Logo Société canadienne du cancer

Leucémie myéloïde chronique

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour la leucémie myéloïde chronique

Il est possible que les personnes atteintes d'une leucémie myéloïde chronique (LMC) se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la personne, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un individu et comment il réagira au traitement. Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble, et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Facteurs pronostiques et facteurs prédictifs de la LMC

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs de la LMC.

Âge

Les personnes âgées de 60 ans et plus ont un pronostic moins favorable.

Phase

Une LMC en phase accélérée ou blastique au moment du diagnostic présente un pronostic moins favorable.

Nombre de blastes

Le fait d’avoir un nombre élevé de cellules blastiques (blastes) dans le sang ou la moelle osseuse au moment du diagnostic est un facteur pronostique moins favorable.

Rate enflée

Si la rate est plus grosse que la normale lors du diagnostic, le facteur pronostique est moins favorable.

Nombre de plaquettes

Un nombre très bas ou très élevé de plaquettes au moment du diagnostic est un facteur pronostique moins favorable.

Nombre d'éosinophiles et de basophiles

Les éosinophiles et les basophiles sont des types de granulocytes (globules blancs) qui libèrent des substances chimiques afin de combattre certains types d’infection et qui agissent aussi pendant les réactions allergiques. Un nombre élevé d'éosinophiles et de basophiles dans le sang engendre un pronostic moins favorable.

Changements chromosomiques

Les changements, ou anomalies, chromosomiques constituent un facteur pronostique de la LMC.

Chromosome Philadelphie

L’anomalie chromosomique la plus courante chez les personnes atteintes de LMC est la présence du chromosome Philadelphie (Ph). Le chromosome Philadelphie est une translocation, ou remaniement, des chromosomes 9 et 22. Cette translocation crée le gène de fusion Bcr-Abl, qui mène au développement de la LMC.

Environ 95 % des adultes atteints de LMC ont le chromosome Philadelphie (Ph) dans leurs cellules leucémiques. Quand le chromosome Ph est présent, on dit que la LMC est Ph positive (Ph+). Quand le chromosome Ph n’est pas présent, on dit que la LMC est Ph négative (Ph-).

Les personnes atteintes de la LMC Ph+ ont un meilleur pronostic que celles atteintes de la LMC Ph-.

Autres changements chromosomiques

Lorsqu’il y a d’autres changements chromosomiques ou plusieurs changements chromosomiques, la LMC présente habituellement une phase chronique plus courte et un pronostic moins favorable.

Anémie

La présence d'une anémie (baisse du nombre de globules rouges) au moment du diagnostic est un facteur pronostique moins favorable.

Cellules leucémiques dans la moelle osseuse

Le pronostic est moins favorable lorsqu’il y a un nombre élevé de cellules leucémiques dans la moelle osseuse. La présence, lors du diagnostic, de régions osseuses endommagées en raison du développement des cellules leucémiques est aussi un facteur pronostique moins favorable.

Indice fonctionnel

L’indice fonctionnel indique dans quelle mesure vous pouvez réaliser vos tâches ordinaires et vos activités quotidiennes. Les personnes dont l'indice fonctionnel est bas au moment du diagnostic ont un pronostic moins favorable. Cela peut être dû au fait qu’elles ont d’autres problèmes de santé qui les rendent moins tolérantes au traitement.

Taux sanguin de lacticodéshydrogénase sérique

Un taux sanguin élevé de lacticodéshydrogénase (LDH) sérique est un facteur pronostique moins favorable. Un taux élevé de LDH peut indiquer que des tissus sont endommagés ou qu’il y a des cellules leucémiques, ou blastes, dans le sang.

Réaction au traitement

Les médecins mesurent l’efficacité du traitement en évaluant si la réponse cytogénétique est majeure, c’est-à-dire si 35 % ou moins des cellules leucémiques sont porteuses du chromosome Ph. Une réponse cytogénétique majeure est un facteur pronostic plus favorable.

Systèmes de cotation pronostique pour la LMC

Les médecins utilisent différents systèmes de cotation pronostique pour la LMC, dont le score de Sokal, le score de Hasford et le score européen. Ces systèmes prennent de nombreux facteurs pronostiques en considération pour établir une cote et aider les médecins à faire le pronostic.

Ces systèmes de cotation pronostique ont été élaborés avant que la LMC soit traitée à l’aide d’agents ciblés (inhibiteurs de la tyrosine kinase, ITK) comme l’imatinib (Gleevec), le dasatinib (Sprycel) et le nilotinib (Tasigna). Ces médicaments ont changé le traitement et amélioré la survie. Mais on ne sait pas encore comment ou si ces systèmes de cotation pronostique s'appliquent de nos jours, puisqu'on ne les a pas employés pour les personnes qui ont été traitées avec un traitement ciblé.

Des médecins ont créé un nouveau système de cotation depuis que l’imatinib est utilisé comme traitement de la LMC. Ce nouveau système (cotation EUTOS) a recours au pourcentage de basophiles dans le sang et au volume de la rate pour identifier les personnes qui sont moins susceptibles de réagir au traitement et de survivre.

Histoires

Dr Edward Chow Une nouvelle norme pour le soulagement de la douleur

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus