Logo Société canadienne du cancer

Cancer du foie

Vous êtes ici:

Chimioembolisation transartérielle (TACE) du cancer du foie

L’embolisation est un traitement qui consiste à bloquer ou à ralentir l’apport en sang à des tissus ou à un organe. Elle peut servir à bloquer la circulation du sang vers une tumeur, de manière à ce que les cellules cancéreuses meurent. Lorsque la matière utilisée pour bloquer l’apport en sang libère aussi des agents chimiothérapeutiques dans la tumeur, on parle de chimioembolisation. La chimioembolisation transartérielle (TACE) est un type particulier de chimioembolisation qui bloque l’artère hépatique en vue de traiter le cancer du foie.

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est le type le plus courant de cancer primitif du foie. Un grand nombre de vaisseaux sanguins se forment dans ce type de tumeur. Le sang qui circule dans ces vaisseaux provient en majeure partie de l’artère hépatique, alors que le reste du tissu hépatique est irrigué par la veine porte. Pour cette raison, les médecins peuvent bloquer l’artère hépatique pour couper l’apport en sang de la tumeur tout en préservant le reste du foie.

L’équipe de soins propose seulement la TACE aux personnes qui ont une bonne fonction hépatique, qui n’ont pas de liquide dans l’abdomen (ascite) et qui n’éprouvent aucun problème avec la veine porte. La TACE peut être employée lorsqu’on ne peut pas enlever le cancer du foie par une chirurgie et que le cancer ne s’est pas propagé aux principaux vaisseaux sanguins du foie, aux ganglions lymphatiques ni à d’autres parties du corps. On peut aussi proposer la TACE à des personnes en attente d’une greffe du foie pour que la taille de la tumeur hépatique demeure suffisamment petite (traitement intermédiaire).

Les médecins peuvent envisager la TACE pour traiter les tumeurs hépatiques qui mesurent plus de 5 cm, mais 2 ou 3 interventions peuvent alors être nécessaires pour réduire la taille de ces tumeurs. Si le cancer touche les deux lobes du foie, chaque lobe est traité séparément. Le traitement de chaque lobe est habituellement administré à un mois d’intervalle pour que la personne atteinte ait le temps de se rétablir de l’intervention précédente.

Comment se déroule la TACE

On procède à la TACE au service de radiologie d’un hôpital. Vous pourriez recevoir un anesthésiqueanesthésiqueMédicament qui cause l’anesthésie (perte partielle ou totale de sensation ou de conscience). local et un médicament pour vous aider à relaxer, ou encore un anesthésique général qui vous endormira.

Le médecin insère un tube mince (appelé cathéter) dans le gros vaisseau sanguin de l’aine (l’artère fémorale), puis il le fait remonter dans l’artère jusqu’à ce qu’il atteigne l’artère hépatique dans le foie. Il injecte ensuite un colorant radio-opaque dans le cathéter et prend une radiographie (angiographie) pour trouver les branches de l’artère qui alimentent la tumeur hépatique. Le médecin fait ensuite glisser le cathéter jusqu’à ces artères, puis il injecte une matière qui bloque les artères. Certains types de matière bloquante se dissolvent et ne bloquent pas les artères de façon permanente.

La matière la plus souvent utilisée pour la TACE est une éponge de gélatine. On fait parfois tremper l’éponge de gélatine dans un agent chimiothérapeutique et un liquide huileux appelé lipiodol avant de l’injecter dans l’artère. L’éponge emprisonne l’agent chimiothérapeutique dans le foie, de manière à ce qu’il soit concentré dans la région tumorale. Le lipiodol prolonge le temps où le médicament reste dans le foie. Si l’éponge ne contient pas d’agent chimiothérapeutique, celui-ci est injecté dans l’artère une fois qu’elle est bloquée.

La chimioembolisation transartérielle avec billes à élution de médicaments (DEB-TACE) est une nouvelle méthode pour administrer la chimiothérapie au cours de la TACE. Elle emploie des billes particulières qui contiennent déjà un agent chimiothérapeutique. Une fois injectées dans les artères du foie, elles libèrent lentement le médicament pour traiter la tumeur. Ces billes à élution de médicaments sont aussi efficaces que l’éponge de gélatine et l’injection d’agent chimiothérapeutique dans les artères. La DEB-TACE pourrait occasionner moins d’effets secondaires que les autres méthodes.

Si le cancer ne touche qu’un lobe du foie, il est possible qu’on administre une petite dose de chimiothérapie à l’autre lobe pour traiter toute tumeur qui pourrait s’y trouver.

Après la chimioembolisation, le médecin retire le cathéter par l’artère fémorale. Par la suite, on applique de la pression et de la glace sur l’incision pour aider à réduire l’enflure et faire cesser le saignement.

Agents chimiothérapeutiques employés pour la TACE

Il n’y a pas d’agent chimiothérapie standard recommandé pour la TACE. On peut avoir recours aux médicaments suivants, seuls ou en association :

  • doxorubicine (Adriamycin)
  • cisplatine (Platinol AQ)
  • mitomycine (Mutamycin)

Suivi après la TACE

On pourrait effectuer une tomodensitométrie (TDM) 2 ou 3 mois après la TACE. Cet examen d’imagerie permet aux médecins de savoir à quel point la taille des tumeurs a diminué et de détecter toute nouvelle tumeur dans le foie.

Chez de nombreuses personnes, il faudra faire une autre TACE, car les tumeurs hépatiques ont tendance à revenir après 10 à 16 mois. La TACE peut être répétée autant de fois que nécessaire, à condition que la personne atteinte soit toujours en assez bonne santé pour subir l’intervention.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer du foie, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines personnes en ont beaucoup, alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

La TACE peut causer des effets secondaires puisqu’elle risque d’endommager les cellules saines tout en détruisant les cellules cancéreuses. Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la chimiothérapie. La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains peuvent durer longtemps ou être permanents.

Comme la TACE est un traitement local administré dans le foie, les agents chimiothérapeutiques occasionnent moins d’effets secondaires que lorsqu’ils sont administrés sous forme de traitement systémiquetraitement systémiqueTraitement qui consiste à administrer une substance qui voyage par les vaisseaux sanguins pour atteindre les cellules du corps tout entier.. Les effets secondaires dépendent principalement du nombre de tumeurs traitées, du degré de cicatrisation du foie (cirrhose) et de votre état de santé global.

La TACE administrée pour traiter le cancer du foie peut causer le syndrome postembolisation, c’est-à-dire un ensemble de symptômes qui comprennent :

La TACE peut aussi provoquer les effets secondaires suivants :

  • ecchymoses et saignement au point d’insertion du cathéter
  • perte de poils et de cheveux
  • moins grande capacité à combattre les infections
  • fonction hépatique anormale
  • infection pulmonaire (pneumonie)
  • accumulation de liquide dans la cavité pleurale, c’est-à-dire l’espace situé entre les poumons et les parois du thorax (épanchement pleural)
  • caillots sanguins dans les poumons (embolie pulmonaire)
  • inflammation de la vésicule biliaire
  • accumulation de liquide dans l’abdomen (ascite)
  • amas de pus à l’endroit où on a détruit la tumeur (abcès)
  • syndrome de lyse tumorale

Avisez les membres de votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la TACE. Plus vite vous les informez de ces problèmes, plus rapidement ils pourront vous proposer des moyens de les prendre en charge.

Renseignements sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent assez régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Histoires

Dre Camilla Zimmermann La Dre Camilla Zimmermann a mis au point un modèle d’intervention hâtive en soins palliatifs.

Plus de details

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus