Logo Société canadienne du cancer

Leucémie myéloïde chronique

Vous êtes ici:

Facteurs de risque de la leucémie myéloïde chronique

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque, mais il arrive parfois que la leucémie myéloïde chronique (LMC) se développe chez des personnes qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

Le risque d’être atteint d’une LMC s'accroît avec l'âge. Elle apparaît habituellement chez les personnes âgées de plus de 65 ans. La LMC atteint plus d’hommes que de femmes.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Vous pouvez vous poser des questions sur le benzène. Des preuves importantes démontrent qu’il n’existe aucun lien entre le benzène et la LMC.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de LMC.

Fortes doses de radiation

Une exposition à de fortes doses de radiation est un facteur de risque de LMC. Ainsi, les survivants aux explosions de la bombe atomique au Japon lors de la Deuxième Guerre mondiale risquent davantage d’avoir une LMC. Les personnes exposées aux radiations causées par des accidents de réacteurs nucléaires risquent également plus d'être atteintes de LMC.

Exposition au formaldéhyde

Des études ont révélé qu’une exposition au formaldéhyde fait augmenter le risque de leucémies myéloïdes. Les travailleurs d’usine, les travailleurs de l’industrie chimique, les embaumeurs ainsi que d’autres personnes peuvent être exposées au formaldéhyde au travail. Les embaumeurs ont tendance à avoir une exposition de plus longue durée ainsi qu’une exposition globale plus élevée que les travailleurs industriels. Les personnes dont l’exposition au formaldéhyde est plus grande (selon le niveau ou la durée de l’exposition) risquent davantage d’être atteintes d’une LMC.

Facteurs de risque possibles

On a établi un lien entre les facteurs qui suivent et la LMC, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement de la LMC.

Radiothérapie antérieure

L’administration d’une radiothérapie pour traiter un cancer ou une autre affection médicale accroît le risque d'apparition d’une leucémie secondaire. C’est habituellement une leucémie aiguë myéloblastique (LAM). Mais la radiation pourrait aussi accroître le risque de LMC.

Surplus de poids ou obésité

Les personnes qui ont un surplus de poids ou qui sont obèses risquent davantage d’être atteintes de certains types de cancer. Des études ont démontré que les personnes qui ont un surplus de poids risquent davantage d’avoir la leucémie que les personnes dont le poids est normal.

Facteurs de risque inconnus

On n’arrive pas encore à déterminer si les facteurs suivants sont liés à la LMC. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. Il faut mener d’autres études afin de savoir si les éléments qui suivent sont des facteurs de risque de la LMC : 

  • fumer du tabac
  • être exposé à divers produits employés en milieu agricole
  • avoir déjà reçu une chimiothérapie

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Eleanor Rudd Nos efforts n’ont rien de comparable à ce que les femmes vivent lorsqu’on leur dit : “vous avez le cancer”.

Plus de détails

Information sur le cancer dans plus de cent langues

Illustration d’un point d’interrogation

Le Service d’information sur le cancer (SIC) de la Société canadienne du cancer est le seul service téléphonique national, bilingue et sans frais au Canada à offrir de l’information sur le cancer dans plus de cent langues.

Apprenez-en plus