Logo Société canadienne du cancer

Leucémie aiguë myéloblastique

Vous êtes ici:

Chimiothérapie de la leucémie aiguë myéloblastique

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux, ou cytotoxiques, pour détruire les cellules cancéreuses. La chimiothérapie est le traitement principal de la leucémie aiguë myéloblastique (LAM). Votre équipe de soins prendra en considération vos propres besoins pour choisir les agents chimiothérapeutiques, les doses et les modes d’administration. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

On administre une chimiothérapie pour différentes raisons. Vous pouvez recevoir une chimiothérapie pour :

  • détruire les cellules leucémiques, parvenir à une rémission et ramener la production de cellules sanguines à la normale;
  • détruire les cellules leucémiques présentes dans l’encéphale et la moelle épinière, soit le système nerveux central (SNC);
  • vous préparer à une greffe de cellules souches.

La chimiothérapie est habituellement un traitement systémique. Cela signifie que les médicaments circulent dans le sang pour atteindre et détruire les cellules cancéreuses dans tout le corps, dont celles qui auraient pu se propager à d’autres parties du corps par le sang. La chimiothérapie peut aussi être un traitement régional, c'est-à-dire qu'on l'administre à une région spécifique du corps. La chimiothérapie intrathécale est administrée directement dans les espaces qui contiennent le liquide céphalorachidien (LCR) par le biais d’une ponction lombaireponction lombaireIntervention lors de laquelle on insère une aiguille dans la partie inférieure (région lombaire) de la colonne vertébrale. (rachicentèse) ou d’un réservoir d’Ommayaréservoir d’OmmayaDispositif inséré par voie chirurgicale sous le cuir chevelu en vue d’administrer des agents chimiothérapeutiques directement dans le liquide céphalorachidien (LCR) entourant le cerveau et la moelle épinière..

Préparation à la chimiothérapie

La préparation avant la chimiothérapie peut comporter les interventions chirurgicales suivantes.

Il est possible que le chirurgien mette en place un cathéter veineux central dans une veine du haut du thorax, faisant en sorte que vous n’aurez pas besoin d’autant d’injections.

Si on vous administre une chimiothérapie intrathécale, le chirurgien pourrait mettre en place un réservoir d’Ommaya sous votre cuir chevelu. Le réservoir d’Ommaya est un petit dispositif en forme de dôme auquel est fixé un tube (cathéter) court. On administre l’agent chimiothérapeutique en insérant une petite aiguille dans le réservoir d’Ommaya à travers le cuir chevelu. Le médicament va directement dans les espaces contenant le liquide céphalorachidien.

Agents chimiothérapeutiques administrés pour la LAM

La chimiothérapie administrée pour la LAM comporte habituellement une association de 2 ou 3 médicaments.

L’association chimiothérapeutique à laquelle on a le plus souvent recours est à base de cytarabine (Cytosar, Ara-C) et d’un antibiotique antitumoral. L’approche habituelle est appelée protocole 7 et 3, c’est-à-dire qu’on administre la cytarabine en continu pendant 7 jours, puis l’antibiotique antitumoral chaque jour pendant 3 jours. Les antibiotiques antitumoraux couramment employés pour le protocole 7 et 3 sont ceux-ci :

  • daunorubicine (Cerubidine, daunomycine)
  • doxorubicine (Adriamycin)
  • idarubicine (Idamycin)
  • mitoxantrone (Novantrone)

On peut avoir recours à d’autres médicaments pour traiter la LAM :

  • thioguanine (Lanvis, 6-TG)
  • fludarabine (Fludara)
  • cladribine (Leustatin)
  • étoposide (Vepesid, VP-16)
  • cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox)
  • topotécan (Hycamtin)
  • méthotrexate
  • azacitidine (Vidaza)

Si la LAM ne répond pas aux médicaments administrés précédemment ou si elle récidive, on peut avoir recours aux médicaments suivants :

  • de nouveau, protocole 7 et 3 à base de cytarabine et d’un antibiotique antitumoral
  • cytarabine à forte dose (HDAC) administrée seule ou associée à un antibiotique antitumoral
  • MEC – étoposide, cytarabine et mitoxantrone
  • étoposide à forte dose et cyclophosphamide
  • GLAG-M – cladribine, cytarabine, mitoxantrone et facteur de stimulation des colonies de granulocytes (G-CSF)
  • fludarabine, cytarabine et G-CSF

Agents chimiothérapeutiques administrés pour la leucémie promyélocytaire aiguë (LPA)

On associe la trétinoïne (acide tout-trans rétinoïque, ATRA, Vesanoid) à d’autres médicaments pour traiter la LPA qui sont entre autres ceux-ci :

  • daunorubicine
  • idarubicine
  • cytarabine
  • mercaptopurine (Purinethol, 6-MP)
  • méthotrexate
  • trioxyde de diarsenic

Traitement du système nerveux central

Si la leucémie s’est propagée à l’encéphale et à la moelle épinière, soit le système nerveux central (SNC), on peut administrer une chimiothérapie directement  dans le liquide céphalorachidien (chimiothérapie intrathécale). Le médicament employé pour la chimiothérapie intrathécale est le méthotrexate ou la cytarabine. On l’administre par le biais d’une ponction lombaire ou d’un réservoir d’Ommaya.

Effets secondaires

Peu importe le traitement de la LAM, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

La chimiothérapie peut causer des effets secondaires puisqu’elle risque d’endommager les cellules saines tout en détruisant les cellules cancéreuses. Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la chimiothérapie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chimiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent surtout  du type de médicament ou d’association médicamenteuse, de la dose, du mode d’administration et de votre état de santé global. Voici certains effets secondaires courants des agents chimiothérapeutiques employés pour traiter la LAM :

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chimiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Informations sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent assez régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur la chimiothérapie

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie et les effets secondaires de la chimiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chimiothérapie à l’équipe de soins.

Histoires

Désormais, je sais que même après ma mort, je continuerai d’aider des femmes et des hommes atteints de cancer. C’est une trace que je veux laisser dans le monde.

Plus de details

Faire face au fardeau financier du cancer

Illustration de pièces de monnaie

La Société canadienne du cancer fournit de précieux renseignements sur les programmes gouvernementaux en matière de revenu, l’aide financière et les autres ressources à la disposition des familles qui essaient de boucler leur budget en cette période difficile.

Apprenez-en plus