Mésothéliome

Vous êtes ici:

Diagnostic du mésothéliome

Le diagnostic est le processus qui vise à déterminer la cause d’un problème de santé. Le processus diagnostique du mésothéliome débute habituellement par une visite à votre médecin de famille. Celui-ci vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera peut-être un examen physique. En se basant sur ces informations, il pourrait vous diriger vers un spécialiste ou vous prescrire des examens afin de vérifier la présence d’un mésothéliome ou d’autres problèmes de santé.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. C’est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent provoquer des symptômes semblables à ceux du mésothéliome. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de mésothéliome.

On a généralement recours aux épreuves qui suivent pour éliminer ou confirmer un diagnostic de mésothéliome. De nombreux examens permettant de poser un diagnostic de cancer sont également employés pour en déterminer le stade (étendue de la progression de la maladie). Votre médecin pourrait aussi prescrire d’autres examens pour évaluer votre état de santé général et aider à planifier votre traitement.

Antécédents de santé et examen physique

Les antécédents de santé consistent en un bilan des symptômes, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux qu’une personne a éprouvés dans le passé. Au moment de vérifier vos antécédents de santé, votre médecin vous posera des questions sur vos antécédents de :

  • symptômes pouvant indiquer la présence d’un mésothéliome
  • exposition à l’amiante au travail (exposition professionnelle)
  • cohabitation avec une personne travaillant avec de l’amiante
  • radiothérapie administrée au thorax ou à l’abdomen

L’examen physique permet à votre médecin de rechercher tout signe de mésothéliome. Lors de l’examen physique, il est possible que le médecin :

  • ausculte les poumons au moyen d’un stéthoscope
  • palpe l’abdomen pour vérifier si des organes sont plus gros que la normale
  • vérifie si l’abdomen est enflé

Apprenez-en davantage sur l’examen physique.

Radiographie

Lors d’une radiographie, on emploie de petites doses de radiation pour produire une image de certaines parties du corps sur un film. Il s’agit souvent du premier examen d’imagerie effectué pour vérifier s’il y a des problèmes dans le thorax.

Une radiographie pulmonaire peut révéler la présence de liquide autour des poumons (épanchement pleural) ou un épaississement du revêtement des poumons.

Apprenez-en davantage sur la radiographie.

Échographie

Lors d’une échographie, on emploie des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images de certaines parties du corps. On y a recours pour vérifier la présence de liquide dans l’abdomen (ascite).

Apprenez-en davantage sur l’échographie.

Tomodensitométrie (TDM)

Lors d’une tomodensitométrie (TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers pour produire des images à 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées.

La TDM est le principal examen employé pour diagnostiquer le mésothéliome pleural ou péritonéal et pour en déterminer le stade. Les résultats de cet examen peuvent aider à prendre des décisions relatives au traitement.

On peut aussi avoir recours à la TDM pour déceler le mésothéliome et pour déterminer s’il s’est propagé et où il l’a fait. La TDM peut également servir à guider une biopsie pour prélever des échantillons de tissu.

Apprenez-en davantage sur la TDM.

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Lors de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), on emploie de puissantes forces magnétiques et des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images à 3 dimensions.

L’IRM peut être utilisée pour déterminer l’emplacement du mésothéliome et pour évaluer l’étendue de sa propagation si la TDM n’a pas permis de le faire. L’IRM est utile pour savoir si le mésothéliome s’est propagé au diaphragme.

Apprenez-en davantage sur l’IRM.

Prélèvement de liquide à des fins d’analyse

Le mésothéliome peut provoquer une accumulation de liquide dans la partie du corps où il croît. Il est possible que le médecin prélève ce liquide pour vérifier s’il renferme des cellules cancéreuses.

Lors d’une thoracentèse, on insère une aiguille creuse ou un tube (cathéter) à travers la peau, entre les côtes, pour évacuer le liquide présent dans l’espace situé entre les poumons et la paroi du thorax (cavité pleurale). On a recours à cette épreuve pour vérifier la présence d’un mésothéliome pleural.

Lors d’une paracentèse, on évacue le liquide présent dans la cavité abdominale à l’aide d’une aiguille creuse ou d’un tube. On peut avoir recours à cette épreuve pour vérifier la présence d’un mésothéliome péritonéal.

Apprenez-en davantage sur la thoracentèse et la paracentèse.

Endoscopie

L’endoscopie aide à diagnostiquer le mésothéliome pleural ou péritonéal et à en déterminer le stade. Elle permet au médecin d’observer l’intérieur du thorax ou de l’abdomen à l’aide d’un tube au bout duquel sont fixées une source lumineuse et une lentille. Cet instrument est appelé endoscope. Les endoscopes portent des noms différents selon la partie du corps qu’ils permettent d’examiner.

Différents types d’endoscopie peuvent être employés pour diagnostiquer le mésothéliome et en déterminer le stade. On peut avoir recours à la TDM ou à l’échographie pour guider l’endoscope. Durant l’épreuve, il se peut qu’on prélève de petits morceaux de tissus, du liquide et des ganglions lymphatiques afin de les examiner.

Lors d’une thoracoscopie, on utilise un thoracoscope pour observer l’intérieur du thorax. Elle permet au médecin de vérifier la présence d’un mésothéliome et de déterminer où il pourrait s’être propagé.

Lors d’une médiastinoscopie, on utilise un médiastinoscope pour observer l’espace situé entre les poumons (médiastin). On peut y avoir recours si une TDM révèle que le cancer pourrait s’être propagé aux ganglions lymphatiques qui se trouvent entre les poumons.

Lors d’une bronchoscopie, on utilise un bronchoscope pour observer l’intérieur de la trachée et des bronches (grosses voies respiratoires des poumons). À l’aide d’un petit dispositif à ultrasons fixé au bout du bronchoscope, le médecin peut examiner les ganglions lymphatiques situés près de ces organes. Les ultrasons permettent aussi de guider le médecin pour qu’il prélève des échantillons de ganglions lymphatiques et d’autres tissus avec une aiguille.

Lors d’une laparoscopie, on utilise un laparoscope pour observer l’intérieur de l’abdomen. Cette intervention permet au médecin d’examiner le péritoine, le diaphragme et d’autres organes dans l’abdomen.

Apprenez-en davantage sur la thoracoscopie, la médiastinoscopie , la bronchoscopie et la laparoscopie.

Biopsie

Lors d’une biopsie, le médecin prélève des tissus ou des cellules du corps afin de les analyser en laboratoire. Un pathologiste prépare ensuite un rapport qui confirme la présence ou l’absence de cellules cancéreuses dans l’échantillon.

Différents types de biopsie peuvent être effectués pour diagnostiquer le mésothéliome et en déterminer le stade. On pratique souvent une biopsie lorsqu’on fait une endoscopie pour le mésothéliome. Il est possible qu’on ait recours à la TDM ou à l’échographie pour guider l’endoscope jusqu’à la région à examiner.

On peut effectuer une biopsie à l’aiguille pour prélever du tissu d’une région du thorax que l’on croit atteinte de cancer. On insère une longue aiguille creuse à travers la peau, entre les côtes, jusqu’à ce qu’elle atteigne la plèvre. Cette aiguille permet de prélever de petits échantillons de tissu. La biopsie à l’aiguille peut également être employée pour prélever des échantillons des ganglions lymphatiques se trouvant dans l’espace situé entre les poumons (médiastin).

On peut effectuer une biopsie chirurgicale si le prélèvement de tissu obtenu lors d’une endoscopie ne suffit pas pour poser un diagnostic. Lors d’une thoracotomie, on fait une incision (coupure) dans le thorax afin de prélever du tissu. Dans le cas d’une laparotomie, l’incision est pratiquée dans l’abdomen.

Apprenez-en davantage sur la biopsie.

Tests de la fonction respiratoire

Les tests de la fonction respiratoire forment un groupe d’examens qui permettent de savoir jusqu’à quel point les poumons sont efficaces. On mesure la quantité d’air que les poumons peuvent contenir et la capacité d’une personne à expulser l’air de ses poumons. Les tests de la fonction respiratoire sont aussi appelés exploration fonctionnelle respiratoire.

Après un diagnostic de mésothéliome, on peut effectuer des tests de la fonction respiratoire pour évaluer le fonctionnement des poumons, en particulier si on envisage de faire une chirurgie. L’opération pourrait consister à enlever une partie ou la totalité d’un poumon. Il est donc important de savoir s’il est risqué de pratiquer une chirurgie et si votre fonction pulmonaire sera toujours bonne après celle-ci. Si vos poumons ne sont pas en assez bonne condition, vous ne pourrez pas subir une chirurgie.

Apprenez-en davantage sur les tests de la fonction respiratoire.

Formule sanguine complète (FSC)

La formule sanguine complète (FSC) permet d’évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. Elle renseigne votre équipe de soins sur votre état général.

Apprenez-en davantage sur la FSC.

Analyses biochimiques sanguines

Lors des analyses biochimiques sanguines, on mesure le taux de certaines substances chimiques dans le sang. Ces analyses permettent d’évaluer le fonctionnement de certains organes et de détecter des anomalies. L’une des analyses biochimiques sanguines pouvant être effectuées pour diagnostiquer le mésothéliome mesure le taux de lacticodéshydrogénase (LDH).

La LDH est une enzyme présente dans les cellules du corps. Un taux élevé de LDH peut signifier que des cellules ou des tissus sont endommagés quelque part dans le corps, ce qui peut être un signe de cancer. Le taux de LDH ne permet pas de diagnostiquer le mésothéliome, mais il sert comme facteur pronostique.

Apprenez-en davantage sur les analyses biochimiques sanguines.

Questions à poser à votre équipe de soins

Apprenez-en davantage sur le diagnostic. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le diagnostic à votre équipe de soins.

diaphragme

Muscle mince situé sous les poumons et le coeur séparant la cavité thoracique de l’abdomen.

Lorsque le diaphragme se contracte, les poumons prennent de l’expansion et se remplissent d’air. Lorsqu’il se dilate, les poumons s’affaissent et poussent l’air vers l’extérieur.

Histoires

Le Dr David Malkin, chercheur Le Dr David Malkin contribue à accroître la survie des patients grâce au dépistage.

Plus de details

Investir pour réduire le fardeau du cancer

Icône – tirelire

L’an dernier, la SCC a financé la recherche sur le cancer à hauteur de 40 millions de dollars, grâce à nos donateurs. Découvrez comment vous pouvez aider à réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus