Leucémie aiguë myéloblastique

Vous êtes ici:

Traitement de consolidation de la leucémie aiguë myéloblastique

Le traitement de consolidation est aussi appelé traitement post-rémission. Le but du traitement de consolidation de la leucémie aiguë myéloblastique (LAM) est d’empêcher les cellules leucémiques de réapparaître. On y a recours pour maintenir une rémission complète et prévenir la récidive.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est le principal traitement de consolidation de la LAM. On administre la chimiothérapie peu après qu'on soit parvenu à la rémission (de 2 à 3 semaines après que le nombre de cellules sanguines soit redevenu normal).

Le traitement consiste à répéter les cycles de chimiothérapie administrés pour parvenir à la rémission, soit avec les mêmes médicaments ou des médicaments semblables, et à doses similaires ou plus élevées.

Les protocoles de consolidation les plus couramment administrés pour la LAM comprennent seulement de la cytarabine (Cytosar, Ara-C) ou également un antibiotique antitumoral comme l’un de ceux-ci :

  • daunorubicine (Cerubidine)
  • idarubicine (Idamycin)
  • mitoxantrone (Novantrone)
  • thioguanine (Lanvis, 6-TG)

On peut avoir recours à d’autres protocoles :

  • cytarabine à forte dose (HDAC) administrée seule
  • azacitidine (Vidaza) pour les aînés

Traitement ciblé

Le traitement ciblé a recours à des médicaments ou à d’autres substances pour cibler des molécules spécifiques (habituellement des protéines) qui participent à la croissance des cellules tout en limitant les dommages aux cellules normales.

Il est possible qu’on ajoute un médicament ciblé appelé inhibiteur de la tyrosine kinase au protocole de chimiothérapie d’induction si les cellules leucémiques présentent une certaine mutation génétique appelée FLT3. Ce médicament porte le nom de midostaurin (Rydapt).

Traitement du système nerveux central

Le système nerveux central (SNC) est fait de l’encéphale et de la moelle épinière. Si la leucémie s’est propagée au SNC, le traitement peut comporter une chimiothérapie administrée directement  dans le liquide céphalorachidien (chimiothérapie intrathécale). Le médicament employé pour la chimiothérapie intrathécale est le méthotrexate ou la cytarabine. On l’administre par le biais d’une ponction lombaire ou d’un réservoir d’Ommaya.

On administre parfois une radiothérapie à l’encéphale et à la moelle épinière avec la chimiothérapie intrathécale.

Greffe de cellules souches

On peut vous proposer une greffe de cellules souches comme traitement de consolidation de la LAM. Le type de greffe qu'on privilégie est l'allogreffe s’il y a un donneur compatible. Si ce n’est pas le cas, l’autogreffe pourrait être une option pour certaines personnes.

Radiothérapie

On peut administrer une radiothérapie dans le cadre du traitement préparatoire à la greffe de cellules souches. On peut aussi y avoir recours pour traiter une LAM qui s’est propagée au système nerveux central (SNC).

Traitement de soutien

Le traitement de soutien est important lors de chaque phase du traitement de la LAM. On y a recours pour contrôler les complications qui surviennent habituellement à cause des traitements de la LAM et de la maladie même.

Les traitements de soutien administrés lors de la phase de consolidation peuvent comprendre :

  • des antibiotiques et des antifongiques pour traiter les infections;
  • des facteurs de croissance pour aider la moelle osseuse à se rétablir de la chimiothérapie (la chimiothérapie risque d’affecter la moelle osseuse en l’empêchant de produire suffisamment de cellules sanguines saines, ce qui peut accroître le risque d’infection);
  • des transfusions de globules rouges, de plaquettes, de plasma frais congelé et de cryoprécipité (produit qui remplace les facteurs de coagulation) au besoin.

Essais cliniques

On peut vous demander si vous voulez participer à un essai clinique sur la LAM. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

ponction lombaire

Intervention lors de laquelle on insère une aiguille dans la partie inférieure (région lombaire) de la colonne vertébrale.

Les médecins peuvent avoir recours à la ponction lombaire pour administrer des médicaments, pour prélever un échantillon de liquide céphalorachidien (LCR) qui sera examiné au microscope ou pour réduire la pression du liquide céphalorachidien dans l’espace qui entoure la moelle épinière.

La ponction lombaire est aussi appelée rachicentèse.

réservoir d’Ommaya

Dispositif inséré par voie chirurgicale sous le cuir chevelu en vue d’administrer des agents chimiothérapeutiques directement dans le liquide céphalorachidien (LCR) entourant le cerveau et la moelle épinière.

facteur de croissance

Substance qui régule la croissance, la division et la survie des cellules.

Les facteurs de croissance sont présents naturellement dans le corps. Ils peuvent aussi être fabriqués en laboratoire.

Les facteurs de croissance sont utilisés en thérapie biologique.

Histoires

Nikki Ross Agir comme bénévole durant le Mois de la jonquille est une façon amusante d’afficher son soutien envers les personnes atteintes de cancer et les survivants.

Lisez l’histoire de Nikki

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus