Cancer du rein

Vous êtes ici:

Tumeurs cancéreuses du rein

La tumeur cancéreuse du rein peut se propager (métastases) à d’autres parties du corps. La tumeur cancéreuse est aussi appelée tumeur maligne. Différents types de tumeurs cancéreuses peuvent apparaître dans différentes parties du rein.

Carcinome à cellules rénales

Le carcinome à cellules rénales (CCR) est le type le plus courant de cancer du rein. Il prend naissance dans le revêtement des tubules du rein et on l'observe le plus souvent dans le cortex (tissu du corps du rein).

Types de CCR

Il existe plusieurs types de CCR, dont ceux qui suivent.

Le carcinome à cellules claires, ou conventionnel, est le type le plus courant de CCR. La plupart des tumeurs au rein sont des carcinomes à cellules claires. Les cellules cancéreuses présentes dans ces tumeurs sont rondes et remplies d’un liquide cellulaire clair appelé cytoplasme.

Le carcinome papillaire est le deuxième type le plus courant de CCR. Les cellules cancéreuses présentes dans cette tumeur ont la forme de petits doigts. Le carcinome papillaire du rein se divise en 2 types. Le type 1 est une tumeur de bas grade qui ne se propage pas très rapidement. Le type 2 est une tumeur de haut grade qui peut se propager rapidement.

Le carcinome papillaire à cellules claires est une petite tumeur rare. Il possède des caractéristiques du carcinome papillaire et du carcinome à cellules claires, alors il peut contenir un peu de liquide et quelques parties solides. Habituellement, une seule tumeur apparaît dans un rein. On observe généralement ce type de tumeur chez les personnes atteintes d’une maladie rénale chronique.

Le carcinome kystique multioculaire est habituellement diagnostiqué autour de l’âge de 50 ans. Cette tumeur est composée de nombreux kystes différents présents dans ses parois minces. Ces kystes sont recouverts d’une capsule qui sépare la tumeur du tissu rénal normal voisin.

Le carcinome chromophobe est composé de grosses cellules cancéreuses brun pâle qui ressemblent souvent aux couches de briques d’un mur. On le diagnostique habituellement chez des gens âgés entre 50 et 60 ans. Le carcinome chromophobe engendre un meilleur pronostic que d’autres types de cancer du rein.

Le carcinome des tubes collecteurs est une forme très rare et agressive de CCR. Il prend naissance dans les tubes situés aux extrémités des tubules de la zone médullaire (tissus internes du rein). On l’observe habituellement chez les jeunes adultes.

Les CCR inclassables sont des tumeurs qui n’entrent dans aucune catégorie de CCR. Les cellules cancéreuses semblent différentes de celles de tout autre type de CCR.

Caractéristiques du CCR

Certains CCR ont des caractéristiques distinctes (composantes histologiques) qu’on peut observer dans les cellules examinées au microscope.

On observe une composante sarcomatoïde quand les cellules cancéreuses sont longues et fusiformes. Le CCR à composante sarcomatoïde prend habituellement naissance dans un carcinome à cellules claires, mais il arrive parfois qu’il apparaisse dans un carcinome papillaire à cellules claires ou un carcinome chromophobe. C’est souvent une tumeur agressive de haut grade.

On observe une composante rhabdoïde quand les cellules cancéreuses ont la forme de bâtonnets. Leur partie centrale, ou noyau, est large et contient des poches de liquide. Le CCR à composante rhabdoïde prend habituellement naissance dans un carcinome à cellules claires. C’est une tumeur agressive dont le pronostic est sombre.

Tumeurs rares du rein

Les tumeurs cancéreuses du rein qui suivent sont rares.

Le cancer du bassinet du rein prend naissance dans les cellules qui tapissent le bassinet du rein. On observe aussi ces cellules le long du reste des voies urinaires, dont les uretères et la vessie. Le type de cancer qui apparaît dans ces cellules est appelé carcinome urothélial, ou transitionnel. On le traite comme un type de cancer de la vessie. Apprenez-en davantage sur le cancer du bassinet du rein.

Le sarcome rénal prend naissance dans les tissus conjonctifs ou les vaisseaux sanguins du rein. Il existe différents types de sarcome rénal dont le léiomyosarcome, l’angiosarcome et le rhabdomyosarcome. On les traite comme des sarcomes des tissus mous.

Le carcinome médullaire du rein prend naissance dans la zone médullaire du rein. C’est une tumeur très agressive. On le détecte le plus souvent chez les jeunes d’origine africaine porteurs du trait drépanocytaire. Les personnes qui ont ce trouble génétique ont une copie du gène qui peut causer la drépanocytose, mais elles ne sont pas atteintes de la maladie.

Le lymphome rénal primitif est une tumeur très rare dont le pronostic est sombre. Le type le plus courant est le lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB).

Les tumeurs neuroendocrines primitives du rein sont très rares. Les types les plus courants sont le carcinome à petites cellules et le carcinome neuroendocrinien à grandes cellules. Apprenez-en davantage sur les types de tumeurs neuroendocrines.

La tumeur de Wilms est un type de cancer du rein qu’on diagnostique habituellement chez l’enfant. Elle affecte très rarement l’adulte. Apprenez-en davantage sur la tumeur de Wilms.

bas grade

Expression qui désigne tout ce qui est relatif aux cellules cancéreuses qui ressemblent à des cellules normales et se comportent presque de la même façon (différenciées) et aux tumeurs qui ont tendance à se développer et à se propager lentement.

drépanocytose

Maladie génétique rare qui affecte l’hémoglobine (protéine des globules rouges qui transporte l’oxygène et donne la couleur rouge au sang) et fait en sorte que les globules rouges ont la forme anormale d'un croissant (aspect de faucille). Les globules rouges anormaux peuvent être endommagés facilement et mourir précocement, ce qui peut causer une anémie (diminution du nombre de globules rouges). Ils peuvent aussi obstruer les petits vaisseaux sanguins et endommager des tissus et des organes.

Cette maladie est aussi appelée anémie drépanocytaire.

Histoires

Dr Robert Day Une nouvelle stratégie thérapeutique pour le cancer de la prostate

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus