Logo Société canadienne du cancer

Mésothéliome

Vous êtes ici:

Diagnostiquer le mésothéliome

Le diagnostic est un processus qui permet d’identifier la cause d’un problème de santé. Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant, mais il est important que le médecin élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer. On a habituellement recours aux épreuves visant à diagnostiquer un mésothéliome quand :

  • on observe des symptômes de cette maladie
  • le médecin soupçonne la présence d’un tel cancer après avoir parlé avec la personne de sa santé et effectué un examen physique

Bien des tests permettant de poser le diagnostic initial de cancer sont également employés pour en déterminer le stade (jusqu'où la maladie a progressé). Votre médecin pourrait aussi vous faire passer d'autres examens afin de vérifier votre état général de santé et d'aider à planifier votre traitement. Les tests suivants peuvent être demandés.

 

Antécédents médicaux et examen physique

Les antécédents médicaux consistent en un bilan des symptômes actuels, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux qu’une personne aurait pu éprouver dans le passé. Les antécédents médicaux de la famille de la personne atteinte peuvent également aider le médecin à établir le diagnostic de mésothéliome.

Pour connaître les antécédents médicaux, le médecin posera des questions sur :

  • les antécédents personnels de :
    • exposition professionnelle à l’amiante
    • cohabitation avec quelqu’un qui travaille avec de l’amiante
    • radiothérapie déjà administrée au thorax ou à l’abdomen
  • les signes et symptômes qui pourraient laisser croire à un mésothéliome

L'examen physique permet au médecin de rechercher tout signe de mésothéliome. Lors de l'examen physique, le médecin :

  • écoute les poumons avec un stéthoscope
  • tapote le thorax (percussion) pour détecter les bruits
  • observe le mouvement du thorax lors de la respiration
  • observe le visage et le cou pour savoir s’ils sont enflés
  • palpe l’abdomen à la recherche de masses et vérifie qu’il n’est pas enflé
  • palpe les ganglions lymphatiques pour savoir s’ils sont enflés

Retour au menu

Radiographie

Lors d'une radiographie, on emploie des radiations de faible dose pour produire des images des structures du corps sur film. On y a recours pour détecter des anomalies du poumon ou de l’abdomen.

  • Une radiographie pulmonaire peut révéler des problèmes au poumon, comme un épaississement de la plèvre ou l’accumulation de liquide autour du poumon (épanchement pleural) causé par un mésothéliome pleural.
  • On peut faire une radiographie de l’abdomen pour trouver la cause des symptômes abdominaux.

Retour au menu

Échographie

Lors d'une échographie, on a recours à des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images des structures du corps. On peut faire une échographie abdominale pour vérifier la présence de liquide dans l’abdomen si le médecin soupçonne un mésothéliome péritonéal.

Retour au menu

Tomodensitométrie (TDM)

Lors d'une TDM, on emploie des appareils radiographiques particuliers afin de produire des images en 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins qui se trouvent à l’intérieur du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées. On y a recours pour :

  • établir la présence d’un mésothéliome et trouver son emplacement
    • La TDM est le principal examen d’imagerie employé pour évaluer le mésothéliome, qu’il soit pleural ou péritonéal.
  • aider à guider le médecin lorsqu’il fait une biopsie
  • évaluer l’étendue du mésothéliome et déterminer s’il s’est propagé
  • aider à prendre une décision relative au traitement

Retour au menu

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

En IRM, on a recours à de puissantes forces magnétiques et à des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les images en clichés à 3 dimensions. L’IRM permet de :

  • établir la présence d’un mésothéliome et trouver son emplacement
  • évaluer l’étendue du mésothéliome et déterminer s’il s’est propagé, en particulier si on envisage une chirurgie
  • aider à prendre une décision relative au traitement

Retour au menu

Biopsie

Une biopsie consiste à prélever du tissu ou des cellules du corps afin de les analyser en laboratoire. Le rapport de pathologie issu du laboratoire confirmera la présence de cellules cancéreuses dans le prélèvement. Pour diagnostiquer un mésothéliome, on peut avoir recours aux types de biopsie suivants :

  • thoracentèse
    • On insère une aiguille creuse ou un petit tube dans la peau, entre les côtes, jusqu’à la cavité pleurale afin d’y prélever du liquide qui sera examiné au microscope.
    • On fait aussi une thoracentèse quand on veut réduire l’accumulation de liquide dans la cavité pleurale (épanchement pleural) qui est causée par un mésothéliome pleural.
  • paracentèse
    • On insère une aiguille creuse ou un petit tube dans la peau jusqu’à la cavité abdominale afin d’y prélever du liquide qui sera examiné au microscope.
    • On fait aussi une paracentèse quand on veut réduire l’accumulation de liquide dans la cavité abdominale (ascite) qui est causée par un mésothéliome péritonéal.
  • biopsie endoscopique
    • On peut avoir recours à diverses interventions endoscopiques pour faire des prélèvements de liquide ou de tissu afin d’établir la présence d’un mésothéliome pleural ou péritonéal.
  • biopsie ouverte
    • Il arrive parfois que les médecins doivent faire une intervention plus effractive, soit une biopsie chirurgicale, afin d’obtenir un prélèvement de tissu suffisamment grand pour poser un diagnostic.
    • La thoracotomie est une chirurgie qui sert à ouvrir la cavité thoracique. Elle permet au chirurgien de faire un plus gros prélèvement de tissu ou d’enlever une tumeur dans le thorax.
    • La laparotomie est une chirurgie qui sert à ouvrir la cavité abdominale. Elle permet au chirurgien de faire un plus gros prélèvement de tissu ou d’enlever une tumeur dans l’abdomen.

Retour au menu

Interventions endoscopiques

On peut faire une intervention endoscopique pour diagnostiquer et stadifier un mésothéliome. Elle permet au médecin d’observer l’intérieur d’une cavité du corps à l’aide d’un tube flexible muni d’une lumière et d’une lentille à une extrémité, soit un endoscope. On peut avoir recours aux interventions endoscopiques suivantes pour diagnostiquer le mésothéliome :

  • thoracoscopie
    • On peut faire une thoracoscopie pour examiner la cavité thoracique, dont la plèvre, et pour faire des prélèvements de tissu afin de diagnostiquer et de stadifier le mésothéliome pleural.
    • Lors de cette intervention, on peut aussi pratiquer une chirurgie thoracique vidéo-assistée (CTVA) afin de faire des prélèvements.
  • médiastinoscopie
    • On peut effectuer une médiastinoscopie pour examiner le médiastinmédiastinRégion de la cavité thoracique située entre les poumons, le sternum et la colonne vertébrale qui contient le coeur, les gros vaisseaux sanguins, le thymus, la trachée, l’oesophage et les ganglions lymphatiques. situé dans le thorax et faire des prélèvements de tissu des ganglions lymphatiques du thorax. Les prélèvements peuvent être examinés au microscope afin qu’on stadifie le mésothéliome pleural et qu’on décide si la chirurgie est une option.
  • échographie endobronchique (EEB)
    • On peut aussi avoir recours à l’échographie endobronchique (EEB) pour faire une biopsie des ganglions lymphatiques du médiastin.
    • On fait une bronchoscopie à l’aide d’une sonde ultrasonore fixée à un bronchoscope. Cela permet au médecin d’observer l’intérieur des bronchesbronchesLarges tubes, ou conduits aériens, qui forment un embranchement allant de la trachée aux poumons où ils se ramifient en conduits plus petits (bronchioles) qui se terminent par les alvéoles pulmonaires (sacs alvéolaires). Les bronches laissent passer l'air qui entre dans les poumons et qui en sort. et des poumons, de voir si des ganglions lymphatiques voisins semblent suspects et de faire des prélèvements dans les ganglions lymphatiques.
  • laparoscopie
    • La laparoscopie est une intervention qui permet au médecin d’observer l’intérieur de l’abdomen et d’y faire des prélèvements. Le chirurgien effectue une petite coupure dans l’abdomen et y insère un endoscope appelé laparoscope.
    • On peut pratiquer cette intervention pour examiner la cavité abdominale et faire des prélèvements de tissu ou de liquide dans l’abdomen afin de diagnostiquer et de stadifier le mésothéliome péritonéal.
    • On peut aussi avoir recours à la laparoscopie pour stadifier le mésothéliome pleural afin de savoir si le cancer s’est propagé jusque dans le diaphragme.

Retour au menu

Formule sanguine complète

La formule sanguine complète (FSC) permet d'évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. On a recours à la FSC pour vérifier s’il y a des problèmes de plaquettes et de globules blancs. Chez les personnes atteintes d’un mésothéliome, le taux de plaquettes peut être anormalement élevé (thrombocytose) et le taux de globules blancs peut être élevé (leucocytose).

Retour au menu

Analyses biochimiques sanguines

Lors d'une analyse biochimique sanguine, on mesure le taux de substances chimiques dans le sang. Elle permet d'évaluer la qualité de fonctionnement de certains organes et aussi de détecter des anomalies.

Les médecins peuvent avoir recours aux analyses biochimiques sanguines pour établir le pronostic d’une personne atteinte d’un mésothéliome. Leur taux de lacticodéshydrogénase (LDH) peut être élevé. La LDH est une enzyme présente dans le sang dont le taux peut être plus élevé quand des tissus sont endommagés ou que des cellules cancéreuses s’y trouvent.

Retour au menu

Dosage des marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont des substances – habituellement des protéines – observées dans le sang qui pourraient indiquer la présence d'un mésothéliome. On peut avoir recours au dosage des marqueurs tumoraux pour vérifier la réaction d'une personne au traitement du cancer. Les marqueurs tumoraux ne permettent pas de diagnostiquer le mésothéliome, mais des taux élevés peuvent aider à confirmer un diagnostic de mésothéliome malin.

Les marqueurs tumoraux qu’on pourrait mesurer chez les personnes atteintes d’un mésothéliome sont les suivants :

  • ostéopontine
  • peptides dérivés de la mésothéline solubles (PDMS)

Ces marqueurs semblent être sensibles au mésothéliome, mais des études sont actuellement en cours puisqu’on veut mieux établir leur rôle dans le diagnostic du mésothéliome et l’évaluation de la réaction au traitement.

Retour au menu

Tests de la fonction respiratoire

Les tests de la fonction respiratoire, aussi appelés exploration fonctionnelle respiratoire, permettent de savoir jusqu'à quel point les poumons sont efficaces. On mesure la quantité d'air que les poumons peuvent contenir et la capacité d’une personne à expulser l’air de ses poumons. Ce type de test est important si on envisage la chirurgie comme traitement du mésothéliome.

Retour au menu

Tomographie par émission de positrons (TEP)

Lors d'une TEP, on emploie une matière radioactive (produit radiopharmaceutique) pour détecter des changements dans l’activité métabolique des tissus du corps. Un ordinateur analyse les modèles de distribution de la radioactivité et produit des images en 3 dimensions et en couleur de la région examinée. On y a recours pour savoir si le mésothéliome s’est propagé jusqu’à des emplacements éloignés, si d’autres examens d’imagerie ne sont pas concluants et si on envisage de faire une chirurgie.

On fait parfois une TEP/TDM : on associe la TDM à la TEP lors d’une seule intervention. La TEP/TDM peut fournir une image plus complète de l’emplacement et de la croissance de la tumeur que l’un de ces deux tests employé seul. Les appareils de TEP et de TEP/TDM ne sont pas aussi disponibles et utilisables facilement que d’autres appareils d’imagerie et ne sont accessibles que dans certains centres au Canada.

Retour au menu

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur les épreuves diagnostiques.

Histoires

Paulette Hicks Un geste de bonté gratuit posé durant l’une des périodes les plus difficiles dans la vie d’une personne peut avoir beaucoup d’effet.

Plus de details

Un coup de pouce pour les familles

Illustration d’une foule

La Société canadienne du cancer aide à défrayer les familles qui ont à assumer des coûts liés au traitement d’un enfant atteint de cancer.

Apprenez-en plus