Leucémie chez
l’enfant

Vous êtes ici:

Traitements de la LAL chez l’enfant

Si votre enfant est atteint de leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), l’équipe de soins élaborera un plan de traitement juste pour lui. Il se basera sur la santé de votre enfant et des renseignements spécifiques sur la LAL. Quand l’équipe de soins décide quels traitements proposer pour une LAL infantile, elle prend en considération les éléments suivants :

  • sous-type de LAL
  • changements dans les chromosomes et les gènes des cellules leucémiques
  • réponse au traitement
  • présence de cellules leucémiques dans le cerveau et la moelle épinière (système nerveux central, ou SNC)
  • niveau de risque
  • âge de votre enfant
  • état de santé global de votre enfant

On peut proposer les traitements suivants pour une LAL chez l’enfant.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est le traitement principal de la leucémie infantile. On administre habituellement le traitement de la LAL en 3 ou 4 parties, ou phases, selon le plan de traitement établi (protocole). Toutes ces phases comprennent une chimiothérapie. Le traitement global de la LAL chez l’enfant dure généralement de 2 à 4 ans. On administre souvent la chimiothérapie par une aiguille insérée dans une veine (intraveineuse). Les enfants atteints d’une LAL à risque élevé ou très élevé reçoivent habituellement plus d’agents chimiothérapeutiques ainsi que de plus fortes doses que les enfants atteints d’une LAL à risque faible ou standard.

Le traitement d’induction est la première phase du traitement de la LAL infantile. On y a recours pour détruire toutes les cellules leucémiques présentes dans le sang et la moelle osseuse afin de parvenir à la rémission. Le traitement d’induction dure habituellement de 4 à 6 semaines. Il est possible que votre enfant doive rester à l’hôpital pendant une partie ou la totalité de la chimiothérapie d’induction. La plupart des enfants atteints d’une LAL parviennent à la rémission après un mois de traitement d’induction.

Les médicaments administrés lors de la chimiothérapie d’induction varient selon le niveau de risque. Les associations chimiothérapeutiques auxquelles on a le plus couramment recours pour traiter la LAL à risque standard ou faible comprennent celle-ci :

  • vincristine (Oncovin)
  • pegaspargase (Oncaspar), asparaginase (Kidrolase) ou asparaginase Erwinia (Erwinase)
  • dexaméthasone (Decadron, Dexasone) ou prednisone

Pour traiter une LAL à risque élevé, on y ajoute l’un des médicaments suivants :

  • doxorubicine (Adriamycin)
  • daunorubicine (Cerubidine, daunomycine)

Le traitement de consolidation est administré une fois que la LAL est en rémission. On y a recours pour détruire toute cellule leucémique qui pourrait rester dans le sang ou la moelle osseuse afin de prévenir la réapparition de la LAL. Le traitement de consolidation dure habituellement de 4 à 6 semaines. On administre des médicaments différents de ceux employés pour le traitement d’induction. Le type de chimiothérapie de consolidation et son intensité peuvent varier selon le niveau de risque. Le traitement de consolidation est aussi appelé traitement d’intensification.

Les médicaments les plus couramment administrés lors de la chimiothérapie de consolidation ou d’intensification sont entre autres ceux-ci :

  • cyclophosphamide (Procytox)
  • cytarabine à faible dose (Cytosar)
  • mercaptopurine (Purinethol)
  • pegaspargase, asparaginase ou asparaginase Erwinia
  • vincristine
  • méthotrexate
  • thioguanine (Lanvis)
  • dexaméthasone

On peut avoir recours à d’autres agents chimiothérapeutiques lors de cette phase de traitement de la LAL à risque élevé dont ceux-ci :

  • doxorubicine
  • daunorubicine
  • vincristine
  • étoposide (Vepesid, VP-16)
  • cyclophosphamide
  • cytarabine à forte dose
  • clofarabine (Clolar)
  • nélarabine (Atriance)

Le traitement d’entretien ou de continuation dure environ 1 an et demi pour les filles et 2 ans et demi pour les garçons. On y a recours pour maintenir la rémission, détruire toute cellule leucémique qui reste et prévenir la réapparition de la LAL. Les médicaments sont souvent administrés à plus faible dose que ceux qu’on emploie lors des phases d’induction et de consolidation. Au cours de cette dernière phase, on administre une chimiothérapie de faible intensité (doses moins fortes et moins fréquentes) sur une plus longue période pour maintenir la rémission. La phase d’entretien comporte habituellement la prise de médicaments par la bouche (voie orale) chaque jour à la maison. On peut aussi administrer une chimiothérapie intraveineuse et intrathécale à certains moments (intermittente) au cours de cette phase.

Les agents chimiothérapeutiques administrés lors de la phase d’entretien sont entre autres ceux-ci :

  • mercaptopurine orale au quotidien
  • méthotrexate oral une fois par semaine

On y ajoute souvent des doses, ou pulses, intermittentes d’autres agents chimiothérapeutiques tels que ceux-ci :

  • vincristine
  • dexaméthasone

Selon le protocole, votre enfant peut recevoir un traitement d’induction, de consolidation, d’entretien provisoire, d’intensification différée puis d’entretien. Le traitement d’entretien provisoire ressemble au cycle d’entretien standard. Il permet à la moelle osseuse de se rétablir tout en maintenant la rémission. Le traitement d’intensification différée est une phase de réinduction lors de laquelle on administre une chimiothérapie plus intense avant la chimiothérapie d’entretien.

