Cancer du poumon

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer du poumon non à petites cellules

On a parfois recours à la chirurgie pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules, mais seulement si la tumeur peut être complètement enlevée. Le type de chirurgie que vous aurez dépend surtout de la taille et de l’emplacement de la tumeur ainsi que de jusqu’où elle s’est propagée dans le poumon. Quand votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle prend aussi en considération d’autres facteurs comme votre âge, votre état de santé global et le fonctionnement de vos poumons.

On peut pratiquer une chirurgie pour différentes raisons. Vous pouvez avoir une chirurgie pour :

  • enlever complètement la tumeur;
  • atténuer la douleur ou soulager les symptômes (chirurgie palliative).

Évaluation pour la chirurgie

Avant que votre équipe de soins vous propose la chirurgie comme traitement du cancer du poumon non à petites cellules, elle doit décider si le cancer peut être enlevé par chirurgie.

On a recours à des épreuves diagnostiques pour connaître la taille de la tumeur et pour savoir où le cancer s’est propagé. Ces épreuves peuvent aider l’équipe de soins à décider si une chirurgie peut être pratiquée.

Résécable signifie que le cancer peut être enlevé complètement par chirurgie.

Non résécable signifie que le cancer ne peut pas être enlevé par chirurgie. Certaines choses font en sorte qu’une tumeur n’est pas résécable dont celles-ci :

  • La tumeur est trop grosse pour être enlevée ou bien elle se trouve dans une partie du corps où on ne peut pas l’enlever complètement.
  • Le cancer s’est propagé à des ganglions lymphatiques situés près de la clavicule, ou qui se trouvent au centre du thorax du côté opposé à la tumeur ou bien là où la trachée se divise en 2 bronches et du côté opposé de la tumeur.
  • Le cancer s’est propagé à d’autres organes situés près des poumons ou à d’autres parties du corps.
  • il y a du liquide autour des poumons (épanchement pleural) ou autour du cœur (épanchement péricardique).

Votre équipe de soins évaluera également les résultats des tests de la fonction pulmonaire et de la fonction cardiaque afin de savoir si vous êtes en assez bonne santé pour subir une chirurgie du cancer du poumon non à petites cellules. Vous devez avoir une bonne santé globale et votre fonction pulmonaire doit être suffisante après la chirurgie. On propose la chirurgie aux personnes dont le risque d’essoufflement et d’autres troubles pulmonaires après l’opération est faible.

Si vous risquez davantage de respirer moins bien et d’être essoufflé,  votre équipe de soins vous parlera des effets secondaires de la chirurgie et de votre qualité de vie après l’opération.

Inopérable signifie que vous n’êtes pas assez bien pour subir une chirurgie, alors on ne vous la proposera pas comme option de traitement. Malheureusement, la plupart des personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules ne sont pas en bonne santé et ont souvent d’autres troubles médicaux graves.

Préparation à la chirurgie

La chirurgie du poumon est une opération importante dont il peut être très difficile de se rétablir, c’est pourquoi votre équipe de soins essaiera de s’assurer que vous êtes le plus en santé possible avant la chirurgie.

Si vous fumez, il est important que vous renonciez au tabac avant la chirurgie. Les fumeurs sont plus susceptibles d’avoir des troubles cardiaques et pulmonaires après l’opération. La recherche a démontré que les personnes qui cessent de fumer avant une chirurgie du cancer du poumon pourraient vivre plus longtemps et réduire leur risque d’être atteintes d’un autre cancer.

Il est également possible que votre équipe de soins vous donne un programme d’exercices à faire avant et après la chirurgie. Ces exercices aident à améliorer la respiration profonde et la capacité pulmonaire ainsi qu’à réduire la toux, ce qui facilite le rétablissement après une chirurgie pulmonaire.

Chirurgies du cancer du poumon non à petites cellules

On peut pratiquer la chirurgie du poumon de 2 façons.

La thoracotomie est la méthode la plus courante. On pratique la chirurgie à travers une incision faite entre les côtes, sur le côté du thorax. On écarte les côtes afin que le chirurgien puisse atteindre le poumon.

La chirurgie thoracique vidéo-assistée (CTVA) est une méthode moins effractive. On se sert d’une petite caméra vidéo et d’instruments chirurgicaux qu’on insère dans plusieurs petites incisions pratiquées dans le thorax. Le chirurgien est guidé par l’image apparaissant à l’écran vidéo. On peut avoir recours à la CTVA pour enlever une petite tumeur (3 à 4 cm) qui se trouve sur le bord externe du poumon. On peut aussi y avoir recours pour enlever une partie du poumon.

On a recours aux types de chirurgie qui suivent pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

Lobectomie

Lors de la lobectomie, on enlève le lobe du poumon où se trouve la tumeur.

