Cancer du poumon

Vous êtes ici:

Trouver le cancer du poumon à ses débuts

Détecter et traiter un cancer du poumon à un stade précoce accroît les chances de réussite du traitement. Passez régulièrement un examen de santé et voyez votre médecin si vous éprouvez des symptômes ou si votre santé vous inquiète.

Dépistage chez les fumeurs et les anciens fumeurs

Les fumeurs et les anciens fumeurs sont les personnes qui risquent le plus d’être atteintes du cancer du poumon. La recherche démontre que le dépistage par tomodensitométrie (TDM) utilisant de faibles doses de radiation (TDM à faible dose) peut permettre de détecter le cancer du poumon chez ces personnes avant l’apparition de tout symptôme. Cela pourrait aider à réduire leur risque de mourir du cancer du poumon. (Il n’est pas recommandé d’effectuer le dépistage du cancer du poumon à l’aide de radiographies pulmonaires et d’analyses des expectorations. Des études révèlent que ces épreuves ne sont pas efficaces pour détecter le cancer du poumon à un stade précoce.)

À l’heure actuelle, il n’y a aucun programme provincial ou territorial de dépistage du cancer du poumon. Certaines provinces ont mis sur pied des programmes pilotes avec l’intention de lancer un programme officiel à une date ultérieure.

Le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs (GECSSP) recommande le dépistage du cancer du poumon par TDM à faible dose une fois par année pendant 3 ans chez les adultes :

  • qui ont entre 50 et 74 ans (on a la preuve que le dépistage est le plus efficace chez les personnes de ce groupe d’âge);
  • qui sont des fumeurs actifs ou d’anciens fumeurs ayant cessé de fumer au cours des 15 dernières années;
  • qui ont fumé 30 « paquets-années », ce qui signifie 1 paquet de cigarettes par jour pendant au moins 30 ans ou 2 paquets par jour pendant 15 ans.

Le GECSSP recommande fortement que tout programme de dépistage du cancer du poumon comprenne du soutien pour aider les gens à cesser de fumer. Le tabagisme peut rendre de nombreux traitements du cancer moins efficaces, et les fumeurs présentent des risques plus élevés de complications et de décès que les non-fumeurs. Ne pas fumer est le meilleur moyen de réduire le risque de mourir du cancer du poumon.

Bienfaits et risques du dépistage

Discutez avec votre médecin des bienfaits et des risques du dépistage du cancer du poumon et demandez-lui si cela s’applique à vous. Les personnes qui ne présentent pas un risque élevé de cancer du poumon selon leurs antécédents de tabagisme ne devraient pas passer de test de dépistage pour cette maladie. On ne possède pas suffisamment de preuves pour savoir si le dépistage est efficace chez les personnes qui ont fumé moins de 30 paquets-années ou chez les personnes qui présentent d’autres facteurs de risque du cancer du poumon.

Il est important de se rappeler que le dépistage du cancer du poumon par TDM à faible dose pourrait avoir des effets nuisibles. Ces effets comprennent l’exposition à la radiation, un résultat de test faux positif et des complications à la suite d’examens de suivi après une tomodensitométrie. Le dépistage peut aussi entraîner la détection d’un cancer qui ne causerait pas de maladie ou de décès, ce qui pourrait engendrer l’administration de traitements non nécessaires ainsi que les effets secondaires de ces traitements.

dépistage

Recherche d’une maladie au moyen d’épreuves ou d’examens effectués chez un groupe de personnes qui ne présentent aucun symptôme de cette maladie.

Des exemples de tests de dépistage du cancer incluent la mammographie, la coloscopie et le test Pap.

Des programmes de dépistage organisés sont offerts à des groupes de personnes par l’intermédiaire d’un programme coordonné. Le dépistage opportuniste (ou dépistage ad hoc) est offert en dehors d’un programme de dépistage organisé (certaines femmes subissent un test Pap au cours d’un examen physique dans le cabinet de leur médecin, par exemple).

faux positif

Résultat positif qui est inexact.

Un résultat de test faux positif indique la présence d’une maladie particulière chez une personne alors que ce n’est pas le cas.

Histoires

Dr Lisa Barbera Des valeurs de référence canadiennes pour la qualité des soins du cancer en fin de vie

Plus de details

Réduisez votre risque

Icône – silhouette en train de courir

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer montre que le cancer est la première cause de mortalité au Canada. Apprenez comment vous pouvez réduire votre risque.

Apprenez-en plus