Logo Société canadienne du cancer

Lymphome
hodgkinien

Vous êtes ici:

Radiothérapie pour le lymphome hodgkinien

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. Dans le cas du lymphome hodgkinien (LH), la radiothérapie peut être administrée :

  • comme traitement principal associé à une chimiothérapie afin de détruire les cellules cancéreuses et ainsi réduire le risque de réapparition du cancer
  • pour réduire la taille d’une tumeur volumineuse avant une chimiothérapie
  • seule, dans certaines situations
    • LH précoce favorable si la personne ne peut pas tolérer la chimiothérapie à cause d’autres problèmes de santé
    • le LH affecte une petite région localisée et les ganglions lymphatiques sont très petits
    • le LH nodulaire à prédominance lymphocytaire est précoce et n’engendre pas de symptômes B
  • pour maîtriser les symptômes d’un LH de stade avancé (radiothérapie palliative)

La dose de radiations émise lors du traitement ainsi que la façon de l'administrer et les horaires suivis varient d’une personne à l’autre. La dose et l’horaire sont déterminés par les facteurs suivants :

  • étendue de la maladie
  • radiothérapie associée à une chimiothérapie
  • traitement à visée curative ou palliative

Radiothérapie externe

On traite souvent le LH par radiothérapie externe. Un appareil émet la radiation vers la tumeur et une partie du tissu qui l'entoure.

Champ de rayonnement

On administre une radiothérapie à différentes régions du corps quand on traite un LH. Le champ de rayonnement est la partie du corps qui reçoit la radiation. Les champs de rayonnement suivants permettent de traiter un LH :

  • champ atteint – seulement les régions ganglionnaires atteintes par le LH (champ de rayonnement standard associé à une chimiothérapie)
    • On administre d’abord la chimiothérapie puis on irradie le champ atteint, là où la maladie a pris naissance.
  • champ en mantelet – ganglions lymphatiques du cou, du thorax et des aisselles
  • champ abdominal supérieur – ganglions lymphatiques de la partie supérieure de l’abdomen et possiblement la rate
  • champ pelvien, ou en Y inversé (à l’envers) – ganglions lymphatiques du bassin et de l'aine
  • champ étendu – champ en mantelet et partie la plus haute du champ en Y inversé
    • On y a rarement recours de nos jours puisque presque toutes les personnes atteintes d’un LH sont traitées par chimiothérapie.

On utilise le terme irradiation ganglionnaire totale lorsqu'on irradie tous les champs. En fait, on associe le champ en mantelet au champ en Y inversé. Cette approche peut permettre de traiter les personnes atteintes d’un LH de stade avancé qui est généralisé.

On utilise le terme irradiation corporelle totale lorsqu'on administre une faible dose de radiation au corps en entier pour le préparer à une greffe de cellules souches.

Chaque cas est unique, et on peut ajuster les champs de rayonnement selon l'étendue de la maladie.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur la radiothérapie.

Histoires

Dr Robert Day Une nouvelle stratégie thérapeutique pour le cancer de la prostate

Plus de details

Un chez-soi loin de chez soi

Illustration d’une maison

La Société canadienne du cancer offre son hospitalité aux personnes atteintes de cancer qui doivent parcourir de longues distances pour recevoir leurs traitements.

Apprenez-en plus