La bilobectomie permet d’enlever 2 des 3 lobes du poumon droit. C’est un type de lobectomie. On peut faire cette chirurgie si la tumeur s’est propagée à 2 lobes qui sont l’un à côté de l’autre. On peut donc enlever le lobe supérieur et le lobe moyen ou bien le lobe moyen et le lobe inférieur.

Résection cunéiforme et segmentectomie

La résection cunéiforme permet d’enlever la tumeur ainsi qu’une marge de tissu pulmonaire sain. Lors de la segmentectomie, on enlève une marge plus large de tissu autour de la tumeur. On peut proposer ces chirurgies quand le cancer du poumon non à petites cellules est très précoce afin de préserver le plus possible la fonction respiratoire. Ces interventions peuvent aussi être pratiquées chez les personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules plus avancé et dont la fonction respiratoire n’est pas suffisante pour qu’on leur enlève une plus grande partie du poumon. On dit parfois que ces chirurgies sont sublobulaires puisqu’on enlève moins qu’un lobe du poumon.

Pneumonectomie

Lors de la pneumonectomie, on enlève tout le poumon. On pratique cette chirurgie si la tumeur est présente dans les deux lobes du poumon gauche ou bien si elle s’est propagée à la partie supérieure du poumon, près d’où la grosse voie respiratoire (bronche) entre dans les poumons. On y a recours seulement si la lobectomie ne permettrait pas d’enlever tout le cancer. Se rétablir d’une pneumonectomie est très difficile.

Puisque le poumon droit est plus gros, cela cause plus d’effets secondaires quand on l’enlève.

Résection pulmonaire élargie

La résection pulmonaire élargie est le type de chirurgie pratiqué pour traiter les tumeurs qui se sont propagées aux muscles, aux nerfs, aux vaisseaux sanguins ou à d’autres tissus situés près du poumon. Lors de la chirurgie, on enlève une large section autour du tissu qui entoure le poumon afin de retirer la plus grande partie possible du cancer.

Résection en manchon

On fait une résection en manchon pour enlever une tumeur qui se trouve dans la grosse voie respiratoire (bronche) du poumon. On enlève la tumeur ainsi qu’une marge de tissu sain de chaque côté de la tumeur. Les 2 extrémités de la bronche sont ensuite rattachées (anastomose).

Résection de la paroi thoracique

La résection de la paroi thoracique consiste à enlever les muscles, les os et d’autres tissus de la paroi du thorax. On peut y avoir recours pour enlever une tumeur de l’apex pulmonaire, ou tumeur de Pancoast, qui s’est propagée de la région située dans le haut du poumon jusqu’à la paroi thoracique. Si on doit enlever une grande région, le chirurgien la reconstruira lors de l’opération. Pour ce faire, il utilisera un matériau spécial qui bouge avec le corps lors de la respiration.

Curage ganglionnaire

On enlève les ganglions lymphatiques situés du même côté que la tumeur lors de la chirurgie du cancer du poumon. Le nombre de ganglions lymphatiques atteints par le cancer et leur emplacement jouent un rôle important dans le pronostic.

Parfois on enlève tous les ganglions lymphatiques, parfois on en enlève que quelques-uns à la recherche de cancer (prélèvement).

Chirurgie des métastases

On peut faire une chirurgie pour enlever une tumeur qui s’est propagée du poumon au cerveau ou à une glande surrénale.

Après la chirurgie

Après une chirurgie du cancer du poumon, un ou plusieurs tubes sortent de votre thorax. Ces tubes sont reliés à un récipient dans lequel ils évacuent l’excès de liquide ou d’air du thorax. On les enlève quand il n’y a plus d’air ou de liquide qui est évacué.

Votre équipe de soins vous incitera à effectuer les exercices de respiration profonde et de toux que vous faisiez avant la chirurgie. Ils sont parfois très difficiles à faire à cause de la douleur éprouvée après l’opération. Mais ils comptent beaucoup dans votre rétablissement. On vous incitera également à sortir du lit et à marcher le plus possible.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer du poumon non à petites cellules, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu.

Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la chirurgie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout du type de chirurgie, du fait que vous fumiez et de votre état de santé global.

La chirurgie du cancer du poumon non à petites cellules peut causer ces effets secondaires :

  • douleur
  • toux
  • difficulté à respirer
  • fistule bronchopleurale – ouverture anormale entre l’espace pleural et une voie respiratoire du poumon
  • affaissement du poumon
  • troubles cardiaques
  • fatigue
  • caillots sanguins

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chirurgie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et les effets secondaires de la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

Histoires

Dr David Huntsman Risque génétique d’une forme agressive de cancer de l’estomac

Plus de details

Réduisez votre risque

Icône – silhouette en train de courir

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer montre que le cancer est la première cause de mortalité au Canada. Apprenez comment vous pouvez réduire votre risque.

Apprenez-en plus