Logo Société canadienne du cancer

Leucémie aiguë lymphoblastique

Vous êtes ici:

Facteurs de risque de la leucémie aiguë lymphoblastique

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque, mais il arrive parfois que la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) apparaisse chez des personnes qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

La LAL se manifeste chez un plus grand nombre d'hommes que de femmes.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de LAL.

Syndromes génétiques

Un syndrome génétique est un ensemble de symptômes causés par un changement, ou mutation, dans un ou plusieurs gènes. Ils sont transmis des parents aux enfants. Être atteint de certains syndromes génétiques peut accroître le risque d’apparition d’une LAL, en particulier la LAL infantile. Les syndromes génétiques qui suivent font augmenter le risque de LAL. D’autres syndromes génétiques peuvent aussi accroître le risque de LAL.

Le syndrome de Down est causé par la présence d'une copie supplémentaire (troisième copie) du chromosome 21. Il est caractérisé par diverses anomalies congénitales, une déficience intellectuelle, un aspect facial caractéristique et un faible tonus musculaire chez le nourrisson. Les personnes atteintes du syndrome de Down risquent davantage d’avoir plusieurs troubles médicaux, dont la leucémie infantile.

Le syndrome de Bloom est causé par un grand nombre de chromosomes anormaux. Les personnes atteintes du syndrome de Bloom sont habituellement plus petites que la moyenne, elles ont une voix aiguë et un aspect facial caractéristique. Leur risque d’être atteintes de différents types de cancer, dont la LAL, est plus élevé.

L'anémie de Fanconi affecte surtout la moelle osseuse en l’empêchant de produire suffisamment de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes sains. Les personnes atteintes de l'anémie de Fanconi risquent davantage d’avoir la leucémie.

L'ataxie-télangiectasie (AT) est un trouble rare qui affecte le système nerveux, le système immunitaire et d'autres systèmes et appareils du corps. Les personnes atteintes d’AT ont de la difficulté à marcher et à garder leur équilibre et ont des troubles de la coordination. Leur système immunitaire est souvent affaibli et leur risque d’avoir le cancer est plus élevé, en particulier pour le lymphome et la leucémie.

Le syndrome de Li-Fraumeni est un trouble rare qui accroît grandement le risque d’être atteint de plusieurs types de cancer, dont le cancer du sein, l'ostéosarcome, le sarcome des tissus mous, le cancer du cerveau et la leucémie.

La neurofibromatose de type 1 (maladie devon Recklinghausen) est caractérisée par l’apparition de tumeurs dans le tissu nerveux. Ces tumeurs se forment dans la peau, juste sous la peau ainsi que dans les nerfs du crâne et de la moelle épinière. Les personnes atteintes de neurofibromatose de type 1 risquent davantage d’avoir certains cancers, dont la leucémie.

Le syndrome de Klinefelter est causé par la présence d'une copie supplémentaire du chromosome X chez l'homme. Il affecte son développement sexuel. Le syndrome de Klinefelter fait aussi augmenter le risque de leucémie.

Fortes doses de radiation

Une exposition à de fortes doses de radiation est un facteur de risque de LAL. Ainsi, les survivants aux explosions de la bombe atomique au Japon lors de la Deuxième Guerre mondiale risquent davantage d’avoir une LAL. Les personnes exposées aux radiations causées par des accidents de réacteurs nucléaires risquent également plus d'être atteintes de LAL. Cependant, la plupart des leucémies qui apparaissent à la suite d'une exposition à la radiation sont des leucémies aiguës myéloblastiques (LAM) plutôt que des LAL.

HTLV-1

Une infection au virus T-lymphotrope humain de type 1 (HTLV-1) augmente le risque d’apparition d’une forme rare de LAL à cellules T. Le HTLV-1 est plutôt rare au Canada. Il se manifeste le plus souvent au Japon et dans les Caraïbes.

Facteurs de risque possibles

On a établi un certain lien entre les facteurs qui suivent et la LAL, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement de la LAL.

Radiothérapie antérieure

L’administration d’une radiothérapie pour traiter un cancer ou une autre affection médicale accroît le risque d'apparition d’une leucémie secondaire. C’est habituellement une leucémie aiguë myéloblastique (LAM). Mais d'après certaines études, la radiation pourrait aussi accroître légèrement le risque de LAL.

Chimiothérapie antérieure

Certaines formes de chimiothérapie administrées aux enfants ou aux adultes atteints de cancer peuvent accroître le risque de leucémie secondaire. C’est habituellement une LAM. Mais d’après des études, le risque de LAL pourrait augmenter légèrement.

Exposition au benzène

L’exposition au benzène accroît le risque de leucémie. C’est habituellement une LAM. Mais certaines études ont démontré un lien avec la LAL.

Surplus de poids ou obésité

Les personnes qui ont un surplus de poids ou qui sont obèses risquent davantage d’être atteintes de certains types de cancer. Des études ont démontré que les personnes qui ont un surplus de poids ou qui sont obèses risquent davantage d’avoir la leucémie que les personnes dont le poids est normal.

Facteurs de risque inconnus

On n’arrive pas encore à déterminer si les facteurs suivants sont liés à la LAL. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. Il faut mener d’autres études afin de savoir si les éléments qui suivent sont des facteurs de risque de la LAL : 

  • exposition professionnelle à de faibles doses de radiation
  • exposition à des champs électromagnétiques

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Dr Marc Therrien Le Dr Marc Therrien s’emploie à bloquer une protéine impliquée dans le développement du cancer.

Plus de details

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus