Leucémie aiguë lymphoblastique

Vous êtes ici:

Traitement de la leucémie aiguë lymphoblastique récidivante ou réfractaire

Une leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) récidivante est une leucémie qui est réapparue après avoir été traitée et avoir atteint la rémission. Le traitement de la LAL récidivante est habituellement administré pendant 2 à 3 ans.

Une leucémie réfractaire est une leucémie qui n’a pas répondu au traitement. La rémission complète n’a pas été atteinte parce que les agents chimiothérapeutiques n’ont pas détruit suffisamment de cellules leucémiques, ou blastes.

La LAL récidivante et la LAL réfractaire nécessitent d’autres traitements pour atteindre la rémission. En présence d’une LAL récidivante ou réfractaire, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est le traitement principal de la LAL récidivante ou réfractaire. Quand on l’administre pour une LAL récidivante ou réfractaire, on l’appelle chimiothérapie de réinduction.

Quand la LAL récidive après une longue rémission, elle pourrait répondre aux médicaments administrés lors du traitement initial. Si la LAL récidive après une courte rémission, les médecins auront recours à d’autres médicaments.

La LAL réfractaire peut être traitée avec des médicaments différents ou des doses plus intensives de médicaments qui ont déjà été administrés.

Les médicaments suivants peuvent être associés comme traitement de la LAL récidivante ou réfractaire :

  • vincristine (Oncovin)
  • daunorubicine (Cerubidine, daunomycine) ou doxorubicine (Adriamycin)
  • cytarabine (Cytosar, Ara-C)
  • asparaginase (Kidrolase)
  • étoposide (Vepesid, VP-16)
  • téniposide (Vumon, VM-26)
  • mercaptopurine (Purinethol, 6-MP)
  • méthotrexate
  • cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox)
  • stéroïdes comme la prednisone ou la dexaméthasone (Decadron, Dexasone)

Traitement ciblé

Lors du traitement ciblé, on a recours à des médicaments ou à d’autres substances pour cibler des molécules spécifiques, habituellement des protéines, qui participent à la croissance des cellules cancéreuses tout en limitant les dommages aux cellules normales.

Les personnes dont les cellules leucémiques sont porteuses du chromosome Philadelphie (LAL Ph+) reçoivent souvent de l’imatinib (Gleevec). Comme la LAL Ph+ peut devenir résistante à l’imatinib, on donne alors à ces personnes un autre médicament ciblé.

On peut administrer du blinatumomab (Blincyto) quand la LAL à précurseurs B est Ph+ et quand les cellules leucémiques ne présentent pas le chromosome Philadelphie (LAL Ph-).

On peut administrer de l’inotuzumab ozogamicin (Besponsa) aux personnes atteintes d’une LAL à précurseurs B CD22 positive qui récidive ou qui est réfractaire.

Radiothérapie

On peut administrer une radiothérapie externe à faible dose pour aider à soulager les symptômes causés par la propagation de la LAL aux os ou à l’encéphale et à la moelle épinière, soit le système nerveux central (SNC).

Prophylaxie ou traitement du système nerveux central

Le système nerveux central (SNC) est fait de l’encéphale et de la moelle épinière. Le traitement administré pour prévenir la propagation des cellules leucémiques au SNC est appelé prophylaxie du SNC. On y a également recours si la LAL s’est déjà propagée au SNC.

La prophylaxie ou le traitement du SNC peut comprendre l'une ou plusieurs des méthodes suivantes :

  • chimiothérapie administrée directement dans le liquide céphalorachidien (chimiothérapie intrathécale) à base de méthotrexate, de cytarabine ou d'un stéroïde comme la prednisone
  • méthotrexate à forte dose administré par intraveineuse
  • radiothérapie à l’encéphale

Greffe de cellules souches

On recommande habituellement l’allogreffe de cellules souches si la LAL réapparaît après qu’on soit parvenu à une deuxième rémission. On propose parfois une greffe de cellules souches si on a seulement atteint la rémission partielle.

Immunothérapie

L’immunothérapie aide à renforcer ou à rétablir la capacité du système immunitaire à combattre le cancer. La thérapie par lymphocytes T à CAR est un type d’immunothérapie lors duquel on prélève des millions de lymphocytes T chez une personne atteinte de cancer. En laboratoire, on les modifie de façon à ce qu’ils soient dotés de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) à leur surface. Ces récepteurs reconnaissent un antigène (protéine) spécifique exprimé à la surface des cellules leucémiques. On réinjecte les lymphocytes T à la personne afin qu’ils se multiplient puis attaquent et détruisent les cellules cancéreuses.

Le tisagenlecleucel (Kymriah) est une thérapie par lymphocytes T à CAR approuvée comme traitement des jeunes adultes (jusqu’à 25 ans) atteints d’une LAL à cellules B qui n’a pas réagi à d’autres traitements ou qui est réapparue après une greffe de cellules souches ou d’autres traitements. On peut aussi l’administrer à de jeunes adultes atteints d’une LAL à cellules B qui sont incapables de recevoir une greffe de cellules souches.

Traitement de soutien

Le traitement de soutien est important lors de chaque phase du traitement de la LAL. On y a recours pour contrôler les complications qui surviennent habituellement à cause des traitements de la LAL et de la maladie même.

Les traitements de soutien administrés pour une LAL récidivante ou réfractaire peuvent comprendre :

  • des antibiotiques, antiviraux ou antifongiques pour prévenir ou combattre les infections;
  • des facteurs de croissance pour aider la moelle osseuse à se rétablir de la chimiothérapie (la chimiothérapie risque d’affecter la moelle osseuse en l’empêchant de produire suffisamment de cellules sanguines saines, ce qui peut accroître le risque d’infection);
  • des transfusions de globules rouges, de plaquettes, de plasma frais congelé et de cryoprécipité (produit qui remplace les facteurs de coagulation) au besoin;
  • des médicaments pour réduire les taux élevés de certaines substances chimiques dans le sang qui augmentent quand de nombreuses cellules cancéreuses meurent au début du traitement (syndrome de lyse tumorale);
  •  la leucaphérèse pour enlever beaucoup de globules blancs du sang.

Essais cliniques

On peut vous demander si vous voulez participer à un essai clinique sur la LAL. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

leucaphérèse

Technique qui consiste à séparer et à extraire, à l’aide d’une machine spéciale appelée appareil d’aphérèse, des globules blancs spécifiques dans un prélèvement sanguin. Le sang restant est ensuite redonné à la personne.

La leucaphérèse permet de réduire un nombre très élevé de globules blancs chez une personne atteinte de cancer (leucémie) ou d’extraire d’un prélèvement les globules blancs destinés à une transfusion.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Rose-Marie LeBlanc Si je peux aider ne serait-ce qu’une personne au cours de ma vie, ça en vaut la peine.

Lisez l’histoire de Rose-Marie

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus