du cancer (chimiothérapie adjuvanteadjuvanteTraitement administré en plus du traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) pour aider à réduire le risque de réapparition (récidive) de la maladie (comme le cancer).)
  • avant une chirurgie pour réduire la taille de la tumeur (chimiothérapie néoadjuvantenéoadjuvanteTraitement administré afin de réduire la taille d’une tumeur avant le traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) qui consiste habituellement en une chirurgie.)

Les médicaments employés, les doses administrées ainsi que les horaires suivis varient d’une personne à l’autre.

Agents chimiothérapeutiques

Les agents chimiothérapeutiques qu’on administre le plus couramment pour traiter le mésothéliome sont ceux-ci :

  • le cisplatine (Platinol AQ)
  • le carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ)
  • un antagoniste de l’acide folique
    • pemetrexed (Alimta)
    • raltitrexed (Tomudex)
  • la gemcitabine (Gemzar)
    • On peut administrer de la gemcitabine aux personnes incapables de recevoir une chimiothérapie d’association à base de platine (cisplatine ou carboplatine).
  • la vinorelbine (Navelbine)
    • On peut aussi administrer ce médicament aux personnes incapables de recevoir une chimiothérapie d’association à base de platine ou qui ont déjà reçu une chimiothérapie d’association à base de platine.

Bien qu’on puisse administrer qu’un seul médicament, la réaction à la chimiothérapie est meilleure quand on associe plusieurs médicaments pour traiter le mésothéliome. Les associations chimiothérapeutiques qu’on administre le plus couramment pour traiter le mésothéliome sont celles-ci :

  • le cisplatine et un antagoniste de l’acide folique
    • cisplatine et pemetrexed – association la plus courante
    • cisplatine et raltitrexed
  • le carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ) et un antagoniste de l’acide folique
    • On peut avoir recours au carboplatine au lieu du cisplatine, en particulier chez les gens plus âgés puisqu’il cause moins de problèmes aux reins et aux nerfs que le cisplatine.
    • Les associations les plus courantes sont les suivantes :
      • carboplatine et pemetrexed
      • carboplatine et raltitrexed
  • le cisplatine et la gemcitabine
  • le carboplatine et la gemcitabine

On administre ces associations médicamenteuses par voie intraveineuse durant 3 à 6 cycles. Dans certains cas, on les administre jusqu’à ce que la maladie évolue.

Chimiothérapie régionale

La chimiothérapie régionale (intracavitaire) du mésothéliome peut comprendre :

  • une chimiothérapie intrapleurale
    • On injecte les agents chimiothérapeutiques par un drain thoracique ou un cathéter dans la cavité pleurale (espace entre les membranes qui tapissent le poumon et la paroi thoracique).
    • On y a recours pour traiter le mésothéliome pleural.
    • On peut administrer une chimiothérapie intrapleurale pour maîtriser un épanchement pleural.
  • une chimiothérapie intrapéritonéale
    • On injecte les agents chimiothérapeutiques dans l’espace péritonéal ou la cavité péritonéale (espace entre les organes abdominaux et la membrane qui tapisse la paroi de l’abdomen).
    • C’est la façon dont on administre le plus souvent la chimiothérapie pour traiter un mésothéliome péritonéal. Le mésothéliome péritonéal reste le plus souvent confiné à la cavité péritonéale jusqu’à ce que la maladie soit à un stade avancé. L’administration de médicaments directement dans la cavité péritonéale accroît grandement leur concentration dans la région et limite ainsi les effets secondaires sur le reste du corps.

Il arrive parfois que la chimiothérapie régionale soit administrée dès que la chirurgie est terminée, en salle d’opération, ou peu de temps après.

Les médicaments employés en chimiothérapie régionale pour traiter le mésothéliome sont entre autres ceux-ci :

  • cisplatine
  • mitomycine (Mutamycin)
  • doxorubicine (Adriamycin)

On chauffe parfois les médicaments employés en chimiothérapie régionale avant de les administrer (chimiothérapie hyperthermique) afin des les aider à mieux agir.

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur la chimiothérapie.

Histoires

Morgan Smith Même si nous sommes des élèves du secondaire, nous avons été capables de recueillir un bon montant pour la Société canadienne du cancer. Cela montre ce qu’un petit groupe de personnes est capable de faire en unissant ses efforts pour une bonne cause.

Lisez l’histoire de Morgan

Une communauté de soutien en ligne, digne de confiance

Illustration d’un ordinateur

Parlonscancer.ca est une communauté en ligne sur laquelle les personnes atteintes de cancer et leurs proches peuvent compter.

Apprenez-en plus