Certains sous-types de LAL chez l’enfant sont traités différemment.

Les enfants atteints d’une LAL à cellules T reçoivent plus d’agents chimiothérapeutiques ainsi que de plus fortes doses.

Les enfants atteints d’une LAL à cellules B matures reçoivent plus d’agents chimiothérapeutiques ainsi que de plus fortes doses, habituellement pendant 6 à 8 mois. Le traitement dure moins longtemps que la chimiothérapie standard administrée pour d’autres sous-types de LAL.

Les enfants atteints du syndrome de Down et d’une LAL peuvent recevoir moins de médicaments et une chimiothérapie à plus faible dose.

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie de la leucémie chez l’enfant.

Le traitement du système nerveux central (SNC) est administré pour détruire toute cellule leucémique présente dans le SNC et prévenir la propagation des cellules cancéreuses au SNC. On peut le faire par chimiothérapie intrathécale, c’est-à-dire l’administration de médicaments directement dans le liquide céphalorachidien (LCR) qui entoure la moelle épinière.

On commence habituellement à administrer le traitement du SNC au début de la phase d’induction. On peut l’administrer 2 fois ou plus au cours du premier mois de traitement. On le fait habituellement plus souvent lors de la chimiothérapie de consolidation puis on poursuit le traitement au cours de la phase d’entretien.

L’agent chimiothérapeutique auquel on a le plus souvent recours pour traiter le SNC quand la LAL est à faible risque ou à risque standard est le méthotrexate intrathécal. Quand la LAL est à risque élevé, on peut administrer du méthotrexate, de la cytarabine et de l’hydrocortisone.

Traitement ciblé

On administre parfois un traitement ciblé pour certains sous-types de LAL, comme la LAL porteuse du chromosome Philadelphie, ou Ph positive (Ph+).

Les médicaments ciblés employés pour traiter la LAL sont entre autres ceux-ci :

  • blinatumomab (Blincyto)
  • bortézomib (Velcade)
  • imatinib (Gleevec)

Apprenez-en davantage sur le traitement ciblé de la leucémie chez l’enfant.

Greffe de cellules souches

On fait parfois une greffe de cellules souches pour traiter la LAL chez l’enfant. On peut y avoir recours pour :

  • une LAL qui ne répond pas bien au traitement;
  • une LAL en rémission dont le risque de récidive est élevé;
  • les enfants atteints d’une LAL porteuse du chromosome Philadelphie qui ne répond pas au traitement ciblé;
  • des formes plus rares de LAL (après une première rémission obtenue à la suite d’une chimiothérapie d’induction);
  • une LAL à cellules T qui ne répond pas bien à la chimiothérapie.

On traite la LAL infantile par allogreffe de cellules souches.

Apprenez-en davantage sur la greffe de cellules souches pour la leucémie chez l’enfant.

Radiothérapie

On peut administrer une radiothérapie aux testicules quand la LAL s’y est propagée et quand la réponse à la chimiothérapie systémique n’est pas complète.

On administre parfois une radiothérapie à la tête (irradiation cérébrale) dans le cadre du traitement du SNC pour certains types de LAL qui se sont propagés au SNC, comme la LAL pré-B et la LAL à cellules T à risque élevé. On évite de le faire si c’est possible puisqu’une radiothérapie à la tête risque d’affecter la croissance et le développement des jeunes enfants. On pourrait l’administrer aux enfants dont la leucémie s’est propagée au cerveau et qui ne répond pas à d’autres traitements.

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie pour une leucémie chez l’enfant.

Traitement de soutien

Certains enfants sont très malades quand ils reçoivent le diagnostic de LAL. D’autres tombent malades pendant le traitement. La LAL ou son traitement peut réduire le nombre de cellules sanguines et causer des problèmes graves, comme des infections, des saignements et même une insuffisance cardiaque. On pourrait alors administrer un traitement de soutien, comme des antibiotiques, des antifongiques, des produits sanguins, des facteurs de croissance ou d’autres médicaments pour traiter ou prévenir certains de ces problèmes.

Apprenez-en davantage sur le traitement de soutien pour la leucémie chez l’enfant.

Suivi

Le suivi après le traitement est une composante importante des soins apportés aux enfants atteints de cancer. Votre enfant devra avoir régulièrement des visites de suivi, en particulier au cours des premières années qui suivent le traitement. Ces visites permettent à l’équipe de soins de surveiller ses progrès et de savoir comment il se rétablit du traitement.

Apprenez-en davantage sur le suivi après le traitement de la leucémie chez l’enfant.

Essais cliniques

On peut traiter les enfants atteints de cancer en essai clinique. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Questions à poser sur le traitement

Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur le traitement à l’équipe de soins.

rémission

Diminution ou disparition des signes et symptômes d’une maladie (comme le cancer).

La rémission complète est la disparition de tous les signes et symptômes. La rémission partielle est une diminution ou la disparition de certains, mais non de la totalité, des signes et symptômes. La rémission spontanée est une amélioration inattendue de l’état du patient lorsque ce dernier reçoit peu de traitements ou lorsqu'il ne reçoit aucun traitement.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Guy Sauvageau Progrès au chapitre de certaines leucémies

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus